Catégorie : Bande Dessinée

Very Bad Dates de Gaëlle Sanchez

Résumé

Nina et ses quatre amis célibataires débriefent avec humour leurs rencards entre virtuel et réalité.
Ces pépites du dating sont issues de vrais témoignages qui oscillent entre grandes attentes, déceptions, crises de rire et incompréhensions.
Comment se rencontrer et s’aimer à l’ère du numérique ?

L’avis de Cassandre

Dans Very Bad Dates, Gaëlle Sanchez s’est inspirée de ses expériences en matières de sites de rencontres et de dates, souvent foireux. Cette bande dessinée est donc basée sur des faits réels.

Elle met en scène cinq amis, adeptes des applications de rencontres. Au programme, vous trouverez des machos en tous genres, des grossophobes, des femmes qui ne ressemblent pas du tout à leurs photos, et j’en passe et des meilleures !

J’ai beaucoup ri des situations exposées. Ce que j’ai adoré, ce sont les compilations de profils aux descriptions nébuleuses. J’ai apprécié que les hommes comme les femmes puissent faire des rencontres ratées. Mais le tableau n’est pas toujours tout noir et le parcours semé d’embûches de nos amis peut aussi leur réserver de jolis dénouements !

Les illustrations sont très modernes, j’ai aimé l’esthétique des personnages et l’univers. Une bande dessinée drôle qui se dévore en quelques heures ! Je remercie Babelio et les éditions Marabout pour cet envoi, dans le cadre d’une opération masse critique.

Very bad dates de Gaëlle Sanchez, paru en septembre 2023 aux éditions Marabout, 144 pages, 19,95€

After tome 2 – roman graphique d’Anna Todd

Résumé

Tessa est une fille bien. Elle est sérieuse et a de l’ambition. L’année se poursuit à l’Université de Washington et son nouveau cercle d’amis essaie toujours de la pousser au-delà de sa zone de confort… Parmi eux, Hardin, le bad-boy de la fac qui la séduit autant qu’il l’exaspère.

Malgré leurs différences, Tessa et Hardin sont passionnément attirés l’un par l’autre et prêts à tout risquer pour une romance qui les consumera et les changera tous les deux.

L’avis de Cassandre

J’avais adoré le premier opus de l’adaptation en roman graphique de la série After et j’étais très impatiente de me plonger dans la suite. Nous retrouvons Tessa et Hardin à un tournant de leur relation naissante. Cet ouvrage démarre sur les chapeaux de roues et on ne s’ennuie pas un seul instant ! J’ai adoré l’histoire d’amour entre nos personnages principaux qui connaît des chamboulements. Hardin souffle le froid et le chaud mais Tessa prend confiance en elle et s’affirme. Leur psychologie est bien creusée et on comprend mieux certaines réactions.

Côté illustrations, je suis sous le charme. Les personnages et les décors sont beaux, le choix des couleurs me plaît. C’est un vrai plaisir pour les yeux ! Je trouve l’adaptation fidèle au roman, elle permet de prolonger le plaisir ressenti durant la lecture de la saga. J’ai lu ce deuxième tome d’une seule traite et la fin est impitoyable, j’espère que la suite sortira bientôt !

Que vous ayez lu les romans ou non, cette adaptation s’adresse à tous les fans de romance !

After tome 2 – roman graphique d’Anna Todd, paru en novembre 2023 aux éditions Hugo & Cie, 175 pages, 24,95€

Thomas Sankara, rebelle visionnaire de Lepidi, Santucci et Masioni

Résumé

Thomas Sankara est une icône panafricaine de la lutte contre les impérialismes. Surnommé le Che africain, Thomas Sankara, est tué lors d’un coup d’État fomenté par quelques-uns de ses anciens compagnons de lutte.
Biopic mené par Pierre Lépidi journaliste au Monde spécialiste de l’Afrique et Françoise Marie Santucci et porté par les dessins de Pat Masioni. L’album prend le parti pris de la narration indirecte à travers les yeux de Léa petite métisse de 9 ans, né d’un couple mixte. Léa rentre de l’école et demande à sa mère pourquoi ses parents l’ont appelée Léa-Thomas avec un prénom de garçon.

L’avis de Cassandre

Léa-Thomas est une écolière de neuf ans, moquée à l’école pour son « prénom de garçon ». Ses parents décident qu’elle est assez grande pour qu’ils lui expliquent l’histoire de son prénom et l’hommage à Thomas Sankara. Thomas Sankara a été le Président du Burkina Faso, dans les années 1980. D’ailleurs, le pays s’appelait à l’époque Haute Volta, Sankara a changé son nom qu’on peut traduire par « patrie des personnes intègres ». Thomas Sankara a marqué l’histoire de son pays. Il était en avance sur son temps sur de nombreuses thématiques. Il a mis fin aux mariages forcés des jeunes filles, a interdit l’excision et a œuvré pour l’interdiction de la polygamie et de la prostitution. Il a aussi mené de grandes actions pour redresser l’économie de son pays et inculquer des valeurs fortes à son peuple comme celle du travail. Mais Thomas Sankara était aussi très dur, intransigeant et ses idées avant-gardistes ont finalement eu raison de lui.

