Catégorie : Jeunesse

Les chroniques d’avril

Bonjour à tous, je vous retrouve avec grand plaisir pour vous présenter mes lectures d’avril. Je suis ravie d’avoir pu découvrir autant de titres et d’avoir (un peu) réussi à baisser ma PAL. Voici donc mes lectures du mois :

We are young de Cat Clarke

Evan est une adolescente que nous rencontrons au mariage de sa mère et de son beau-père, Tim. Ce même jour, Lewis, le fils de Tim, est victime d’un grave accident de la route dont il est le seul survivant. Les médias s’emparent de l’affaire et accusent rapidement Lewis. Evan pressent que cette histoire est bien plus complexe qu’il n’y paraît et décide d’enquêter avec un objectif : rétablir la vérité. We are young est un roman que j’ai dévoré, j’ai adoré les personnages, surtout Evan et son petit-frère, très attachants tous les deux. Les thématiques sont percutantes et très justes, comme toujours avec les romans de l’écrivaine. Cat Clarke écrit de très beaux titres et sait toujours s’adresser aux adolescents. Un très bon titre que je vous invite à découvrir !

We are young de Cat Clarke, paru en janvier 2019 aux éditions Robert Laffont, 360 pages, 18,00€

La maison de Vanessa Savage

En tant que fan du genre littéraire, La Maison est un thriller que j’avais hâte de découvrir. On y fait la rencontre d’une famille quelque peu dysfonctionnelle dont le personnage principal est Sarah, la mère de famille. Elle est mariée à Patrick, qui n’a qu’une obsession : racheter la maison de ses parents qui leur a été retirée des années plus tôt. Ce qui refroidit Sarah et leurs enfants, c’est que cette maison a entre-temps appartenu à une famille qui s’est fait sauvagement assassiner. Ils emménagent à contrecœur et le cauchemar ne fait que commencer… La Maison est un roman psychologique à l’ambiance angoissante, on se sent épié en permanence, et également étouffé dans cette grinçante demeure. le point négatif est pour moi le personnage de Sarah qui manque de réalisme, se laisse sans cesse marcher sur les pieds, on aimerait tellement qu’elle réagisse davantage ! L’intrigue, quant à elle, n’est pas des plus originales mais le roman se lit très vite !

La maison de Vanessa Savage, paru en février 2019 aux éditions de la Martinière, 432 pages, 22,90€

L’île au ciel noir de Lara Dearman

La griffe du diable, premier roman de Lara Dearman s’est révélé très prometteur. Quel plaisir de retrouver Jenny, la journaliste et Michaël, l’inspecteur-chef dans ce nouvel opus ! Tous deux vont partir pour l’île de Sercq que l’on surnomme L’île au ciel noir, où des restes humains ont été découverts et un meurtre a été commis. L’ambiance est parfaite pour un roman policier : une petite île méconnue, des habitants qui cachent de nombreux secrets, le ciel qui se noircit… Tous les ingrédients sont là pour nous plonger dans l’histoire. J’ai aimé l’alternance des points de vue : celui de Jenny, de Michaël et de personnages-clés de l’enquête. Un policier qui se dévore et que je n’ai pas pu reposer, vivement la suite !

L’île au ciel noir de Lara Dearman, paru en novembre 2018 aux éditions Robert Laffont, 400 pages, 20,00€

Annabelle de Lina Bengtsdotter

Annabelle, une jeune fille de 17 ans, est portée disparue. La brigade criminelle de Stockholm est dépêchée sur les lieux. Parmi elle, Charlie Lager, une solitaire ambitieuse, amenée à retourner à Gullspang, la ville de son enfance qu’elle a fui à 14 ans. Il s’agit donc d’une enquête pour disparition, mêlée à celle de Charlie qui se bat contre ses démons. Annabelle est un thriller psychologique qui nous parle de la fin de l’innocence, des réseaux sociaux et des laissés pour compte dans cette ville oubliée de la Suède. J’ai particulièrement aimé l’écriture de Lina Bengtsdotter qui sait rendre son histoire captivante. Un titre qui me rappelle l’excellent Qui je suis de Mindy Mejia. Je recommande Annabelle à tous les fans de thrillers !

