Catégorie : Jeunesse

L’éveil d’Erica Strange de Cassie Gustafson

Résumé

Lorsqu’au lendemain d’une fête Erica se réveille le corps recouvert d’insultes écrites au marqueur, elle comprend qu’elle a été agressée pendant son sommeil. Pire, elle réalise que son petit ami Thomas a participé à cette ignominie.
Pour s’en sortir, elle convoque dans son esprit une héroïne de comics qu’elle a inventée. Que ferait Erica Strange ? Se taire ou se battre : elle va devoir choisir !
Erica Walker sera-t-elle la super-héroïne qu’elle a toujours voulu être ?

L’avis de Cassandre

Erica a emménagé il y a quelques mois avec sa mère à Bay City. Sans être populaire, elle est plutôt bien intégrée : elle a une amie proche, Caylee et un petit-ami, Thomas. En-dehors du lycée, Erica adore dessiner, elle s’imagine en Erica Strange, super héroïne dotée d’une cape et qui vit de grandes aventures. La vie de notre héroïne était plutôt banale jusqu’à cette terrible fête alcoolisée où elle se réveille nue, le corps criblé d’inscriptions faites au marqueur : insultes, dessins vulgaires. Que s’est-il réellement passé ? Thomas a-t-il participé à l’agression ?

Le récit est partagé entre la voix d’Erica et celle de Thomas. Dès le début, on a froid dans le dos et on ressent un profond malaise. On craint pour Erica et on a de la peine pour elle. Elle est une victime et à l’heure des réseaux sociaux, son calvaire ne fait que commencer. Je me suis profondément attachée à cette jeune fille, rêveuse, assez naïve en raison de son âge et de sa bonté. On espère à tout prix qu’elle fera lumière sur cette terrible nuit et saura se relever.

J’ai nettement moins ressenti d’empathie pour Thomas. On se demande quel rôle il a joué cette nuit-là et on le maudit pour sa passivité. Il ne se met pas à la place de celle qu’il prétend aimer. Il préfère se mentir à lui-même et défendre ses propres intérêts. Et encore, c’est le « moins pire » des personnages. Ceux qui ont participé à la soirée sont absolument abjects. Ils banalisent les faits, s’en amusent et à mille lieues d’en mesurer les conséquences. L’écrivaine parvient à retranscrire l’histoire d’une agression à travers les yeux des différents acteurs : la victime, les coupables et les personnes qui gravitent autour. Il y a ceux qui enfoncent davantage Erica, ceux qui en rient, mais aussi (fort heureusement), ceux qui agissent dans l’intérêt de la jeune femme. Les adultes seront aussi présents, au fil du roman, à l’image de leurs enfants.

Vous l’aurez compris, le sujet central du roman tourne autour de l’agression sexuelle. L’autrice parvient à traiter la thématique avec transparence et sensibilité. Elle nous pousse à réfléchir sur la définition d’un viol et ses contours souvent mal définis. Elle parle aussi d’autres sujets importants : l’amitié, le respect, la trahison, la pauvreté et aussi du fait de porter plainte et des difficultés qui en découlent.

Pour conclure, j’ai été très touchée par ce roman et par son personnage principal. Une fois commencé, il est difficile de s’arrêter même si on redoute parfois la suite des événements. J’ai adoré les planches de bandes dessinées intercalées entre les chapitres représentant Erica Strange. Enfin, je dirais que ce récit est difficile, qu’il peut heurter la sensibilité de certains lecteurs mais qu’il est très important.

L’éveil d’Erica Strange de Cassie Gustafson, paru en octobre 2022 aux éditions Pocket Jeunesse, 448 pages, 18,90€

Où est mon camion de pompiers ?

Résumé

Les tout-petits seront séduits par les camions de pompier qui remplissent les pages de ce livre aux pages cartonnées conçues pour les petites mains. Ils apprécieront les matières à toucher et la petite souris blanche à rechercher au fil des pages.

L’avis de Cassandre

Je suis avec attention la collection Les tout-doux des éditions Usborne et nous en possédons déjà beaucoup. Ce titre nous intéressait énormément, notre enfant est fan des véhicules, notamment le fameux camion de pompiers.

