Catégorie : Littérature générale

Les belles plantes d’Adèle Ninay

Résumé

Iris, vingt-ans et un sacré tempérament, a grandi dans une tour de béton du quartier des plantes. Toute sa vie tourne autour de ses exigeantes études de lettres mais quand sa meilleure amie Fatou lui propose d’enfiler le costume de mono de colo pour les grandes vacances, Iris saute sur l’occasion. C’est la perspective de changer de décor et d’échapper à Kylian, son ex un peu trop collant. Mais les voyages réservent des surprises. Partir à la montagne avec trente-deux ados du quartier, drôles et attachants mais épuisants, c’est loin de ressembler à des vacances. Surtout quand le dérèglement climatique s’en mêle. Au coeur d’une nature tour à tour hostile et bienveillante, ados et monos vont partir à la découverte d’eux-mêmes, des autres et de l’amour. Celui qui vous rend lucide et vous aide à mûrir. Celui qui vous déçoit aussi parfois.

L’avis de Cassandre

J’ai adoré le précédent roman d’Adèle Ninay intitulé Nous deux sur le toit du monde et j’avais très envie de retrouver sa plume dans une nouvelle histoire !

Nous faisons la rencontre d’Iris, une jeune femme de vingt ans, étudiante à la Sorbonne et qui réside au quartier des plantes, en banlieue parisienne. Les plantes, ce quartier n’en a que le nom, il s’agit surtout de tours bétonnées habitées par des jeunes souvent défavorisés. Quand Fatou, sa meilleure amie, lui propose de partir à la montagne et devenir animatrice de colonie pour les adolescents du quartier, Iris accepte. L’expérience peut s’avérer sympathique et elle est rémunérée. Les deux amies ne sont pas au bout de leurs surprises !

Voilà un voyage littéraire qui rappelle de bons souvenirs de colonies. Le voyage en bus, les randonnées, les moniteurs, la vie en collectivité… Ce sont de nombreuses émotions qui sont remontées à la surface ! Pour ces jeunes et leurs moniteurs, c’est l’occasion de renouer avec la nature, prendre du recul, se faire des amis et des expériences inoubliables !

J’ai aimé les personnages principaux. Iris, qui n’a pas trop confiance en elle, une jeune femme déçue en amour, inquiète pour sa famille mais aussi drôle et solaire. Fatou est lumineuse, entière et éperdument amoureuse de Malik, l’organisateur de la colonie. Et puis, il y a les personnages secondaires comme le beau et taiseux Mattéo ou la douce Laura, l’une des jeunes qui traverse des moments difficiles.

Et qui dit colonie de vacances, dit aussi amour au rendez-vous ! Nous suivons différentes histoires d’amour qui sont bien amenées et font du bien !

J’ai passé un bon moment en compagnie des personnages, j’ai aimé le voyage, les personnages, la romance mais aussi l’aspect environnemental qui sensibilise à la protection de la nature et de la biodiversité. Une lecture agréable et dépaysante !

Les belles plantes d’Adèle Ninay, paru en juin 2024, 271 pages, 18,90€

Les oiseaux se moquent bien du paradis de Magali Discours

Résumé

Vanille a une imagination fertile et chante à tue-tête. Elle rêve son quotidien comme un rossignol en cage dans sa petite épicerie du Flamant rose à Hyères. Pourtant, la vie ne tient pas toujours les promesses faites à l’aube. L’épicière de l’avenue Gambetta n’est pas devenue cantatrice, son histoire d’amour avec Pierrot n’est qu’un mirage. Tout n’est pas aussi gai que le chant des pinsons.
Elle aurait tant voulu avoir des ailes pour côtoyer le ciel !
Mais le passé va rejaillir sous les traits d’un oiseau de mauvais augure qui apporte d’autres vérités que les douces mélancolies qui bercent Vanille d’illusions. Elle devra bousculer le présent pour s’envoler vers l’avenir.
Ce roman sur la nostalgie et la poésie des jours simples nous invite à accueillir notre destinée sans crainte.

L’avis de Cassandre

Vanille est Flamande mais vit depuis l’enfance à Hyères. Elle dirige une petite épicerie sur la Côte d’Azur et parle chaque jour à la photographie de son Pierrot. Qu’est devenu son Grand Amour ? Pourquoi Vanille a-t-elle toujours les deux pieds dans le passé ? Quand ledit passé sonne à sa porte, il est temps pour l’épicière d’affronter le présent…

En débutant ce roman, j’ai eu l’impression d’avancer dans un univers ouaté. On ne sait pas très bien où on va, qui sont les personnages, ce qui se passe réellement dans la tête de Vanille, le personnage principal. Le passé et le présent s’entremêlent. Peu à peu, l’intrigue et les personnages vont se dévoiler et nous livrer leurs secrets.