Annabelle de Lina Bengtsdotter, paru en mars 2019 aux éditions Marabout, 320 pages, 19,90€

Le goût sucré des souvenirs de Beate Teresa Hanika

Vienne, de nos jours, Elisabetta Shapiro, âgée de 80 ans, vit seule dans sa grande maison. Alors, elle loue une chambre à Pola, une jeune danseuse, dont elle ne sait rien. Elisabetta cohabite avec ses souvenirs, en particulier ceux avec ses grandes sœurs, ainsi que les confitures d’abricot qu’elle confectionnait par centaines dans sa jeunesse. Et puis, la guerre est arrivé et toute sa famille fut déportée… Ce roman mêle le passé, le présent, et la voix d’Elisabetta à celle de Pola. Sans qu’elle le sache, la vie de Pola et la sienne sont liées. Un titre doux-amer sur l’indicible, le pardon, l’acceptation. Il faut souvent lire entre les lignes pour comprendre l’intégralité de l’histoire mais ce texte en vaut la peine, il est puissant et beau. Je salue Beate Teresa Hanika et son écriture si belle, si riche !

Le goût sucré des souvenirs de Beate Teresa Hanika, paru en février 2019 aux éditions Pocket, 256 pages, 6,95€

Ce que votre peau dit de vous de Yael Adler

Quoi de plus incroyable que le corps humain ? Yael Adler, dermatologue, vous propose de découvrir tous les secrets de la peau ! Cet organe nous permet de toucher, de ressentir, il nous protège des agressions en tous genres bref, un être on ne peut plus vivant ! Grâce à différents chapitres thématiques, Yael Adler nous présente la peau sous différents jours, nous livre des anecdotes et des recommandations pour en prendre le plus soin possible. Un titre très intéressant et complet, qui comprend des conseils pertinents et faciles à appliquer !

Ce que votre peau dit de vous de Yael Adler, paru en mai 2018 aux éditions Pocket, 384 pages, 7,50€

Et voilà, vous savez tout sur mes lectures d’avril ! Quels sont les titres que vous aimeriez lire ? Quels sont vos recommandations du mois ?

Sugar Daddy – Tome 1 de Sawyer Bennett

Sela, jeune femme violée à 16 ans essaye de se reconstruire. Dix ans plus tard, elle découvre que l’un de ses violeurs n’est autre que Townsend Jonathon un multi-millionnaire ayant lancé son site de rencontre Sugar Daddy. Pour tenter de se rapprocher de son agresseur, Sela va côtoyer Beck, l’associé de TJ. Mais elle va découvrir qu’il est compliqué de se venger et de manipuler quelqu’un lorsque les sentiments s’en mêlent…

J’ai commencé ce livre ce dimanche 3 mars et l’ai terminée ce même jour, mon seul regret est de ne pas avoir le tome 2 sous la main ! Comme je vous le disais dans un de mes précédents articles, cette année, je me fais plaisir et lis ce que j’aime. Encore une belle découverte avec cette romance, Sugar Daddy met en avant le mal-être de Sela, son désir de vengeance mais surtout la complexité pour elle d’aimer de nouveau. Beck saura être un réel soutien pour elle, sauf si elle dérape …

Un livre émouvant, une écriture bien pensée, avec un contexte actuel sur le thème des Sugar Daddies. Mon seul regret pour cette lecture est l’aspect « SEXE ». J’adore toujours les histoires d’amour tiraillées par des secrets, des mensonges et des tragédies. Mais qui pour notre plus grand bonheur se finissent bien (sans grande surprise). Il y avait trop de parties de « jambes en l’air »… Peut-être qu’en vieillissant, je commence à rechercher autre chose ?

Une bonne lecture à vous, toutes les épreuves ne nous rendent pas plus forts !

Sugar Daddy de Sawyer Bennett, paru aux éditions Hugo New Romance en février 2019, 17€

Calder et Eden – Tome 1 de Mia Sheridan

Calder a grandi au sein d’une communauté, depuis des années coupée du monde. Cette communauté est scindée en deux groupes distincts. Le conseil réunissant les penseurs du groupe vivant dans des maisons avec eau courante, électricité… Et les ouvriers dont fait partie Calder vivant dans des cabanes à même le sol.

Un jour, le gourou de cette secte va trouver l’Elue, elle s’appelle Eden. Elle leur permettra d’accéder au paradis.