J’ai trouvé cet album superbe. La couverture en relief, les belles couleurs et la tranche des pages colorée en rouge attirent immédiatement l’oeil. Le contenu est tout aussi réussi. Le tout-petit peut toucher l’échelle rugueuse et métallisée du camion, les roues toutes molles et caoutchouteuses ou encore, observer les phares étincelants. La petite souris blanche est à retrouver sur chaque double-page.

Les illustrations et le choix des couleurs et des textures attirent immédiatement l’oeil. Cet album est idéal pour les tout-petits, tant pour les couleurs que pour les textures. Le format s’adapte parfaitement aux petites mains. Un ouvrage qui plaira au plus grand nombre !

Où est mon camion de pompiers ? de Fiona Watt et Rachel Wells, paru en février 2023 aux éditions Usborne, 10 pages, 7,95€

C’est quoi…? Le corps humain de Katie Daynes

Résumé

Qu’est-ce qui soutient mon corps ? Qu’est-ce qui me fait bouger ? À quoi sert le sang ? Que deviennent les aliments que je mange ? En soulevant les rabats de ce livre, les enfants partiront à la découverte du corps humain et croiseront des parties du corps très animées.

L’avis de Cassandre

Je trouve la collection C’est quoi… ? absolument géniale. Chaque album est thématique et offre des questions-réponses diversifiées. Ce titre s’intéresse au corps humain. Comment fonctionne-t-il ? Qu’y a-t-il à l’intérieur du corps humain ? Qu’est-ce que le sang ? Où vont les aliments ? Les réponses à ces nombreuses questions se cachent sous des rabats que l’enfant peut s’amuser à soulever.

J’ai aimé la diversité des questions et la clarté des réponses. Les illustrations permettent de mieux comprendre ce qui n’est pas toujours très évident. En plus de fournir des réponses pertinentes, j’ai trouvé que cet album permettait d’initier les plus jeunes à la biologie et de leur donner envie d’aller plus loin.

Enfin, je trouve le format idéal, l’album est assez petit et carré, il peut se transporter partout et il est bien rigide. J’ai apprécié le choix des questions à travers lesquels de nombreux enfants se reconnaîtront.

C’est quoi…? Le corps humain de Katie Daynes, paru en octobre 2022 aux éditions Usborne, 12 pages, 9,95€

Brille, brille la nuit ! de Sam Taplin

Résumé

Un monde nocturne magique s’illumine de dix petites lumières au fil du récit de ce bel album. Renard et Blaireau partent à la découverte de la ville et de ses lumières la nuit et se font de nouveaux amis en chemin. Un livre original et plein de charme, à partager avec les tout-petits au moment du coucher.

L’avis de Cassandre

Renard et Blaireau sont deux amis qui décident de se promener afin de profiter des lumières du soir. Le soleil qui décline, les lampadaires, la grande roue, les lumières des bateaux et le ciel étoilé, tant de sources de lumière qui font briller les yeux de nos personnages. L’intérêt de cet album est que les différentes lumières s’allument grâce à un bouton situé à l’arrière du livre. Cela attire le regard du petit lecteur et cela émerveille, bien sûr ! C’est le premier album de ce type que nous ayons et mon enfant a beaucoup aimé.

J’ai trouvé les personnages adorables et très taquins. Le renard ne manque jamais une occasion d’embêter son ami le blaireau. Les illustrations sont superbes et mettent bien en avant la ville dans la pénombre. Les couleurs sont très belles et bien choisies. L’univers est aussi joli que rassurant. Pour conclure, je trouve que cet album est une excellente idée et plaira à de nombreux enfants, en particulier aux 2/3 ans.

Brille, brille la nuit ! de Sam Taplin et Roisin Hahessy, paru en octobre 2022 aux éditions Usborne, 10 pages, 14,95€

Le livre qui ne voulait vraiment pas être lu de David Sundin

Résumé

Oh non ! Il existe d’autres livres qui ne veulent pas être lus !

