Waterbacks de Charles Mazarguil

Résumé

Le Grand Réchauffement climatique a ravagé la Terre. En quelques décennies, l’eau potable est devenue la ressource naturelle la plus rare et la plus précieuse au monde. Pour échapper à la misère,
Pitbull, Larbin, Le Bourge et Sprite – des orphelins de la Seconde Guerre de l’Eau – se sont faits embaucher par la Water Corp., une organisation au pouvoir politique et militaire immense.
Les quatre adolescents sillonnent Paris pour porter de l’eau aux plus riches : ce sont des Waterbacks. Le jour où Larbin perd sa livraison, ils sont en danger de mort. Ils doivent quitter Paris et tenter d’atteindre de nouvelles terres ; vivables cette fois.

L’avis de Cassandre

Bienvenue dans le Paris du futur ! L’apocalypse a eu lieu : catastrophes naturelles, montée des eaux, submersions des côtes, pollution massive de l’eau et une guerre de l’eau, entre autres. L’eau est d’ailleurs devenue le bien le plus rare et le plus précieux. Celui qui suscite des convoitises, divise, celui pour lequel on tue.

Nos personnages principaux se font appeler Pitbull, Le Bourge, Sprite et Larbin. Une fille et trois garçons orphelins qui n’ont eu d’autre choix que celui de s’enrôler comme Waterbacks. Ils travaillent pour la Watercorp, une organisation mafieuse où la bande d’infortune doit livrer à leurs périls de l’eau à ceux qui peuvent encore s’en payer. Mais une livraison tourne mal et les amis sont contraints de fuir pour survivre. Waterbacks est un roman post-apocalyptique qui sensibilise sur la cause environnementale.

Qu’il fait chaud dans cette capitale de l’Après ! On suffoque, on a soif, on transpire comme nos héros. J’ai aimé l’univers décrit par Charles Mazarguil, qui m’a rappelé celui de Mad Max. L’action est très présente et ne laisse aucune place aux temps morts. J’ai aimé la course-poursuite effrénée et que les personnages se battent pour leur survie. Les dialogues sont acérés, et les répliques ne manquent pas de mordant. Une dystopie très réussie !

Waterbacks de Charles Mazarguil, paru en février 2023 aux éditions Slalom, 288 pages, 16,95€

Les Pyromanes de Vincent Delareux

Résumé

Dans un village reculé de Normandie, Thérèse Sommer attise les passions et dicte sa loi : à son mari qu’elle trompe, à sa mère qu’elle méprise, à ses amants qu’elle consume.
Libre et indépendante, maîtresse de son petit monde, on ne lui connaît pas de rivale. Jusqu’à la naissance de sa fille.
Enfant non désirée, Françoise grandit entre haine et maltraitance. Nuit et jour, elle implore le Ciel et les saints de la libérer de la tyrannie de sa mère. L’une d’elles est de trop.
Françoise doit faire un choix : cultiver la flamme d’un cierge pour son salut ou allumer le brasier de la colère ?

L’avis de Cassandre

L’an dernier, je découvrais Vincent Delareux avec son premier roman, Le cas Victor Somer, que j’avais adoré. Quel plaisir de le retrouver pour cette rentrée littéraire ! L’histoire s’intéresse aux grands-parents et parents de Victor, en particulier sa mère, Françoise, et sa grand-mère, Thérèse. Je vous rassure, les romans peuvent se lire séparément.

Nous partons dans un petit village normand, au début des années 1950. Thérèse est mariée à Serge, un marin doublé d’un poivrot. Mais qu’importent les liens sacrés du mariage, les hommes du village défilent chez elle, comme dans un moulin. Thérèse reçoit sans doute une punition divine quand elle découvre qu’elle est enceinte (de qui ?). Enfer et damnation ! A la naissance, Thérèse n’a aucun attachement pour sa fille, Françoise, dont elle se séparerait volontiers.

La petite ne reçoit aucun amour, aucune attention. Elle est négligée et subit rapidement des mauvais traitements. Son seul bonheur est sa grand-mère, Jeanne, qui fait ce qu’elle peut pour elle, malgré son grand âge. L’histoire se déroule sur plusieurs dizaines d’années.