Une romance secrète et interdite va se créer entre Calder et Eden, mais l’amour sera-t-il suffisamment fort pour combattre un futur noir ?

Mia Sheridan est l’une de mes auteures préférées, elle sait toujours m’entraîner dans ses histoires. J’ai été réellement surprise par ce roman qui change des histoires habituelles. Il aborde un sujet sensible, traduit ici par l’emprise psychologique d’Eden et Calder. Les personnages sont touchants, on est vite amené à les plaindre et à souhaiter leur fuite.

On sait dès le début que cet amour ne pourra pas survivre et qu’une tragédie ne pourra que se produire. J’ai qu’une envie, lire le tome 2 (actuellement dans ma PAL) et ainsi découvrir si Calder et Eden sauront surpasser les épreuves !

Une Bonne lecture à vous, on est vite sous l’emprise d’un gourou….

Calder et Eden de Mia Sheridan, paru en février 2019 aux édition Hugo New Romance, 17,00 €

Les chroniques de février

Ça y est, le mois le plus court de l’année est terminé ! Si je n’ai pas lu beaucoup de romans, je suis très satisfaite de mes lectures. Je vous laisse découvrir ma petite sélection, vous verrez, il y en a pour tous les goûts ! C’est parti !

D’où viennent les vagues de Fabio Genovesi

Départ imminent pour la Toscane où vous ferez la rencontre d’une famille : Serena, la mère fantasque, Luca, son fils surfeur et charmeur et Luna, sa fille albinos. Ces personnages sont entourés de Zot, orphelin de Tchernobyl et son drôle de grand-père sans oublier les trois copains quadragénaires complétement frappés ! Si ce roman laisser penser à une histoire simple et estivale, il n’en est rien. D’où viennent les vagues est un roman doux-amer sur la vie en général, avec ses moments de bonheur, ses moments simples mais aussi ses drames qu’il faut surmonter tant bien que mal. En quelques mots, j’ai trouvé ce roman touchant et captivant.

D’où viennent les vagues de Fabio Genovesi, paru en mai 2018 aux éditions 10/18, 552 pages, 8,80€

A nos amours manquées de Kate Erbelen

A nos amours manquées est l’histoire de Tree et de Gus, deux personnages qui, durant 16 ans, ne cessent de se croiser sans se rencontrer. Nous les suivons par le biais de chapitres alternés, nous les regardons grandir, nous assistons à leurs premiers émois, leurs joies et leurs déceptions. On s’attache très rapidement à eux, on espère, chapitre après chapitre, qu’ils se rencontrent enfin ! On est très loin du roman à l’eau de rose, bien au contraire. A nos amours manquées est un roman profond qui aborde des thématiques parfois difficiles : la maladie, le deuil, la différence, le handicap. Une véritable réussite !

A nos amours manquées de Kate Erbelen, paru en juin 2018 aux éditions Pocket, 576 pages, 8,60€

C’est lundi aujourd’hui de Sytske Van Koeveringe

Julia a 29 ans. Après un roman raté et un échec sentimental, elle accepte quelques missions de ménages chez des particuliers et puis, le provisoire devient presque définitif. Julia entretient les maisons de ses clients tous les matins et, jour après jour, elle sombre. C’est lundi aujourd’hui est un roman particulier mettant en scène un personnage qui devient de plus en plus invisible. Julia disparaît, progressivement. Pour ses clients et son employeur, elle n’est « qu’une femme de ménage », pour ses parents, elle est en situation d’échec et n’a pas de « vrai métier ». Le burn-out la guette. Un roman très intéressant de par sa construction et son style littéraire mais un personnage auquel on a du mal à s’accrocher. Pour conclure, il s’agit d’un titre à la fois surprenant et dérangeant !

C’est lundi aujourd’hui de Sytske Van Koeveringe, paru en janvier 2019 aux éditions Nil, 342 pages, 20,00€

Nos plus belles étincelles de Jamie McGuire

Elliott passe tous ses étés chez sa tante. Il n’a que onze ans lorsqu’il aperçoit la belle Catherine, qu’il prend plaisir à photographier en douce. Elliott grandit et c’est seulement à 15 ans qu’il rencontre Catherine. Ils se rapprochent, sympathisent et deviennent vite inséparables. Mais l’été touche à sa fin, Elliott ne pourra revenir que deux ans plus tard. Et les choses ont bien changé depuis sont départ… Nos plus belles étincelles est un roman addictif mettant en scène deux personnages que j’ai adorés. Il ne s’agit pas d’une classique amourette entre adolescents mais d’une véritable histoire d’amour qui soulève des thématiques tragiques. Même si j’ai rapidement deviné un point-clé du roman, j’ai passé un excellent moment en compagnie d’Elliott et Catherine et je n’ai pas vu les pages défiler. Il ne me reste plus qu’à découvrir les autres romans de Jamie McGuire !