• Avertissement •
Si vous cherchez un petit livre bien sage… passez votre chemin ! Car ce livre mord, se débat et mène ses lecteurs par le bout du nez.
Mais si vous le caressez dans le sens du poil, il se laissera peut-être faire. Alors vous découvrirez un album incroyablement vivant, indiscipliné et magique.

L’avis de Cassandre

Cet album est l’histoire d’un livre qui ne voulait pas être lu, mais alors pas du tout ! Pour parvenir à ses fins, le livre a plus d’un tour dans son sac : il faut crier un mot, chuchoter le deuxième et vice versa, il faut suivre un labyrinthe pour reconstituer une phrase, certaines pages sont en rebus et autres surprises encore. Une chose est sûre, le lecteur va devoir s’armer de patience !

J’ai adoré cet album et l’humour omniprésent. Ce titre se lit idéalement avec un adulte qui essaiera avec l’enfant de lire cet album. Il permet pour moi de créer un excellent moment de partage et de rigolade. A chaque double-page, il y a un vrai effet de surprise, on ne sait jamais à quoi s’attendre et c’est un réel atout !

Enfin, j’ai été conquise par l’esthétique de cet album, très « vintage » : couverture épaisse et reliée, lettrines, illustrations tamponnées qui rappellent les livres d’autrefois. Un album très original et parfait pour un moment complice avant le coucher !

Le livre qui ne voulait vraiment pas être lu de David Sundin, paru en novembre 2022 aux éditions Robert Laffont, 40 pages, 15,90€

Danse avec les lutins de Sam Taplin

Résumé

Les tout-petits vont adorer danser au rythme des airs de Noël de ce livre sonore irrésistible. Sur chaque page, ils trouveront un mouvement simple à reproduire pour danser sur des airs entraînants en compagnie de lutins, de rennes, de fées et même du père Noël !

L’avis de Cassandre

Cet album est notre petit chouchou pour cette période de fêtes. Il s’agit d’un livre musical sur la thématique de Noël. Sur chaque double-page (5 en tout), nous avons droit à une chanson de Noël et de jolis lutins qui dansent. L’enfant est invité à sautiller, taper dans les mains ou à battre des ailes, de manière à faire une petite chorégraphie.

Mon enfant a adoré ce titre et a totalement adhéré aux chansons, très entraînantes et festives. Il a bien aimé les petits lutins et a dansé avec eux. Les puces sont suffisamment grandes et visibles pour les petites mains.

Pour conclure, un album coloré, jovial et des musiques de saison !

Danse avec les lutins de Sam Taplin et Ana Martin Larranaga, paru en octobre 2022 aux éditions Usborne, 10 pages, 13,95€

Le doudou fondant d’Alexandre Cammas et Lamia Ziadé

Résumé

Que faire quand son jouet préféré est une poupée qui s’abîme au moindre câlin ?
Découvrez l’histoire de Mouss et de son doudou fondant.

L’avis de Cassandre

Mouss est un petit garçon qui habite Marseille. Et qui dit Marseille dit aussi la mer, le soleil, le football mais aussi, le savon de Marseille ! Les parents de Mouss ont d’ailleurs leur propre savonnerie. Pour faire plaisir à leur fils, ils lui offrent une jolie poupée… en savon !

Entre Mouss et la poupée de savon, c’est le coup de foudre immédiat. Le petit garçon veut tout faire avec elle : jouer, prendre le goûter, s’amuser dehors etc.. Le problème est que la poupée de savon est fragile : un verre de lait renversé, des gouttes d’eau projetées sur elle ou encore, la pluie qui lui est tombée dessus quand Mouss l’a oubliée dehors. Patatras, la poupée de savon n’est plus et le chagrin de Mouss est immense. Heureusement, notre petit garçon a de la suite dans les idées !

J’ai trouvé cet album très original et j’ai apprécié les illustrations simples et colorées. Il parle avec douceur de ce qui est éphémère et fragile mais aussi de ce qu’on peut créer avec ce qui n’est plus. Un titre singulier qui m’a plu !