J’ai été émue par cette histoire qui parle de passé, de l’absence, des non-dits, des bons et des mauvais choix qui déterminent notre avenir. Magali Discours a une plume poétique, son texte est d’une grande sensibilité. Comment ne pas être touchée par l’histoire de Vanille, son ami Sam et sa fille, Violette ? Un roman qui fait réfléchir sur le poids du passé, sur les fantômes qui l’habitent et sur le droit d’avancer et d’être à nouveau heureux.

Les oiseaux se moquent bien du paradis de Magali Discours, paru en mai 2024 aux éditions L’Archipel, 288 pages, 20€

Prenez-moi pour une conne… de Guillaume Clicquot

Résumé

« Je m’appelle Orane de Lavallière, j’ai 58 ans. J’ai sacrifié tous mes diplômes pour me dévouer à ma famille et à la réussite de mon mari, Xavier. Ma mission de mère au foyer accomplie, ce salopard m’a quittée pour une jeunette. Une histoire banale. Il m’a prise pour une conne, et il n’avait pas tort. Endormie par mon confort de vie et aveuglée par mes certitudes de petite bourgeoise naïve et coincée, je n’ai rien vu venir. Xavier m’a détruite. Je me suis relevée. Pourtant son souvenir m’obsède, son existence me ronge. Je me sens impuissante. À moins que… »

L’avis de Cassandre

Orane De Lavallière a 58 ans. Elle est issue d’un milieu privilégié. Elle est mariée depuis plus de trente ans à Xavier, ils ont trois enfants et d’adorables petits-enfants. Une famille parfaite ou presque. En effet, Xavier quitte sa femme par e-mail, le lendemain du mariage de leur fille et de surcroît pour une femme plus jeune. Orane voit rouge. À vrai dire, elle commence à en avoir marre qu’on la prenne pour une conne. Et si c’était l’occasion pour elle de s’en servir pour se venger ?

Accrochez vos ceintures, la tornade Orane va tout emporter sur son passage ! J’ai adoré cette femme qui pense avoir tout perdu car elle n’existait qu’à travers son mari. Elle va dégringoler pour mieux se relever, notamment grâce à sa précieuse psychologue, à ses amis et ses enfants. Mais ne sous-estimez pas cette mère au foyer presque sexagénaire, Xavier risque de regretter amèrement son acte !

Prenez-moi pour une conne… est un roman jubilatoire et drôle qui m’a fait le plus grand bien ! On navigue entre plusieurs genres littéraires : roman policier, psychologique et humoristique. Impossible de le reposer avant d’avoir lu le dénouement, entièrement jouissif ! Une pépite !

Prenez-moi pour une conne de Guillaume Clicquot, paru en mai 2024 aux éditions Pocket, 336 pages, 8,60€

Jeunes filles à la volière d’Eve Chase

Résumé

Lauren, Kat et Flora sont trois demi-sœurs qui partagent un père, artiste célèbre, et un terrible secret. Au fil des ans, elles se sont éloignées et mènent des vies désormais très différentes que chacune semble avoir réussie. Mais voilà que leur père doit leur faire une « annonce » et les invite en Cornouailles, à Rock Point, sa maison sur la falaise qui abritait les étés de leur enfance. C’est là que leur père a peint son tableau le plus célèbre, le portrait de ses trois filles, Jeunes filles à la volière, le fameux été de l’éclipse solaire. L’été où le pire est arrivé, où la meilleure amie de Lauren  a été retrouvée morte dans la volière. Vingt ans plus tard, au cœur de l’hiver, dans des paysages grandioses balayés par les vents, les souvenirs de cet été-là rodent. Quelqu’un dans l’ombre surveille chacun de leurs mouvements. Quelqu’un qui se souvient de ce qu’ont fait les filles du tableau. La vérité va devoir éclater, peu importe le prix à payer.
Un texte riche en rebondissements, en sombres secrets, qu’on ne lâche pas qui nous transporte dans les somptueux paysages de Cornouailles, entre lande et océan.
Le récit sans complaisance de la cruauté dont peuvent faire preuve les enfants mais aussi d’une famille qui essaie de se retrouver.

L’avis de Cassandre

Après Un manoir en Cornouailles et Les filles du manoir Foxcote que j’avais adorés, j’étais impatiente de lire ce nouveau roman d’Eve Chase.