Nos plus belles étincelles de Jamie McGuire, paru en février 2019 aux éditions Michel Lafon, 462 pages, 16,95€

La sélection du mois s’achève ici ! Quels sont les titres qui vous tentent le plus ? Et quels sont ceux que vous avez adoré en février et que vous me conseillez ?


Le coin jeunesse #35

Bonjour à tous,
Aujourd’hui, je vous propose une sélection d’albums colorés à lire au coin du feu !

La grande famille

Simon est un adorable petit chat gris qui pense être un félin. Mais les autres félins : le lion, le tigre, la panthère et le guépard lui rient au nez. Lui, un félin ? Simon n’a pas de crinière, il ne court pas vite, n’est pas le roi des animaux. Ils se moquent même de lui en soulignant leurs différences. Et pourtant, Simon ne se laisse pas démonter et va mettre en avant ses points communs pour se faire accepter. La grande famille est une jolie histoire qui montre que malgré des différences qui sautent aux yeux, nos points communs peuvent toujours nous rapprocher !

La grande famille de Galia Bernstein, paru en août 2018 aux éditions Nathan, 32 pages, 11,50€

Graou n’a pas sommeil

L’automne touche à sa fin, le moment pour les ours de rentrer dans la tanière et d’hiberner. Mais Graou, une jeune ourse, n’est pas de cet avis. Elle n’a pas sommeil et même quand elle essaie de toutes ses forces, elle ne parvient pas à s’endormir. A vrai dire, elle rêve du monde extérieur et de voir la neige tomber. Un album onirique sur la différence assumée de notre adorable personnage. Les illustrations sont très belles, texturées et colorées. Et le petit plus, c’est l’application pour Smartphones et tablettes qui permet de suivre l’histoire en trois dimensions ! J’ai particulièrement aimé me retrouver dans la tanière de Graou grâce à la réalité augmentée !

Graou n’a pas sommeil de Kaisa Happonen et Anne Vasko, paru en octobre 2017 aux éditions Nathan, 40 pages, 13,90€

Le moulin à paroles

Dans cet album, le moulin à paroles est littéral. Il s’agit d’un véritable moulin qui, du haut de sa colline, distribue des mots, des expressions, des verbes, des onomatopées et bien d’autres encore. Chaque matin, le meunier remplit son sac et part en distribuer aux villageois. Des « je t’aime » aux amoureux, des mots rigolos pour les enfants, des mots-valises laissés dans les gares, il y en a pour tout le monde. Jusqu’à ce qu’un distributeur automatique de mots s’implante en ville et face de l’ombre à notre cher moulin… Le moulin à paroles est un immense coup de cœur. D’une part, pour son histoire qui nous parle avec tendresse de tradition, du pouvoir du savoir-faire que la modernité ne peut pas toujours remplacer. Et en parallèle, il rend hommage au pouvoir et à la richesse des mots et du langage. Sans oublier les illustrations dont on a du mal à se détacher. Julie Ricossé a réalisé un beau travail avec un style bien à elle. Entre les formes recherchées et le jeu de couleurs, on ne peut qu’être absorbé par ce que l’on voit ! Un excellent travail et une très belle collaboration !

Le moulin à paroles de Christos et Julie Ricossé, paru en février 2018 aux éditions Balivernes, 32 pages, 13€

La maison de Célia

La petite Célia adore sa maison. Dans sa maison, il y a son tapis vert pour jouer avec la ferme, le grand escalier où son Doudou fait la sieste, et plein d’autres détails qui font que sa maison lui est si chère. Ce lieu est réconfortant, elle se sent en sécurité. Mais un jour, ses parents veulent déménager et Célia n’accepte pas tous ces changements. Un album touchant et rassurant qui permet de préparer les jeunes enfants à l’épreuve du déménagement. J’ai particulièrement apprécié les couleurs de cet album et la personnification de la maison !