J’ai trouvé ce roman graphique passionnant. J’ai aimé la manière dont les auteurs nous parlent de sa vie, à travers différents récits, anecdotes et fragments de sa riche et courte vie. Thomas Sankara est un personnage historique inspirant, il a fait beaucoup pour le Burkina Faso en quelques années seulement. Il fallait un sacré culot et de la verve pour y parvenir, cela ne peut que forcer au respect. De Thomas Sankara, je ne connaissais que le nom. Maintenant, j’ai une idée claire de la personne qu’il était. Enfin, j’ai aimé les illustrations, les personnages, le choix des couleurs. Ce roman graphique est une très belle découverte que je recommande les yeux fermés !

Thomas Sankara, rebelle visionnaire de Lepidi, Santucci et Masioni, paru en septembre 2023 aux éditons Marabout, 160 pages, 23,95€

Pimo & Rex : Epouse-moi si tu peux de Thomas Wellmann

Résumé

Les chevaliers de la Table Ronde peuvent aller se rhabiller !

L’un, aspirant écrivain grand et maigre, est dévoré par une multitude d’angoisses existentielles, et surtout celle de la page blanche. L’autre est un robuste épicurien, jamais en panne d’inspiration pour concocter un plat réconfortant pour ceux qu’il aime. Et comme les contraires s’attirent, Pimo et Rex sont les meilleurs amis du monde. Et des collègues de travail : dans la vie, ils sont chevaliers, ce qui consiste globalement à dévaler des bois magiques sur leurs fidèles destriers, à la recherche d’une quête… eh bien, chevaleresque : libérer une muse réfractaire emprisonnée par un mage noir qui s’essaye sans succès à la peinture abstraite, ou encore affronter un terrifiant suprabibliothécaire prêt à tout pour récupérer un livre emprunté et jamais rendu…

Mais assez parlé boulot : Rex se marie avec Léo et compte bien oublier, le temps de ce week-end de festivités, monstres, sorcellerie et autres soucis du quotidien ! Sauf que les forces du mal ne prennent pas de jours de repos, elles…

L’avis dAudrey

La couverture de cette bande dessinée annonce la couleur : aventure loufoque en vue ! Pimo et Rex sont meilleurs amis, unis comme les doigts de la main. Rex, qui est écrivain, annonce son mariage avec Léo à Pimo et lui demande d’être son témoin. Fou de joie, il accepte. Les deux amis sont loin de se douter que l’événement ne se passera pas du tout comme prévu.

J’ai adoré l’univers déjanté de Thomas Wellmann. Ses personnages ne ressemblent pas à grand-chose et c’est ce qui fait leur charme. Ils sont bariolés et disproportionnés, ce qui peut tout d’abord surprendre (en bien). Les personnages évoluent dans un monde loufoque où s’invitent les monstres, la magie, la cartomancie et j’en passe !

Je me suis facilement laissé prendre au jeu de cette bande dessinée. L’humour est très présent et les dialogues et comiques de situation m’ont bien amusée. J’ai particulièrement aimé Pimo qui multiplie les bourdes, rendant les scènes hilarantes.

Si vous aimez les histoires et personnages complètement barrés, cette bande dessinée est pour vous ! Je remercie Babelio et les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce titre avec lequel je suis sortie de ma zone de confort, pour le meilleur !

Pimo & Rex : Epouse-moi si tu peux de Thomas Wellmann, paru en mars 2023 aux éditions Sarbacane, 160 pages, 17,90€

Les oubliés d’Alexandra Davis

Résumé

Des États-Unis à la Corée du Nord, de la Russie au Bangladesh, cet album est un voyage autour du monde à la découverte d’histoires vraies extraordinaires, mêlant détermination et résilience. 

L’auteure a enquêté, telle une journaliste d’investigation, pour interviewer ces héros ou leurs proches. Tous se sont livrés avec beaucoup de générosité et d’humilité.

À travers leurs épreuves vécues, ces hommes et ces femmes hors normes nous transportent au cœur de leurs destins, guidés uniquement par leur grand courage et leur volonté de vivre.

L’avis de Cassandre

Alexandra Davis, autrice et illustratrice, a choisi de dresser le portrait de seize hommes et femmes importants mais souvent méconnus. Ces portraits sont récents et mettent en lumière des personnes venues des quatre coins du monde. Difficile de ne pas être touché par leur histoire. Il y a ceux qui se battent pour les droits de l’homme, des femmes, des enfants. Ceux qui militent pour que le mariage des filles, le travail des enfants, les guerres cessent. Ceux qui se battent contre l’homophobie et qui font de la prévention contre le sida, contre les viols dans le domaine du sport et qui œuvrent pour la paix dans le monde. Enfin, il y a ceux, qui font preuve de courage et de résilience, qui risquent leur vie pour changer le cours des choses.