Le récit n’est pas toujours facile, les scènes de maltraitance physique et psychologique sont assez nombreuses et font froid dans le dos. Comment la petite Françoise va-t-elle grandir ? Pourquoi Thérèse est-elle aussi impitoyable et égocentrique ? L’auteur s’intéresse ici aux origines du mal et à l’impact des sévices subis durant l’enfance. J’ai trouvé ce roman noir particulièrement réussi et j’ai beaucoup aimé le style d’écriture qui m’a fait penser à un conte moderne.

Pour conclure, un deuxième roman qui va encore plus loin que le précédent et qui confirme le talent de Vincent Delareux. Des sujets difficiles mais hélas, encore bien actuels.

Les Pyromanes de Vincent Delareux, paru en août 2023 aux éditions L’Archipel, 464 pages, 20€

La porte du non-retour de Kwame Alexander

Résumé

Royaume ashanti, 1860.

Kofi vit et rêve au bord de la rivière. Son frère aîné l’avertit cependant de ne jamais s’y attarder après le coucher du soleil. Tu ne connais pas tous les secrets de la rivière. De quoi veux-tu parler ? demande Kofi. Des bêtes.
Une nuit, le monde du jeune garçon bascule. Son destin se fond alors dans l’histoire collective de ceux qui, arrachés à leur terre, à leur famille, à leur culture, sont jetés en esclavage.

L’avis de Cassandre

Le mois dernier, j’ai eu la chance de recevoir La porte du non-retour en avant-première grâce à Babelio et aux éditions Albin Michel que je remercie chaleureusement. J’adore les opérations Masse Critique privilégiées, c’est l’occasion de découvrir des titres et des genres littéraires que je n’aurais peut-être pas lus de moi-même.

Ce titre est le premier d’une trilogie. Sa particularité ? Il est écrit en vers libres. L’histoire débute en 1860, au Royaume d’Ashanti (aujourd’hui, le Ghana). Kofi, le personnage principal, est un enfant comme les autres. Il n’aime pas trop l’école (ou plutôt son professeur qui oblige les élèves à parler anglais). Il préfère la compagnie de son meilleur ami, Ebo. Il rêve de se marier plus tard avec la douce Ama. Il adore nager et écouter son grand-père, un homme qui parle peu mais tout ce qu’il dit est crucial et plein de sagesse.

Il y a un Avant et un Après, dans ce récit. L’Avant parle de l’enfance, la famille, les rites, le passage à l’âge Adulte, les croyances aussi. Puis, tout bascule. La porte du non-retour est un roman qui aborde les origines de l’esclavage. Qui étaient ces hommes, ces femmes, ces enfants avant qu’on ne les enlève, qu’on les déracine de leurs pays afin de les asservir ? Ce titre est bouleversant, d’autant plus quand le narrateur est aussi jeune.

La plume de Kwame Alexander est sublime, ses mots nous transpercent, les pages défilent et la fin arrive rapidement. Je serai au rendez-vous pour découvrir la suite de son périple !

La porte du non-retour de Kwame Alexander, paru en septembre 2023 aux éditions Albin Michel, 456 pages, 19,90€

Black Mesa d’Ophélie Roque

Résumé

À peine le père enjambait-il le seuil que le fils, fébrilement, annonçait qu’il avait acheté une terre – à Black Mesa, Arizona – qu’il comptait fichtrement la rejoindre au plus tôt, et que si le vieux voulait pas crever, il avait tout intérêt à le suivre.
« C’est comme si c’te chienne de vie avait décidé à ma place. »
Il fallut un certain temps avant que le père ne réagisse. Titubant légèrement à travers la pièce, il s’approcha de son fils et – pour la toute dernière fois – lui mit une raclée. Les coups s’arrêtèrent aussi soudainement qu’ils avaient commencé. Le souffle court, le vieux s’adossa au chambranle incertain de la cheminée, avant d’annoncer – l’air las – qu’il partirait aussi.
« D’toute façon, y a plus rien pour nous, ici ! »
Mais la terre – là-bas, à l’Ouest – voudrait-elle bien d’eux ?