Le doudou fondant d’Alexandre Cammas et Lamia Ziadé, paru en octobre 2022 aux éditions Robert Laffont, 40 pages, 15,90€

Le premier qui meurt à la fin d’Adam Silvera

Résumé

« Ne cherchez pas à comprendre comment nous savons que vous allez mourir, concentrez-vous plutôt sur votre manière de mener à bien votre existence. »

New York, la veille de la mise en fonction de Death-Cast…
Orion Pagan vit dans la crainte de mourir, il s’est inscrit à Death-Cast pour cesser d’avoir peur.
Valentino Prince vient juste de s’installer à New York prêt à mordre la vie à pleines dents.
Lorsque Orion et Valentino se croisent à Times Square, c’est le coup de foudre. Mais les premiers appels de Death-Cast commencent à tomber, bouleversant leur vie : l’un a reçu l’appel, l’autre pas.

L’avis de Cassandre

J’ai découvert Adam Silvera avec son roman Plus heureux que jamais (tome unique) qui m’avait profondément ébranlée. Je poursuis ma découverte de l’auteur avec Le premier qui meurt à la fin, son dernier roman qui se déroule avant Et ils meurent tous les deux à la fin.

L’histoire se déroule en 2010, à New York. Orion et Valentino ne se connaissent pas mais ont un point commun. Les deux jeunes hommes sont à Times Square et participent à la soirée de lancement de Death-Cast. Ce programme est totalement novateur et va révolutionner votre mort. Les adhérents recevront un appel leur annonçant leur décès le jour-même. Flippant, non ? Adam comme Valentino ont pourtant des raisons bien personnelles d’y adhérer. Lorsqu’ils se rencontrent, il se passe clairement quelque chose entre eux, une véritable alchimie. Mais le calme sera de courte durée. L’un des deux reçoit un appel de Death-Cast, le tout premier appel de la firme, lui annonçant la fin de sa vie au cours de la journée. Comment alors une course effrénée pour la vie.

Si ce roman m’a un peu fait peur par sa taille (600 pages), je peux vous garantir qu’une fois commencé, il m’a été impossible de le quitter. Adam Silvera nous livre une histoire futuriste, addictive et angoissante. Death-Cast est-elle une invention révolutionnaire ou une vaste arnaque ? C’est LA question qu’on se pose durant toute notre lecture. J’ai adoré les choix de narrations de l’auteur. Nous suivons nos personnages principaux mais aussi d’autres personnages dont on ignore parfois quels rôles ils joueront dans l’histoire. J’ai aimé la façon dont tout s’imbrique comme les pièces d’un puzzle.

A travers cette lecture, j’ai retrouvé tous les ingrédients qui m’ont plu dans Plus heureux que jamais : des personnages attachants, le côté futuriste inquiétant, des faits historiques réels comme le World Trade Center, l’homosexualité et le coming out, l’acceptation de soi, la famille et l’Amour. Adam Silvera est indéniablement un excellent auteur de Young Adult à découvrir !

Le premier qui meurt à la fin d’Adam Silvera, paru en octobre 2022 aux éditions Robert Laffont, 600 pages, 18,90€

Mon beau sapin de Pauline Kalioujny

Résumé

Fermons les yeux… Remontons le temps… Partons au cœur de la forêt en chantant cette comptine connue de tous, enfonçons-nous à travers les sous-bois pour chercher un arbre différent des autres. Un jeune arbre beau et vivace. Peut-être un petit sapin, de la taille de ceux que l’on achète maintenant dans les magasins. Quand on l’aura trouvé, on dira qu’il est sacré et jamais on n’aura l’idée de le couper pour l’emmener dans le monde des Hommes. On lui accrochera des pommes de couleur et des marrons aux branches, pour célébrer la lumière qui va bientôt revenir dans la forêt, et dans le cœur des êtres vivants.

Hymne à la nature, calendrier de l’avent, ce livre grand format nous offre une plongée dans une nature vivante, vibrante, qui nous réserve autant de surprises qu’il y a de jours avant Noël !

L’avis d’Audrey

Pour commencer, je tiens à remercier Babelio et les éditions Seuil Jeunesse pour l’envoi de ce très bel album à l’occasion d’une opération Masse critique.