La maison de Célia de Javier Martinez et Mariana Ruiz Johnson, paru en juin 2018 aux éditions Nathan, 40 pages, 11,50€

 

Le Yéti et l’oiseau

Le Yéti de la forêt est immense et effrayant, tous les animaux en ont peur et il vit donc seul, reclus. Jusqu’à ce qu’un oiseau atterrisse sur la tête du Yéti ! Et cet oiseau perdu n’a pas du tout peur du Yéti. Une amitié se crée et la réputation de cet impressionnant Yéti change : les autres animaux comprennent qu’il est inoffensif malgré sa taille imposante. Une belle histoire sur l’amitié, les apparences et la différence. Les illustrations sont très jolies !

Le Yéti et l’oiseau de Nadia Shireen, paru en janvier 2018 aux éditions Nathan, 32 pages, 11,50€

 

Arthur et les gens très pressés

Arthur est un petit garçon, sans cesse bousculé par le temps. Il doit se dépêcher de prendre son petit-déjeuner, se dépêcher d’aller à l’école, il n’a pas le temps de jouer ni de finir son repas à la cantine. Mais un matin, les parents d’Arthur l’oublient à la maison. Alors Arthur, prend le temps de petit-déjeuner, d’aller à l’école en marchant doucement, comme il le souhaite. Un album sur la notion du temps et du rythme de vie de chacun. On prend conscience, en tant qu’adultes, qu’on est toujours pressé et qu’on en oublie parfois l’essentiel. Une très belle histoire avec de grandes leçons à en tirer.

Arthur et les gens très pressés de Nadine Brun-Cosma et Aurélie Guillerey, paru en octobre 2018 aux éditions Nathan, 32 pages, 11,50€

 

Monsieur Fée

Dans la forêt, on rencontre, La Fée du Matin, La Fée du courage ou la Fée du logis. Et puis, il y a Monsieur Fée, un éléphant ailé qui n’est pas pris au sérieux par ses pairs. Ce drôle de personnage ne semble pas doué comme les autres Fées et celles-ci rient beaucoup de lui. Las et avec un sentiment d’inutilité, Monsieur Fée part en direction d’une drôle de forêt : la ville. Là-bas, il va découvrir quel est son don et ressortir grandi de cette expérience. Comme j’ai aimé cet album et ses divines illustrations. Monsieur Fée nous fait rire et nous touche à la fois. Un album qui nous fait comprendre qu’on est tous différents et qu’on a tous un don qui nous rend unique.

Monsieur Fée de Morgane de Cadier et Florian Pigé, paru en avril 2018 aux éditions Balivernes, 40 pages, 13€

Avez-vous aimé cette sélection ? Quels sont les titres qui vous tentent le plus ?

Viens, on s’aime de Morgane Moncomble

Résumé

Beaucoup s’accordent à dire que l’amitié fille-garçon n’existe pas. Et pour cause ! Lorsque Loan et Violette se sont rencontrés, ce fut un véritable coup de foudre platonique. À cette époque, Loan était en couple avec Lucie depuis quatre ans, si bien qu’il n’avait d’yeux que pour elle.

Mais seulement un an plus tard, beaucoup de choses ont changé : Loan est un homme abattu depuis que sa petite-amie l’a quitté. Quant à Violette, elle commence tout juste une idylle avec le beau Clément – chose que Loan se surprend à détester.

Alors quand sa meilleure amie, encore vierge, le supplie d’être son premier, il hésite. La proposition de Violette sent la mauvaise idée à plein nez… mais après tout, il ne s’agit que d’une fois. Rien qu’une.

Pas vrai ?

(suite…)

Les chroniques de décembre 2018

Bonjour à tous,

Avez-vous passé de belles fêtes de fin d’année ? Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai eu énormément de mal à me mettre à jour dans mes lectures et mes articles ! Alors j’ai longuement réfléchi et aujourd’hui, je vais vous proposer des articles regroupant plusieurs chroniques condensées qui seront complétées par des posts sur Instagram et Facebook. D’ailleurs, est-ce que vous nous suivez ?

C’est parti pour mes chroniques de décembre, un petit mois mais je suis satisfaite de mes lectures, surtout que j’ai eu beaucoup moins de temps libre avec, entre autres, plusieurs déplacements professionnels !