Si j’en connaissais certains, je suis ravie d’avoir découvert d’autres héros. J’ai aimé les illustrations et la manière dont les personnages sont dépeints. Cet album rappelle la série Culottées de Pénélope Bagieu. Pour conclure, un titre qui peut plaire à tous et qui nous donne envie de nous battre pour un avenir meilleur. Le petit plus à la fin : vous pouvez suivre certaines personnalités présentes sur les réseaux sociaux.

Les oubliés d’Alexandra Davis, réédité en mars 2023 aux éditions Michel Lafon, 152 pages, 21,95€

La Météorite d’Amaia Arrazola

Résumé

« Le mot « météorite » signifie « phénomène du ciel ». Ça vient du terme grec meteoros, et on l’utilise pour décrire l’éclat lumineux qui accompagne la chute de matière sur la Terre. Cet éclat se produit par l’incandescence temporelle que subit le météoroïde dû à la pression de choc. C’est un fragment d’un corps céleste qui tombe à la surface.
Une météorite se caractérise par sa capacité de destruction. Tout peut arriver : interruption de communications télé ou radio, vents violents ou tsunamis dévastateurs.
Quand une météorite entre en collision, ça fait un cratère ou ASTROBLÈME : une dépression à la surface en conséquence de l’impact.
Je ne m’étais jamais sentie concernée par ces astéroïdes. Mais récemment, il y a un an et demi à peu près, une petite météorite de chair, d’os et de pleurs qui a chamboulé toute mon existence est entrée en collision avec ma surface corporelle. Elle a ébranlé toutes mes certitudes, tout ce que j’avais planifié, le 6 octobre 2018. »

L’avis d’Audrey

Difficile voire impossible de passer à côté de cette jolie couverture, découpée et qui révèle un nouveau-né endormi. Mais ne vous fiez pas à cette première illustration, les débuts de la maternité en sont très éloignés !

Amaia Arrazola est illustratrice. Quand elle est tombée enceinte et quand elle a mis au monde sa fille, Ane, toutes ces certitudes ont volé en éclats. Rien ne ressemblait aux images véhiculées autour d’elle : dans les médias, sur les réseaux sociaux, ce que ses proches ont pu lui dire… Elle a vécu la matrescence comme une météorite qui lui serait tombée dessus en détruisant tout sur son passage. Ce roman graphique aborde différents sujets en toute franchise, ce que j’ai apprécié. L’autrice nous présente son vécu sans tabous et déconstruit les mythes dont on nous abreuve. Elle parle notamment de Kate Middleton qui apparaît absolument parfaite quelques heures seulement après son accouchement.

J’ai aimé le côté « déculpabilisant » et rassurant de cet ouvrage à travers lequel de nombreuses femmes se reconnaîtront. L’humour et le second degré dont bien présents. Je vous rassure, il n’y a pas que des passages sanglants, des cris et des pleurs, on y trouve également beaucoup d’amour.

Ce que j’ai moins apprécié dans ma lecture, c’est l’aspect déconstruit et non chronologique qui peut parfois nous plaire. De même, j’aurais aimé des illustrations un peu moins « simplistes ».

Pour conclure, un roman graphique idéal pour les femmes enceintes et les jeunes mamans ! Je remercie les éditions First et Babelio pour cet envoi lors d’une opération Masse Critique.

La Météorite d’Amaia Arrazola, paru en novembre 2022 aux éditions First, 168 pages, 23,95€

Magda, cuisinière intergalactique, tome 1 : Le grand tournoi de Nicolas Wouters et Mathilde Van Gheluwe

Résumé

Magda, 12 ans, est née sur Azuki, une lune minuscule à la biodiversité exceptionnelle, peuplée de créatures légendaires. « Miss Catastrophe » en puissance et excellente cuisinière malgré elle, elle a le don pour inventer accidentellement des recettes uniques et exquises, comme les sœurs Tatin avant elle. Par un coup de génie (ou du hasard…), elle est ainsi sélectionnée pour participer au fameux concours de cuisine végétarien intergalactique au cours duquel des enfants, représentant chacun une planète, s’affrontent depuis cent ans. L’enjeu est grand : gagner le « Nectar », convoité par tous pour ses propriétés miraculeuses. Mais alors que le tournoi bat son plein, Magda découvre que les dirigeants de certaines planètes se réunissent avec de sombres desseins : voler le Nectar et s’en servir pour étendre leur pouvoir sur toute la galaxie.

L’avis de Cassandre

Plus le temps passe et plus j’aime me plonger dans les bandes dessinées et romans graphiques. J’ai totalement craqué sur le titre et sur sa jolie couverture colorée lors de la dernière Masse Critique organisée par Babelio. Je remercie donc le site ainsi que les éditions Sarbacane pour cet envoi.