Mon Beau Sapin est un magnifique objet-livre et même plus, il s’agit d’Art. Pauline Kalioujny est plasticienne et a réalisé son album en utilisant la technique de la linogravure, ce qui demande du temps, de la minutie et du savoir-faire. Mon Beau Sapin est un beau livre cartonné et de qualité qui nous attire en un seul regard.

Ouvrir cet album, c’est plonger au cœur de la Nature. Nous partons donc en forêt, à la rencontre des majestueux sapins. Et le voyage est on ne peut plus beau. A l’intérieur, se cache un pop-up, un calendrier de l’avent, des poèmes, des paroles et autres surprises. Les illustrations sont belles, colorées, texturées, hypnotiques. Pauline Kalioujny s’adresse à toute la famille

Loin de la superficialité des fêtes de fin d’année, Mon Beau Sapin est une invitation à se recentrer sur l’essentiel : la famille, la nature, les plaisirs simples de la vie. Un livre à offrir ou à s’offrir et à relire régulièrement !

Mon beau sapin de Pauline Kalioujny, paru en novembre 2022 aux éditions Seuil Jeunesse, 14 pages, 18€

Zélie la pirate tome 2 : L’île Appellulah d’Aurélie Cabrel

Résumé

Le capitaine MacPherson est seul maître à bord – après Dieu – de L’Aramacao, le plus grand et le plus célèbre navire de pirates de la mer des Saphyrs, au butin inégalé : trois coffres remplis de pièces d’or, quinze tonneaux de rhum, une tonne d’épices, huit caisses de sucre de canne, des étoffes de soie, quelques jolis bijoux fantaisie et des fleurs exotiques que le capitaine compte offrir à sa chère et tendre Bella Rossa. A ses côtés, ses compagnons de voyage : sa fille Zélie la Pirate, la plus jeune lieutenant à bord.  Mais aussi Barbemolle, le fidèle homme d’équipage, à qui il a demandé de veiller sur sa fille, et Hashtag, le précieux perroquet de Zélie, qui a laissé quelques plumes durant le périple. En revanche, il y a un traître de moins à bord, dont la lourdeur et la bêtise n’ont d’égales que la longueur de son nom : Charles de la Mare de l’Étang Sec. Il a été abandonné à son triste sort sur l’île des Abysses. 

À présent, tous aspirent à un repos bien mérité et voguent paisiblement vers leur port d’attache, situé sur l’île Appellulah et sa célèbre baie des Baobabs. Là, le capitaine rêve de déguster le fabuleux poulet coco-papaye de sa belle Bella Rossa, puis de siester à ses côtés en l’écoutant chanter accompagnée de son ukulélé. L’île est en vue, le ponton se dessine, Zélie est à la manœuvre pour amarrer L’Aramacao. Les vacances peuvent enfin commencer…  Mais rien ne se passera comme prévu !

L’avis de Cassandre

Je découvre les aventures de Zélie la pirate, directement avec le deuxième opus. On comprend que dans le tome précédent, Zélie et son équipage ont affronté le terrible Charles de la Mare de l’Etang sec et l’ont bien ridiculisé. Après une aventure riche en émotions, Zélie compte bien se reposer avec ses parents sur son île. Le répit ne sera que de courte durée et le méchant de l’histoire n’a pas dit son dernier mot.

J’ai trouvé qu’on entrait très facilement dans l’histoire et dans l’univers d’Aurélie Cabrel, fille de Francis Cabrel. Zélie est une héroïne très attachante ainsi que les membres de son équipage. J’ai en particulier aimé Hashtag, le perroquet au format XXL qui lui tient compagnie (il mesure tout de même deux mètres !). Cet album contient une bonne dose d’action. Entre chaque page de récit, nous avons droit à une chanson. Pour renforcer l’immersion, un CD est fourni et j’ai adoré les chansons et la musique qui les accompagne. Les paroles sont vraiment drôles et les chansons entraînantes.

Pour conclure, j’ai trouvé cet album très drôle et immersif. Les personnages sont ultra attachants et les illustrations ont su me transporter dans l’univers de la piraterie. Une belle série à suivre !

Zélie la pirate tome 2 : L’île Appellulah d’Aurélie Cabrel, paru en novembre 2022, 40 pages et un CD, 18,95€