L’avis de Cassandre

1887, Franck trime à l’abattoir toute la Sainte journée, dans des conditions abjectes, pour quelques malheureuses piécettes. Un jour de trop, il se sectionne un doigt. Il voit cela comme le signe, celui de partir vers l’Ouest, vers une autre vie. D’ailleurs, il vient d’acheter des terres à Black Mesa, en Arizona. Il paraît qu’elles sont hyper fertiles et qu’il deviendra riche. Il ne pourra le vérifier qu’une fois sur place. Il emporte alors son maigre paquetage, son vieux père, Ron et partent en convoi mené par des passeurs. Parviendront-ils à traverser le désert aride, sans mourir de soif, de maladie ou se faire tuer par des bandits ou des indiens ?

Le western n’est pas mon genre de prédilection mais j’aime lire des romans différents et varier les styles. La couverture et le titre ont attiré mon attention et je ne regrette pas du tout cette immersion dans l’Ouest Américain. Ophélie Roque signe un premier roman talentueux. J’ai été happée par sa plume acérée et par ses descriptions très immersives. Elle décrit la pauvreté, le labeur, les pèquenauds, la misère, la puanteur aussi. J’ai été touchée par la relation père-fils, par la dureté, les roustes et les non-dits. Entre les lignes, on devine toutefois un lien fort qui les unit. Notre duo va sérieusement en baver et faire des rencontres saugrenues.

Black Mesa un voyage qui fait écho à tous ceux entrepris par les oubliés des États-Unis. Un récit qui prend aux tripes et qu’on ne lit que d’une seule traite.

Black Mesa d’Ophélie Roque, paru en mars 2023 aux éditions Robert Laffont, 198 pages, 19€

Le portrait de mariage de Maggie O’Farrell

Résumé

C’est un grand jour à Ferrare. On y célèbre les noces du duc Alfonso et de Lucrèce de Médicis. La fête est extravagante et la foule n’a d’yeux que pour le couple.
 La mariée a quinze ans.
 Rien ne l’avait préparée à ce rôle. Elle n’était que la troisième fille du grand duc de Toscane, la discrète, la sensible, celle dont ses parents ne savaient que faire. Mais le décès soudain de sœur aînée a changé son histoire.
 La fête est finie, Lucrèce est seule dans un palais immense et froid. Seule face aux intrigues de la cour. Seule face à cet homme aussi charismatique que terrifiant qu’est son mari.
 Et tandis que Lucrèce pose pour le portrait de mariage qui figera son image pour l’éternité, elle voit se dessiner ce que l’on attend d’elle : donner vie à un héritier. Son propre destin en dépend…

L’avis de Cassandre

J’ai lu presque toute la bibliographie de la talentueuse Maggie O’Farrell, je ne pouvais pas louper cette parution ! Le portrait de mariage est un roman inspiré de faits historiques réels. Il raconte l’histoire de Lucrèce de Médicis, mariée en 1560, à l’âge de quinze ans et qui deviendra alors Duchesse. Un an plus tard, Lucrèce est morte, les rumeurs disent que ce n’est pas la maladie qui l’a tuée mais son mari.

Maggie O’Farrell nous propose une histoire romancée sur la courte vie de l’héroïne. Retrouver la plume de l’écrivaine est un plaisir. Je la trouve talentueuse, poétique et captivante. Je me suis plongée dans l’Italie du XVIème siècle et j’ai pu aisément imaginer la vie de l’adolescente.

Qu’il est difficile de lire un récit abordant la thématique des mariages forcés, surtout quand l’épouse est davantage une enfant qu’une femme. Ce sujet est hélas, toujours d’actualité. J’ai été touchée par Lucrèce, sa différence, sa passion pour l’art et le calvaire qu’elle devra endurer.

Le portrait de mariage est un beau roman écrit avec sensibilité. Qu’attendez-vous pour découvrir la plume de Maggie O’Farrell ?