Magda a douze ans et c’est une jeune fille extrêmement maladroite. Si elle multiplie les bourdes, elle a toutefois un grand talent pour la cuisine. Son père et sa grand-mère la poussent à s’inscrire à un concours intergalactique qui n’a lieu qu’une fois tous les quatre ans. Elle accepte, davantage pour leur faire plaisir que le concours en lui-même. L’histoire se passe dans un univers totalement futuriste, comme son nom l’indique. Les personnages voyagent à travers les planètes à l’aide de vaisseaux. Le concours de cuisine est aussi avant-gardiste. Magda et ses concurrents vont devoir cuisiner de drôles d’ingrédients qui n’existent pas (encore ?) dans notre monde. J’ai adoré suivre Magda dans ses épreuves qui rappellent de célèbres émissions culinaires. Jusque dans les dernières minutes avant la fin, elle arrive toujours à nous épater !

Ce titre est rempli d’humour et j’ai passé un agréable moment en compagnie des personnages. J’ai aimé la thématique écologique et la préservation des ressources qui est très présente. On y trouve aussi de nombreux rebondissements et on ne s’ennuie pas une seule seconde dans cette course effrénée ! Les illustrations sont plaisantes, très actuelles, elles m’ont rappelé l’univers du manga.

Pour conclure, un premier tome très réussi et prometteur. J’ai hâte de me plonger dans la suite pour savoir ce qui va arriver à notre héroïne et son entourage !

Magda, cuisinière intergalactique, tome 1 : Le grand tournoi de Nicolas Wouters et Mathilde Van Gheluwe, paru en septembre 2022 aux éditions Sarbacane, 160 pages, 21€

Les extraordinaires pouvoirs du ventre de Harry Sokol et Judy

Résumé

Notre ventre recèle un secret étonnant : c’est là, grâce à notre microbiote, que se décident notre bien-être et la bonne santé de notre corps entier.
Vous pensiez que les intestins n’étaient qu’un long tube inerte ? Faux ! C’est là que tout se joue : immunité, humeur, résistance au stress et aux maladies…
Vous trouvez cela incroyable ? Alors suivez les deux nano-explorateurs Harry et Judy à la découverte de ce monde caché dans notre ventre !

L’avis de Cassandre

Quand Babelio m’a proposé de recevoir ce titre dans le cadre d’une opération Masse Critique privilégiée, je n’ai pas hésité avant d’accepter. Je m’intéresse depuis toujours aux sciences et le corps humain me fascine.

Le ventre est notre deuxième cerveau et je pense que ce n’est plus un secret pour personne. Mais savez-vous ce qu’est le microbiote et comment il influe sur notre quotidien ? La réponse va se faire de manière très originale. Cet ouvrage est une bande dessinée qui met en scène son auteur, le Professeur en gastroentérologie Harry Sokol (spécialisé dans les maladies inflammatoires de l’intestin) ainsi que l’illustratrice, Judy. Les deux personnages sont représentés à la manière d’explorateurs qui vont voyager à l’intérieur d’un système digestif à l’aide d’un nano-vaisseau (ce qui n’est pas sans rappeler le dessin animé Il était une fois… la vie). J’ai trouvé très pertinent de présenter un livre éducatif sous forme de bande dessinée. Il faut dire que le système digestif et son microbiote constituent un sujet assez complexe et le fait de l’illustrer rend la compréhension nettement plus facile.

J’ai adoré ce voyage à l’intérieur du corps humain. Le système digestif est incroyable et beaucoup de choses se jouent à l’intérieur. Une perturbation du microbiote peut nuire à notre santé : maladies inflammatoires, stress, diminution des défenses immunitaires, entres autres. Mieux comprendre le fonctionnement de notre corps et des bonnes et mauvaises bactéries peut nous permettre de le préserver. De nombreux conseils sont donnés pour prendre soin de soi (et de ses intestins !).

Ce titre est captivant et j’ai aussi apprécié l’humour très présent et qui apporte une touche de légèreté. J’ai notamment bien ri avec le petit bêtisier présent à la fin.

Je vous conseille ce titre si vous vous intéressez au corps humain et avez envie de découvrir de nombreuses choses. Cet ouvrage peut aussi bien s’adresser aux adolescents qu’aux adultes. Je remercie Babelio et les éditions Deboeck supérieur pour cette réception.

Les extraordinaires pouvoirs du ventre de Harry Sokol et Judy, paru en septembre 2022 aux éditions DeBoeck Supérieur, 160 pages, 19,90€

Les chroniques de juin

Bonjour à tous,
L’été est là, pour mon plus grand bonheur. J’adore lire et profiter du beau temps dans mon jardin. Pour les beaux jours, j’ai choisi quelques thrillers, romances, livres graphiques et pratiques. Je vous présente ma sélection :