Un manoir en Cornouailles d’Eve Chase

Qu’on se le dise, la version Web de la couverture fait clairement grise mine par rapport à la couverture physique qui est sublime, et que je vous conseille d’aller voir de ce pas en librairie !
Un manoir en Cornouailles est l’histoire de deux femmes, séparées par plusieurs décennies. D’un côté, Amber, adolescente qui va passer un été 1968 des plus tragiques dans le manoir familial, Pencraw. De l’autre, Lorna, en 2018, est une trentenaire qui s’apprête à se marier et qui cherche un lieu de réception idyllique, en Cornouailles. Son choix va vite se porter sur Pencraw, un manoir en ruines qui l’attire inexorablement. On se doute que Pencraw cache bien des secrets et que les destins des deux femmes se croise quelque part. J’ai adoré cette lecture, l’histoire est sombre, parfois difficile mais tellement captivante ! Cela fait longtemps que je n’avais pas lu de roman se déroulant à huis-clos et cela m’a fait le plus grand bien. Un roman difficile à reposer et que je recommande pour vos longues soirées d’hiver !

Un manoir en Cornouailles d’Eve Chase, paru en mai 2018 aux éditions Nil, 456 pages, 21,00€

La mère parfaite d’Aimee Molloy

Nell, Francie, Winnie et Colette se sont rencontrées sur le forum des futures mamans du mois de mai de leur ville. Elles se donnent des conseils, organisent des piques-niques et forment un véritable groupe. Les bébés naissent et grandissent, les Mères de Mai décident de se faire une petite soirée pour profiter des beaux jours et décompresser. Hélas, le bébé de Winnie disparaît. Les enquêteurs n’avancent pas, Nell, Francie et Colette décident de résoudre elles-mêmes cette affaire. On alterne les points de vue, le présent et le passé ainsi que des extraits du forum, rendant le récit assez dynamique. Mais l’intrigue n’est pas hyper originale et la fin est un peu too much à mon goût. En revanche, j’ai bien aimé la thématique de la maternité et de ce concept de « mère parfaite ». En clair, un thriller plutôt sympathique, qui se lit rapidement mais qui ne me marquera pas en raison de son manque d’originalité.

La mère parfaite d’Aimee Molloy, paru en octobre 2018 aux éditions Les Escales, 400 pages, 21,90€

I am not your negro de James Baldwin et Raoul Peck

James Baldwin est un auteur qui ne vous dit peut-être rien. Pourtant, il fait partie des grands auteurs américains contemporains. Ses textes ont majoritairement concerné la condition noire et l’homosexualité. James Baldwin a voulu rendre hommage à trois amis qui ont marqué l’Histoire : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King. Baldwin s’est éteint avant de pouvoir publier son ouvrage. Raoul Peck a alors décidé de reprendre les notes de Baldwin pour en faire un documentaire. Par la suite, il l’a adapté en livre, éponyme, rendant un ultime hommage à Baldwin. Un ouvrage fort et marquant, illustré de nombreuses photographies et de citations. Cette lecture m’a donné envie de voir le fameux documentaire et de découvrir un auteur talentueux. Un titre à ne pas manquer !

I am not your negro de James Baldwin et Raoul Peck, paru en octobre 2018 aux éditions 10-18, 6,60€

L’autre côté du pont de Mary Lawson

Si j’ai souhaité lire ce roman, c’est parce que j’ai adoré Le choix des Morrison, un livre très beau et marquant. Dans L’autre côté du pont, nous faisons la rencontre d’Arthur Dunn, en plein cœur du Canada. D’une part, on le suit dans les années 1930 et on découvre sa relation compliquée avec son petit-frère, Jack, qui devient de plus en plus diabolique en grandissant. D’autre part, nous suivons Arthur, devenu adulte, dans les années 1950, à travers les yeux de Ian, le fils du médecin qui décide de travailler dans la ferme des Dunn. Si cette dualité entre frères et les prémices d’un drame m’intéressaient, je dois dire que je ressors assez déçue de ma lecture. Il ne se passe presque rien et le fameux drame n’arrive que dans les toutes dernières pages du récit. Si vous souhaitez découvrir la plume de Mary Lawson, je vous recommande plutôt Le choix des Morrison !