Le portrait de mariage de Maggie O’Farrell, paru en août 2023 aux éditions Belfond, 416 pages, 23,50€

Où vivaient les gens heureux de Joyce Maynard

Résumé

Lorsque Eleanor, jeune artiste à succès, achète une maison dans la campagne du New Hampshire, elle cherche à oublier un passé difficile. Sa rencontre avec le séduisant Cam lui ouvre un nouvel univers, animé par la venue de trois enfants : la secrète Alison, l’optimiste Ursula et le doux Toby.
Comblée, Eleanor vit l’accomplissement d’un rêve. Très tôt laissée à elle-même par des parents indifférents, elle semble prête à tous les sacrifices pour ses enfants. Et si entre Cam et Eleanor la passion n’est plus aussi vibrante, cette vie familiale au cœur de la nature, tissée de fantaisie et d’imagination, lui offre des joies inespérées. Jusqu’au jour où survient un terrible accident…

L’avis de Cassandre

Il y a des romans dont on pourrait parler durant des heures et celui-ci en fait clairement partie. Le personnage principal s’appelle Eleanor. Nous la suivrons durant plusieurs décennies. Elle est illustratrice d’albums pour enfants et a vingt-ans quand elle achète une ferme, dans un village des États-Unis. Eleanor rencontre Cam et ensemble, ils ont trois enfants. Ils mènent une vie simple mais heureuse et se réjouissent des petits bonheurs du quotidien. Mais on sait que cette vie de famille s’apprête à basculer, car, dans le prologue, Eleanor est divorcée et la relation qu’elle entretenait avec ses enfants a changé.

Joyce Maynard a su me captiver, durant près de 600 pages qui ne m’ont jamais ennuyée. Elle dresse le portrait d’une femme très complet à travers laquelle j’ai pu parfois m’identifier. Eleanor est une femme, une travailleuse, une épouse, une mère et endosse de nombreuses casquettes. Elle porte sa famille à bout de bras et fait tout ce qui est en son pouvoir pour que chacun ne manque de rien, quitte à se sacrifier. Son attachement pour sa maison est fort, elle est son foyer parfaitement imparfait, celui qui a vu naître et grandir ses enfants. Ce foyer qui a été le témoin de beaucoup d’amour aussi.

Je ne pensais pas qu’un roman était capable de me bouleverser à ce point. J’ai trouvé la réflexion de Joyce Maynard très juste. Dans la vie, on craint tous certaines choses. Mais en réalité, il est rare qu’elles se produisent et la vie nous réserve parfois d’autres grands malheurs auxquels rien ne peut nous préparer. L’écrivaine nous fait aussi prendre conscience que rien n’est acquis et que tout peut basculer en une fraction de secondes. Mais si la vie nous reprend parfois certaines choses, elle nous offre aussi des surprises inattendues. L’écrivaine aborde de nombreux sujets tels que le divorce et son impact sur la famille, le féminisme, le handicap, et surtout, le pardon et la résilience.

Vous l’aurez compris, ce roman est un gros coup de cœur et de loin, ma plus belle lecture de l’année.

Où vivaient les gens heureux de Joyce Maynard, paru en août 2022 aux éditions 10-18, 600 pages, 10,10€

L’été où Elodie de Kate Riordan

Résumé

Au cœur d’un été étouffant, marqué par des incendies d’une violence inhabituelle, Sylvie doit quitter Londres pour retourner dans sa maison en Provence, où elle n’a pas mis les pieds depuis dix ans. Accompagnée d’Emma, sa cadette, elle tente de dépasser le sentiment d’effroi que lui inspire cet endroit.
Que s’est-il réellement passé cet été 83 ? Qu’est-il arrivé à Élodie, sa fille aînée ? Élodie qui obtenait toujours ce qu’elle voulait. Élodie que les gens du village comparaient à l’une des « Manson Girls ». Élodie, disparue à l’âge de quatorze ans.
Tandis que le mercure grimpe et que les feux se rapprochent, Sylvie sent poindre une menace bien plus effrayante. Qui pourrait tout changer.

L’avis de Cassandre

Sylvie, divorcée, habite seule à Londres avec son adolescente, Emma. Une lettre l’enjoint de se rendre à la Rêverie, sa maison de campagne en France, où elle n’a pas mis les pieds depuis dix ans et qui a subi des dégradations. Le cœur lourd, Sylvie part donc en Provence avec sa fille. Désormais, elle n’a pas d’autre choix que celui d’affronter son passé. Très vite, le lecteur découvre l’existence d’Elodie, la fille aînée de Sylvie, qui a disparu dans des circonstances dramatiques, il y a dix ans.