Son espionne royale et les conspirations du palais (tome 9) de Rhys Bowen

Son espionne royale est ma série « cosy mystery » préférée. Je suis fan de l’héroïne, Georgiana, une jeune femme pétillante, perspicace et qui ne manque pas de répartie. L’univers dans lequel elle évolue me laisse toujours rêveuse, les grands voyages, la royauté, les châteaux. Enfin, j’adore les enquêtes et la manière dont elles sont traitées. Dans ce tome, Georgiana est envoyée par la Reine au château de Kensington. Sa mission : chaperonner et faire découvrir la ville à la princesse Marina, future épouse du Prince Georges. Si le séjour s’annonce plutôt divertissant au premier abord, il se pourrait bien qu’un nouveau meurtre ait lieu ! Ce tome m’a autant conquise que les précédents. J’ai pris plaisir à retrouver certains personnages comme Quennie, l’indécrottable femme de chambre qui cumule les bourdes ou Belinda, qu’on découvre sous un nouveau jour. Bien entendu, le charmant Darcy n’est jamais bien loin ! Une série que je recommande à 200% !

Son espionne royale et les conspirations du palais (tome 9) de Rhys Bowen, paru en avril 2022 aux éditions Robert Laffont, 378 pages, 14,90€

Rendors-toi, tout va bien d’Agnès Laurent

Rendors-toi, tout va bien, s’ouvre sur une scène d’action. Une femme roule sur l’autoroute comme si elle avait le Diable aux trousses. Elle ne prête pas attention aux appels de phares et coups de klaxon des autres, elle ne pense qu’à une chose : fuir. Sa conduite dangereuse ne peut l’amener qu’à l’accident. Mais avant d’en savoir plus sur cette mystérieuse femme, Agnès Laurent rembobine cette journée jusqu’au matin-même. A Sète, au lever du jour, Guillaume Dumont, père de famille se fait arrêter par les gendarmes. La journée va être longue, très longue. Dans ce roman noir, Agnès Laurent dissèque un couple normal, presque « médiocre ». On découvre Christelle Dumont, une femme qui n’a pas grand chose pour elle, ni physiquement, ni intellectuellement. Il faut dire que la vie ne lui a fait aucun cadeau. Son mari, Guillaume, occupe un poste à responsabilités. Enfin, il y a les filles, Noémie et Sophie. Nous suivons plusieurs membres de cette famille ainsi que des personnages secondaires comme la voisine ou la belle-sœur. Chacun vit l’histoire à sa manière, en apnée jusqu’au dénouement. Rendors-toi, tout va bien, est l’autopsie d’un couple, de la famille « tout le monde ». J’ai trouvé ce premier roman remarquable et effroyable à la fois. Le sujet principal est bien amené et traité à la perfection. Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant aimé un thriller, une réussite !

Rendors-toi, tout va bien d’Agnès Laurent, paru en mai 2022 aux éditions Pocket, 224 pages, 6,50€

La vie qu’on m’a choisie d’Ellen Marie Wiseman

La vie qu’on m’a choisie met en scène deux personnages féminins qui vivent dans le même lieu, Blackwood Manor, aux États-Unis, mais à une époque différente. Lilly a neuf ans en 1931. Son univers se restreint à sa chambre, dans le grenier de Blackwood Manor. Elle n’en est jamais sortie, ses parents la retenant captive à cause d’une différence physique qui fait d’elle un monstre à leurs yeux. Un beau jour, elle sort enfin mais pour connaître un sort atroce : elle est vendue par sa mère à un cirque… 25 ans plus tard, en 1956, Julia, une jeune femme, a elle aussi grandi à Blackwood Manor. Elle a rapidement fui le domicile familiale pour voler de ses propres ailes. Mais un beau jour, elle hérite de ce domaine et va devoir se confronter à son passé. J’ai adoré suivre ces deux personnages féminins qui vont vivre des événements dramatiques. J’ai ressenti une forte empathie pour Lilly qui va jouer un rôle de bête de foire dans ce Freak Show. On se demande sans cesse ce qui va lui arriver et on prie pour qu’elle connaisse la paix. Julia, quant à elle, n’est guerre mieux lotie. Elle a eu une enfance malheureuse, sans amour et a connu la misère et la faim en quittant le domicile familial. Son retour à Blackwood Manor risque de lui faire découvrir d’affreux secrets. Ellen Marie Wiseman nous offre une histoire difficile et nous fait réfléchir sur la famille, le poids des secrets, l’univers du cirque et la condition des hommes et des animaux qui y travaillent. Ce roman m’a parfois fait penser à l’excellent De l’eau pour les éléphants. Un roman passionnant et très bien écrit que je conseille absolument.