Lauren, Flora et Kat sont demi-sœurs et partagent le même père. Lauren a été difficilement (voire peu) acceptée par ses sœurs, elle est arrivée « tardivement » dans la famille et est issue d’un milieu social plus défavorisé. Elles se voyaient donc l’été chez leur père, artiste, dans l’imposante demeure nommée Rock Point, en Cornouailles. Mais depuis le dramatique été 1999, quelque chose s’est brisé. Vingt ans après, les sœurs, devenues adultes, sont réunies par leur père qui a quelque chose à leur annoncer. Mais très rapidement, l’atmosphère se fait pesante…

J’adore les histoires mettant en scène des femmes et encore plus quand on y mêle secrets de famille et grandes demeures. C’est d’ailleurs ce que j’ai tant apprécié dans ses autres romans. Malheureusement, j’ai été moins conquise, cette fois. J’ai peiné à entrer dans l’histoire, j’ai trouvé la première moitié relativement longue et je n’ai pas su m’attacher aux héroïnes. J’ai toutefois trouvé cette histoire addictive et j’avais envie de connaître les sombres secrets de Rock Point. En terminant ce roman, j’ai ressenti une pointe de déception pour ces fameux secrets qui ne sont finalement pas très surprenants. J’aurais aimé plus d’intensité dans cette lecture.

Pour conclure, une lecture qui reste agréable mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Jeunes filles à la volière d’Eve Chase, paru en avril 2024 aux éditions Robert Laffont, 396 pages, 22€

Hadès et Perséphone tome 4 : A touch of chaos de Scarlett St. Clair

Résumé

Les dieux sont en guerre, les Titans ont été libérés et Hadès et Perséphone doivent se battre bec et ongles pour obtenir une fin heureuse.

Perséphone, déesse du Printemps, n’aurait jamais imaginé qu’une rencontre fortuite avec Hadès, dieu des Enfers, changerait sa vie à jamais – mais elle l’a fait. Désormais mêlés à un combat pour l’humanité et à des batailles entre les dieux, Perséphone et Hadès sont entrés dans un monde qu’ils ne pensaient pas voir un jour. Pour mettre fin au chaos, Perséphone doit puiser dans ses ténèbres et accepter ce qu’elle est devenue : déesse, épouse, reine des Enfers.

Autrefois, Perséphone négociait pour sauver ceux qu’elle aimait.

Aujourd’hui, elle partira en guerre pour eux.

L’avis d’Audrey

Ayant adoré les trois premiers tomes, j’étais très impatiente de lire le dernier livre de la saga Hadès et Perséphone. 

Nous reprenons là où nous nous sommes arrêtés dans A touch of malice lorsque Perséphone et Hadès sont séparés. Perséphone doit de son côté prendre son rôle de Reine des Enfers qui en l’absence d’Hadès, la déstabilise. 

J’ai toujours aimé la mythologie, et j’ai tenté de chercher des ressemblances avec ce que je connaissais déjà des récits originaux. J’ai adoré suivre les différents personnages principaux au cours de cette saga, mais aussi les personnages secondaires comme Hermès ou Hécate qui m’ont bien fait rire. 

Ce qui m’a moins plu, ce sont les scènes érotiques qui sont un peu trop nombreuses à mon goût. Hadès et Perséphone ne peuvent se retrouver seuls sans se sauter dessus. Ces scènes deviennent redondantes à ce stade de la série.

L’épilogue m’a laissé légèrement sur ma faim car cela se termine rapidement et j’aurais aimé connaitre plus de détails concernant certains personnages secondaires tels que Dionysos par exemple. Malgré quelques points négatifs, j’ai aimé, comme les opus précédents, le style d’écriture et je suis triste d’avoir tourné la dernière page de cette saga qui est passée bien trop vite ! 

Hadès et Perséphone tome 4 : A touch of chaos de Scarlett St. Clair, paru en mai 2024 aux éditions Hugo Publishing, 480 pages, 18€

La prochaine fois, peut-être… de Cesca Major

Résumé

Un lundi de décembre, Emma rentre épuisée dans sa maison londonienne. Entre son travail d’agent littéraire, ses enfants et ses activités multiples, elle passe ses journées à courir, et Dan, son mari, se sent de plus en plus délaissé. D’autant plus que ce lundi en question est le jour de l’anniversaire de leur rencontre. Une date importante pour Dan, mais Emma semble l’avoir oubliée…
Dan, homme d’ordinaire très calme, est à bout de nerfs et décide de sortir prendre l’air plutôt que de laisser exploser sa colère. Et ce soir-là, un drame va arriver. Rien ne sera plus jamais comme avant. Le lendemain matin, Emma se réveille, et c’est à nouveau lundi. Le jour suivant, encore ce même lundi…
Passée la stupéfaction, Emma va voir en cet étrange phénomène un moyen de changer son destin et celui de sa famille. Parviendra-t-elle enfin à devenir qui elle veut être vraiment, et à vivre en harmonie avec son mari la vie qu’ils s’étaient promise ?