Kate Riordan a choisi d’alterner les temporalités. Nous suivons Sylvie et Emma dans le présent, en 1993, et l’histoire d’Elodie, depuis sa naissance, en 1969. L’été où Elodie est un roman très addictif. On se demande ce qui est arrivé à l’adolescente et pourquoi Sylvie redoute tant son retour à la Rêverie. Kate Riordan aborde la maternité de manière singulière et parle d’enfants différents. L’ambiance est lourde, moite, le lecteur espère et redoute l’orage qui arrive, sans pouvoir anticiper ses conséquences. Ce récit a su me surprendre et me toucher. J’aurais juste souhaité une fin plus détaillée. J’ai trouvé qu’elle arrivait trop rapidement et qu’il manquait quelques explications.

Pour conclure, un roman noir idéal pour l’été et un écrivaine que j’espère retrouver prochainement !

L’été où Elodie de Kate Riordan, paru en juin 2023 aux éditions 10-18, 408 pages, 8,90€

Il y a un hippopotame dans mes toilettes ! de Sam Taplin

Résumé

Attention aux rabats, des animaux sauvages pourraient surgir ! Les enfants iront de surprise en surprise en soulevant les rabats de ce livre pop-up drôle et original, qui ne manquera pas de les faire rire. Susan Batori signe avec talent les illustrations pleines d’humour, avec à la dernière page un pop-up spectaculaire faisant surgir tous les animaux.

L’avis de Cassandre

Les albums pop-up me ramènent immédiatement en enfance et me font penser aux séances de lecture à l’école où à chaque page, ce type d’album révélait des surprises. J’adorais ces moments ! Cet album correspond totalement à mes attentes en la matière. Le lecteur est invité à entrer dans Le Grand Hôtel, décrit comme l’endroit le plus calme au monde. Mais, dès le début, le lecteur se doute bien que ce n’est pas vrai, et que ce lieu semble habité par de drôles de personnages. A chaque double-page, l’enfant peut soulever un rabat qui dévoile un pop-up (ouvrir une porte, regarder sous la table ou derrière un rideau, par exemple). Derrière ces rabats, vous trouverez de drôles de surprises, assez loufoques. En-dehors des pop-up, j’ai adoré l’univers et les illustrations déjantées. Pas certaine que les enfants aimeraient séjourner au Grand Hôtel mais une chose est sûre, ils vont adorer cet album !

Il y a un hippopotame dans mes toilettes ! de Sam Taplin, paru en mai 2023 aux éditions Usborne, 10 pages, 13,95€

Les sirènes de Malibu de Taylor Jenkins Reid

Résumé

Malibu, samedi 27 août 1983. La ville entière vibre d’excitation : ce soir, Nina Riva donne sa grande fête annuelle, l’événement le plus notoirement décadent de la côte ouest auquel tout le monde rêve d’être invité, stars du show-biz comme anonymes. La seule personne à ne pas partager cet enthousiasme est peut-être Nina, justement. Après des années à porter sa célèbre famille à bout de bras, elle se passerait bien de jouer une fois de plus les hôtesses parfaites.
Livrés à eux-mêmes dès leur plus jeune âge, les enfants Riva ont réussi à devenir des modèles de succès qui fascinent aujourd’hui l’Amérique. Mais sous cette belle façade, Nina, Jay, Hud et Kit cachent chacun leurs propres secrets. Et si à minuit la fête bat son plein, au matin, leur palais de verre sera en flammes.
Des côtes escarpées de Malibu aux plages de sable fin du Pacifique, en passant par l’emblématique Pacific Coast Highway, le portrait envoûtant d’une fratrie aux prises avec ses rêves et son histoire familiale.

L’avis de Cassandre

Août 1983, Nina Riva, vingt-cinq ans, s’apprête à donner sa fête annuelle, dans sa villa à Malibu. Nina est connue pour ses photos en bikini et calendriers où elle pose en tant que surfeuse. Elle est aussi célèbre car elle est mariée à un tennisman de renom qui vient juste de se faire la malle avec une autre joueuse… En soi, Nina n’est pas impatiente d’accueillir ses convives mais impossible d’annuler, tout le gratin n’attend que ça et viendra coûte que coûte.

Détrompez-vous, il ne s’agit nullement d’un roman léger sur la jet-set ! On y parle avant tout de portraits de femmes, en particulier Nina, l’aînée d’une fratrie de quatre enfants et leur mère, June. Nous les suivons chacune à leur tour, à la manière d’un miroir, tant leurs vies se ressemblent. J’ai été à la fois émue en assistant à leur dévouement sans faille et attristée tant elles s’oublient elles-mêmes.