La vie qu’on m’a choisie d’Ellen Marie Wiseman, paru en mars 2022 aux éditions Pocket, 528 pages, 8,50€

La brillante destinée d’Elizabeth Zott de Bonnie Garmus

Qui est Elizabeth Zott ? Je la qualifierais comme un OVNI. Elizabeth vit dans les années 1960, aux États-Unis. Elle n’est pas femme au foyer, non, c’est une véritable chimiste, travaillant dans un Institut de Recherche. Pour l’époque, ce n’est pas commun. Bien entendu, elle est régulièrement victime d’injustices et de machisme absolu, les femmes étant plutôt attendues au secrétariat… Vous l’aurez compris, notre héroïne consacre toute son énergie à la science jusqu’à ce qu’elle ne fasse la rencontre de Calvin Evans, chercheur de renom. Entre eux, c’est le coup de foudre. Mais ce roman n’est pas qu’une histoire d’amour, il est bien plus. Elizabeth Zott a plusieurs vies et on ne sait jamais où va nous emmener Bonnie Garmus. Ce roman est décalé, parfois drôle mais finalement assez profond sur la condition féminine. J’ai adoré Elizabeth, son intelligence, sa répartie, son côté asocial et atypique. Les personnages secondaires m’ont plu, surtout le chien, baptisé Six-Trente qui est personnifié. Un premier roman aussi brillant que son héroïne !

La brillante destinée d’Elizabeth Zott de Bonnie Garmus, paru en mai 2022 aux éditions Robert Laffont, 576 pages, 22,50€

Twice in a blue moon de Christina Lauren

Le duo Christina Lauren est toujours une valeur sûre en matière de romance. J’étais impatiente de lire Twice in a blue moon. L’histoire se déroule sur deux périodes bien distinctes. Dans la première, nous rencontrons Tate, une jeune américaine qui célèbre ses dix-huit ans avec sa grand-mère, en Angleterre. Elle y rencontre Sam, vingt ans, lui aussi en séjour avec son grand-père. Le coup de foudre est quasi immédiat. Leur histoire est très intense sur un court laps de temps. Pourtant, ils ont le sentiment de se connaître depuis toujours. Hélas, un événement vient tout chambouler. 14 ans plus tard, Tate est devenue une grande actrice et s’apprête à tourner un film important pour sa carrière. Et si le Destin offrait une seconde chance à Tate et Sam ? Le duo d’autrices a encore su me surprendre avec cette jolie romance. J’ai adoré les deux personnages, leur personnalité, leurs forces et leurs faiblesses. L’univers du cinéma m’a captivée également. Pour conclure, une jolie romance très addictive.

Twice in a blue moon de Christina Lauren, paru en avril 2022 aux éditions Hugo Publishing, 395 pages, 17€

Come find me de Megan Miranda

Je n’avais jamais entendu parler de Come find me avant de recevoir une proposition de Babelio pour le lire dans le cadre d’une Masse critique privilégiée. Je les remercie donc ainsi que les éditions Bayard pour cet envoi. Ce roman, du genre Young Adult, met en scène deux personnages que nous suivons par chapitres alternés. D’une part, Kennedy, une adolescente qui a vécu un événement traumatique et Nolan, dont le grand-frère a disparu il y a deux ans. Chacun a connu un drame qui a bouleversé le cours de sa vie. Ils ne se connaissent pas encore, mais un événement va les réunir, et celui-ci a tout d’un phénomène paranormal. Come find me est un savant mélange de thriller et de roman ésotérique. J’ai adoré l’ambiance mystérieuse et surnaturelle. On se demande où va nous emmener Megan Miranda et je dois dire que je suis satisfaite de ses choix. Kennedy et Nolan sont des adolescents courageux qui mettront tout en oeuvre pour faire éclater la vérité, qu’importent les conséquences. L’intrigue est bien menée et je ne m’attendais pas à un tel dénouement. Pour conclure, une belle découverte jeunesse qui change de mes lectures habituelles. Et en prime, la couverture est très jolie !

Come find me de Megan Miranda, paru en juin 2022 aux éditions Bayard, 432 pages, 17,90€

En slip ! de Jacob Grant

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CVT_En-slip-_6831.jpg.

Pablo est le jeune protagoniste de l’histoire. Aujourd’hui est un jour spécial, Pablo et son papa vont se rendre à une fête. Alors, on prend son petit-déjeuner, on se brosse les dents, on passe aux toilettes et on s’habille ! Sauf que Pablo ne l’entend pas de cette oreille et aimerait partir en slip ! S’ensuit un débat animé entre l’enfant et son papa. Évidemment, cela crée des situations assez cocasses ! Cet album a vraiment tout pour plaire. Le sujet est original, très drôle et le final inattendu et bien trouvé. Les illustrations sont très belles, pleines de rondeurs et aux jolies couleurs. J’ai trouvé Pablo très attachant et sa répartie très amusante. En slip ! est un album drôle et original.

En slip ! de Jacob Grant, paru en février 2022 aux éditions Père Fouettard, 40 pages, 14€

Après les vagues de Sandrine Kao

Après les vagues est un album au format rectangulaire qui rappelle celui des bandes dessinées. La couverture est très jolie avec son titre en relief et son univers onirique. Dans cet ouvrage, deux personnages qui sont de mignons petits animaux (qui rappellent les pandas) se rencontrent. Ils vont s’apprivoiser au fil des pages et partir à l’aventure. Cet album contient très peu de texte, il est très imagé et beaucoup de choses sont implicites. L’univers m’a plu, celui d’une île déserte où on se perd, on se retrouve et où on se rapproche. Les illustrations et le choix des couleurs m’ont beaucoup plu. Malgré le texte minimaliste, de nombreux sentiments transpercent de ces pages : l’amour, l’amitié, la famille, le courage etc.. Je suis ravie d’avoir découvert l’univers atypique de Sandrine Kao !