L’autre côté du pont de Mary Lawson, paru en octobre 2018 aux éditions 10-18, 384 pages, 8,10€

Le journal d’Aurélie Laflamme tome 9 : Voler de ses propres ailes d’India Desjardins

Cinq années ont passé depuis le tome précédent. Nous retrouvons une Aurélie Laflamme, âgée de 22 ans et journaliste au Miss Magazine. Pour célébrer son entrée dans la vie adulte, elle décide d’emménager avec Kat, sa meilleure amie. Si Aurélie est heureuse de goûter à l’indépendance et à la liberté, elle va vite s’apercevoir que rien n’est facile ! Quel bonheur de retrouver l’héroïne de mon adolescence ! Comme moi, elle a grandi et India Desjardins a réussi à la rendre plus adulte sans dénaturer ce personnage drôle et émouvant. J’ai lu ce journal avec autant de plaisir que dans ma jeunesse. J’espère sincèrement que nous aurons droit à un tome 10 !

Le journal d’Aurélie Laflamme tome 9 : Voler de ses propres ailes d’India Desjardins, paru en octobre 2018 aux éditions Michel Lafon, 378 pages, 14,95€

Avez-vous lu certains titres de cette sélection ? Qu’en avez-vous pensé ? Quels sont ceux que vous avez envie de lire ?

Cassandre

Never again de Sarah Dessen

Résumé

Comment pardonner l’impardonnable ?
Le frère de Sydney, beau et charismatique, domine depuis toujours sa petite famille : Peyton monopolise toute l’attention de leurs parents et se taille la part du lion quel que soit le domaine. Mais quand il atterrit en prison après avoir provoqué un accident grave, la jeune fille, au lieu de retrouver un peu d’air, se sent au contraire de plus en plus invisible, comme si elle errait à la dérive dans sa propre vie, perdue, sans attaches.

Elle s’inquiète surtout du désintérêt des siens pour la véritable victime, le garçon que Peyton a condamné à vivre dans un fauteuil roulant. Après avoir changé de lycée, elle se lie d’amitié avec un frère et une sœur dont elle ne tarde pas à rencontrer la famille. Excentriques et accueillants, blessés par la vie mais infiniment joyeux, les Chatham vont l’aider à se trouver une place dans son nouvel environnement. Rompre définitivement ou pardonner, forcer ses parents à la regarder en face au moins une fois, choisir son chemin et parvenir à s’avouer les sentiments qu’elle sent naître en elle… Autant de défis qu’ils vont l’aider à relever à leur manière.

(suite…)

Kingdom de T.M. Frazier T-2 TYRAN

Résumé

Doe n’a pas encore recouvré la mémoire mais elle sait qui elle est maintenant. Sa famille l’a retrouvée et elle était loin de s’imaginer qui elle était et tout ce qu’elle avait laissé derrière elle. Elle s’appelle en réalité Rammie et elle a repris sa place auprès d’eux. Loin de King, aux prises avec ses propres problèmes.

Alors qu’ils cherchent tous les deux à reprendre le cours de leur vie, ils comprennent vite qu’ils ne pourront pas oublier ce qui est né entre eux. Mais King sait qu’il a des ennemis qui rôdent dans l’ombre et pourraient représenter une menace pour lui et ceux qu’il aime.

Quant à Doe, elle a encore un long chemin à parcourir pour savoir qui elle est exactement et peut-être, un jour retrouver King.

(suite…)

Kingdom de T.M. Frazier T-1 KING

Résumé

King n’est pas vraiment le genre d’homme auprès de qui on cherche refuge. Chef d’un gang qui participe à toutes sortes de trafics, il a la surprise de trouver dans sa maison, lors d’une fête, une parfaite inconnue.

Elle se fait appeler Doe, un surnom car elle est amnésique et ne connaît pas sa vraie identité. Elle vit aussi dans la rue et risque que sa vie quotidiennement. Comme ce jour où elle s’introduit chez KIng. A ses risques et périls.

Malgré tout, elle est attirée par King comme un papillon par une flamme. Si c’est un homme brutal, violent d’habitude, il est aussi touché par Doe et son histoire. Mais qui est Doe exactement ? Son passé ne risque-t-il pas de ressurgir un jour ? King prend un risque s’il s’attache à elle mais n’est-il pas déjà trop tard ?

(suite…)