Les sirènes de Malibu est un roman qui parle du patriarcat, de tromperie, d’engagement, de fuite et de lâcheté, entre autres. Impossible de ne pas être touché par la famille Riva, par ces deux frères et ces deux sœurs qui grandissent tant bien que mal, motivés par une passion commune, le surf. L’histoire se déroule sur 24 heures, le jour de la fameuse fête aux airs de cocote minute, prête à imploser. On se doute que rien ne se passera comme prévu et que la soirée changera le destin de chacun à jamais. Ne vous faites pas avoir par le titre, ici, on ne parle pas de sirènes comme les belles créatures aquatiques mais plutôt comme les sirènes d’alarme qui se déclencheront probablement après une telle soirée.

J’ai eu un coup de cœur pour la plume de Taylor Jenkins Reid qui dissèque la complexité des liens familiaux. Une histoire fascinante qui se conclue par un final jubilatoire !

Les sirènes de Malibu de Taylor Jenkins Reid, paru en mai 2023 aux éditions 10-18, 480 pages, 9,60€

Ce qu’elle a laissé derrière elle d’Ellen Marie Wiseman

Résumé

New York, 1929. Clara Cartwright, 18 ans, est prise en étau entre ses parents autoritaires et son amour pour un jeune immigrant italien. Furieux qu’elle ait rejeté un mariage arrangé, son père l’envoie dans un asile pour « malades nerveux ».
1995. L’asile Willard a bien vieilli. Par un dimanche brumeux, la jeune Isabelle en découvre les arbres torturés, les murs décrépits… Elle-même hantée par son passé, Izzy ne tarde pas à dénicher, dans les décombres, cette malle à l’abandon et le journal intime qu’elle contient…
Ce que l’une a laissé derrière elle sera l’occasion, pour l’autre, d’avancer enfin dans sa vie.

L’avis de Cassandre

L’an passé, j’ai lu et adoré La vie qu’on m’a choisie. Je n’ai eu aucune hésitation avant de me plonger dans cette autre histoire. Là encore, nous suivons deux femmes, à deux époques différentes, aux États-Unis. D’un côté, il y a Clara, dix-huit ans en 1929. Elle est la fille de parents bourgeois qui voient d’un mauvais œil son histoire d’amour avec Bruno, un immigré italien. Le ton monte sérieusement et le père de Clara a une solution toute trouvée : la faire interner à Willard, l’asile public. L’autre femme que nous suivons est Izzie, dix-sept ans, en 1995. Elle traîne de grosses casseroles niveau familial et se retrouve ballotée de foyer en foyer. Ses parents adoptifs actuels sont plutôt sympas et lui proposent de s’investir dans un projet de musée sur l’ancien asile local, Willard. Izzie découvre un journal intime et des effets personnels ayant appartenu à Clara. Qu’est-il arrivé à la jeune femme ?

J’ai toujours été intéressée par la thématiques des asiles, en particulier sur les femmes saines d’esprit qu’on internait pour les faire taire ou parce qu’elles avaient des « mœurs légères », par exemple. Ce roman est entièrement fictif. Pourtant, Ellen Marie Wiseman dépeint parfaitement le portrait d’une femme internée de force par sa famille. Cette histoire est terrible, entre l’injustice, les mauvais traitements, les punitions, la malnutrition, les sévices, les traitements médicamenteux. Impossible de ne pas avoir la nausée. Cela relève presque du film d’horreur. Et pourtant, c’est le sort vécu par de nombreuses femmes…

Si le texte est dur et nous tord le ventre, j’ai eu un coup de cœur pour cette lecture. Un coup de cœur pour ces deux femmes qui affrontent des démons différents et se montrent fortes. Un coup de cœur pour l’écriture et pour cet hommage retentissant, à toutes ces femmes à qui ont a brisé la vie. J’ai lu cette histoire en une petite journée, avec avidité et soif de justice. Un récit inoubliable que je recommande à 200%.

Ce qu’elle a laissé derrière elle d’Ellen Marie Wiseman, paru en mars 2023 aux éditions Pocket, 496 pages, 9,50€