Après les vagues de Sandrine Kao, paru en avril 2022 aux éditions Grasset, 40 pages, 18,90€

Donner du plaisir à un homme de Belinda Sans Tabous

Belinda Sans Tabous est une « love coach » très présente sur les réseaux sociaux. Comme son pseudo l’indique, elle parle ouvertement de sujets intimes en faisant tomber les barrières. Dans cet ouvrage, elle nous expose des témoignages, des questions qu’elle reçoit fréquemment et qu’elle traite sans détours ainsi que ses propres expériences. Dans cet opus, elle donne la parole aux hommes. Au fond, qu’est-ce qu’ils aiment ? Que pensent-ils des différents sujets abordés ? J’ai trouvé ce titre intéressant à lire en étant une femme. On se met à la place à des hommes et on se rend compte que nous avons beaucoup d’idées reçues ! Belinda Sans Tabous est une coach pleine d’humour qui parle de l’intime sans retenue et sans tomber dans la vulgarité pour autant. Un ouvrage idéal pour se coucher moins bête (sans mauvais jeu de mots !).

Donner du plaisir à un homme de Belinda Sans Tabous, paru en mai 2022 aux éditions Hugo & Cie, 175 pages, 16€

On the Verge de Anne-Laure Parmantier

On the Verge est le nom du podcast d’Anne-Laure Parmantier, lancé en 2019. Le but ? Donner la parole aux hommes de tout âge et les laisser s’exprimer. Chacun des chapitres s’intéresse à un homme, sous couvert d’anonymat et parle d’un sujet. Cela peut être l’asexualité, l’infidélité, le sexe quand on est « senior », le BDSM, l’homosexualité, la bisexualité et bien d’autres ! Ces témoignages sont aussi intéressants que précieux. Ils permettent de mieux comprendre les hommes et leur rapport à la sexualité. On se rend compte que beaucoup de problèmes résultent d’un problème de communication au sein du couple. Un très bon ouvrage sans aucun jugement qui m’a donné envie d’écouter le podcast !

On the Verge de Anne-Laure Parmantier, paru en avril 2022 aux éditions Robert Laffont, 288 pages, 18,90€

J’espère que vous avez apprécié cette sélection. Je vous souhaite un bel été et de bonnes lectures !

Les chroniques de mai

Bonjour à tous,
Pour ce mois de mai, j’ai choisi des romans courts qui se lisent facilement et aux couvertures plutôt colorées. Je vous laisse découvrir ma sélection sur des thématiques très différentes :

Luna de Serena Giuliano

Après Ciao Bella et Mamma Maria, il était hors de question de passer à côté de Luna, le troisième roman de Serena Giualiano. Nous faisons la rencontre de Luna, une jeune femme contrainte de retourner à Naples, la ville de son enfance, au chevet de son père malade. Elle, qui a tout quitté pour Milan il y a des années, va devoir affronter ses vieux démons et renouer avec Naples. A nouveau, j’ai adoré ce voyage près du Vésuve et de la mer, les Napolitains et leurs expressions, la gastronomie, les romans de Serena Giualiano sont de véritables guides touristiques. L’histoire est captivante et se lit très facilement. J’ai aimé suivre Luna mais aussi sa cousine Gina, ses amies ainsi que les personnages secondaires. On passe un moment délicieux, on est touché, ému et on rit, beaucoup. Un joli voyage à Naples.

Luna de Serena Giuliano, paru en mars 2021 aux éditions Robert Laffont, 224 pages, 17,50€

Un matin ordinaire de Marjorie Tixier

Laurence a une vie bien rangée : épouse d’un mari qu’elle aime profondément, mère de deux filles bien élevée, un quotidien bien cadré. Chaque vendredi, elle s’accorde une heure à elle, une seule où elle court. Chaque vendredi, c’est le même itinéraire, sur un chemin de forêt isolé. Mais ce vendredi, Laurence est en retard, et cela ne lui ressemble pas… Un matin ordinaire est un roman choral où nous suivons Laurence et son entourage : son mari, ses filles, la voisine qui espionne à la fenêtre, etc.. J’ai beaucoup aimé cette construction qui nous permet de suivre un drame à travers différents prismes. J’ai trouvé ce titre très percutant et bouleversant. Il est court et intense à la fois. Le sujet n’est pas facile mais parfaitement maîtrisé. Un titre à découvrir !

Un matin ordinaire de Marjorie Tixier, paru en avril 2021 aux éditions Pocket, 272 pages, 6,95€

Le spectateur de Théo Grosjean

Samuel n’est pas un garçon comme les autres. Dès sa naissance, ses parents se rendent compte que « quelque chose ne va pas » chez lui. Samuel grandit et ne parle pas, il passe son temps à dessiner. S’il n’est pas muet, il semblerait qu’il soit atteint d’un trouble du spectre autistique et cela va gravement impacter sa vie. Dans cette bande dessinée, Théo Grosjean positionne son lectorat à la place de Samuel. Nous suivons toute l’histoire à travers ses yeux, spectateurs, comme lui, d’une vie où il ne peut être que passif. Le spectateur est une histoire dramatique qui bouscule son lectorat. Impossible de ne pas être touché par tout ce qui arrive à Samuel. Le thème est original et j’ai adoré les choix graphiques, notamment l’utilisation de deux nuances de couleurs : le bleu et le noir. Les dessins sont très beaux, j’ai beaucoup apprécié cet univers. Théo Grosjean maîtrise parfaitement son sujet et parvient à nous mettre dans la peau de Samuel. Un roman graphique que je n’oublierai pas.

Le spectateur de Théo Grosjean, paru en avril 2021 aux éditions Soleil, 168 pages, 18,95€

Les nouvelles vagues de Arnaud Cathrine

Les nouvelles vagues est la suite de Romance que je n’ai pas lu. J’ai donc fait la rencontre de Vince, un adolescent qui a le cœur brisé depuis la fin de sa relation avec Octave qui est tout d’abord un ami proche. Afin de l’aider à tourner la page, il va travailler dans la librairie de sa mère durant l’été. Il y fera la connaissance de Micha, un mystérieux jeune homme, plus âgé et dont il n’est pas insensible à son charme. Enfin, il y a Maryline, une lycéenne qui passe de drôles de vacances et qui dont le chemin va croiser celui d’Octave. J’ai été conquise par ce roman, très court mais intense sur les relations amoureuses et humaines. Arnaud Cathrine dresse un portrait réaliste des « jeunes d’aujourd’hui », leurs amours, leurs doutes et leurs contradictions, aussi. Je me suis attachée aux différents personnages et j’ai apprécié les thématiques très actuelles, l’identité et orientation sexuelle, notamment. Un très bon roman qui me donne très envie de lire Romance !

Les nouvelles vagues de Arnaud Cathrine, paru en avril 2021 aux éditions Robert Laffont, 320 pages, 16,50€

Positive de Camryn Garrett

On parle moins du VIH, pourtant, le nombre de contaminations ne fléchit pas. Où en est la recherche dans ce domaine ? Comment vivent les personnes séropositives aujourd’hui ? C’est la thématique principale de ce roman. Il met en scène Simone, une adolescente atteinte du VIH depuis sa naissance et adoptée par un couple homosexuel. Simone vient d’arriver dans un nouveau lycée car, dans le précédent, les élèves ont découvert sa séropositivité et lui ont fait vivre un enfer. Elle prend un nouveau départ, se fait des amies et rêve d’être en couple et d’avoir sa première relation sexuelle. Camryn Garrett aborde une thématique très importante et nous fait prendre conscience de ce que c’est que de vivre avec le VIH aujourd’hui. J’ai entendu parler de la charge virale indétectable qui rend le virus intransmissible mais j’avoue ne pas avoir approfondi le sujet. Positive nous apprend de nombreuses choses et fait tomber les préjugés. Combattre l’ignorance est primordial et avec un titre aussi documenté, cela ne peut être que bénéfique. Si j’ai trouvé que les personnages manquaient un peu de maturité pour leur âge dans leurs discours, j’ai été très touchée par l’histoire de Simone et son combat. Un titre à découvrir !

Positive de Camryn Garrett, paru en mars 2021 aux éditions Robert Laffont, 414 pages, 17,90€

Ranee, Tara, Sonia, Chantal, Anna de Mitali Perkins

Ce roman est l’histoire de cinq femmes de la même famille. Nous avons Ranee, la grand-mère Bengali qui a immigré aux États-Unis avec son mari et ses deux filles, Sonia et Tara puis, Chantal et Anna, leurs deux filles respectives. L’histoire se déroule des années 1960 à 2000. On y traite de nombreux sujets : l’intégration, l’héritage, la tradition, la nationalité mais aussi le féminisme. J’ai beaucoup aimé le partie consacrée aux deux sœurs, Tara et Sonia qui ont grandi dans les années 1960/1970. Ce sont deux personnages au caractère fort qui vont bousculer leurs parents et leurs idées. J’ai trouvé ce livre très bien écrit et j’y ai appris de nombreuses choses sur la culture indienne. Cette saga familiale est très prenante et les pages défilent rapidement. J’aurais peut-être souhaité plus de passages sur Ranee et mieux comprendre certains moments de sa vie. Pour conclure, sous cette couverture colorée se cache une histoire palpitante qui peut plaire aux adolescents comme aux adultes.

Ranee, Tara, Sonia, Chantal, Anna de Mitali Perkins, paru en juin 2020 aux éditions Bayard, 352 pages, 14,90€