L’avis de Cassandre

Après avoir lu de nombreuses chroniques positives, je ne pouvais faire qu’une chose : me ruer en librairie et me l’offrir !

Emma et Dan se sont rencontrés il y a quinze ans, dans le métro londonien. Après quelques rendez-vous, une véritable histoire d’amour est née. Nous retrouvons le couple désormais quadragénaire, marié et parents de deux enfants. Chaque année, le 6 décembre, ils célèbrent le jour de leur rencontre et s’écrivent mutuellement une lettre. C’est l’occasion de rappeler à l’autre qu’on l’aime et revenir sur l’année écoulée. Mais aujourd’hui, Emma, agent littéraire overbookée a clairement oublié cet anniversaire, le soir-même, un drame survient. Et le lendemain, Emma revit cette fameuse journée, encore et encore…

Si les romans (et films) sur les boucles temporelles sont assez répandus, Cesca Major parvient à nous surprendre avec cette histoire inoubliable. J’ai été conquise par nos deux personnages. Nous suivons exclusivement le point de vue d’Emma où les chapitres sont entrecoupés par les lettres que Dan lui a adressée, d’année en année. Cela permet de retracer l’histoire du couple, les premiers émois, l’attachement, la passion, la vie de famille, les discordes et puis, la routine qui s’installe. L’écrivaine retranscrit ce que chaque couple peut vivre. Elle dépeint notamment une héroïne submergée, qui s’oublie et qui oublie sa famille. Ce roman nous rappelle qu’on passe souvent à côté de l’essentiel et qu’on ne profite pas assez de l’instant présent, à juste titre.

Que dire de plus si ce n’est que j’ai dévoré ce roman en un après-midi et qu’il a su me faire verser quelques larmes ? Ce texte est poignant, bouleversant et a su me prendre aux tripes jusqu’aux toutes dernières lignes. Je vous le confie, c’est un coup de cœur !

La prochaine fois, peut-être… de Cesca Major, paru en février 2024 aux éditions Le Cherche-Midi, 456 pages, 22,50€

Tous nos lendemains de Lylyblabla

Résumé

Il arrive parfois que le destin nous mette face à la bonne personne. Encore faut-il y être prêt.

Chris et Chloé s’adorent autant qu’ils s’exaspèrent. Plus de trois minutes dans la même pièce et c’est l’apocalypse. Et pour cause ! Chloé n’a jamais pardonné à Christopher Dean Lewis de lui avoir brisé le cœur quand ils étaient plus jeunes. Mais si son amour-propre l’a toujours empêchée de lui donner une nouvelle chance, elle n’a jamais pu non plus se résoudre à couper définitivement les ponts.

Lorsque Chloé se retrouve à la rue et que Chris lui propose de l’héberger, les barrières salvatrices qui les tenaient éloignés l’un de l’autre tombent une à une. Chacun semble pourtant déterminé à tenir bon, par fierté ou pour des raisons plus obscures, sans se douter que le temps leur est compté. Mais à vouloir gagner à tout prix, ils risquent de perdre bien plus que ce qu’ils avaient misé…

L’avis de Cassandre

J’ai lu et adoré la duologie Le soleil de minuit, l’année passée. Tous nos lendemains est un spin-off qui met en scène Chloé et Chris que nous connaissions déjà en tant que personnages secondaires. Ce nouveau titre peut bien entendu se lire indépendamment.

Chloé et Chris ont vingt-trois ans. Lui est étudiant, elle travaille dans un cabinet bancaire. Il vit dans une belle demeure, ses parents étant aux abonnés absents, toujours en voyage d’affaires. Elle vit dans une petite location, entièrement indépendante. Si Chloé aime son boulot, elle a en vérité un projet et démissionne au début du roman. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est qu’elle serait temporairement délogée, son appartement devant subir d’importants travaux. La jeune femme va devoir vivre quelques temps chez Chris. Le hic, c’est qu’ils sont sortis ensemble il y a quatre ans avant qu’il ne la largue sans ménagement. Depuis, leur relation est plutôt compliquée. Pourtant, il semblerait que certains sentiments n’aient pas totalement disparu…

Quel bonheur de retrouver la plume de Lylyblabla dans cette romance ! J’ai adoré nos deux héros et cette histoire d’ennemies to lovers. Si vous pensez qu’il s’agit d’une romance classique, vous êtes en réalité loin du compte. Lylyblabla risque de vous faire pleurer avec son roman en réalité dramatique. On parle de sujets sensibles, difficiles, injustes aussi, de la vie dans ce qu’elle a de meilleur et de pire à nous offrir. La thématique principale du roman peut heurter la sensibilité de certains lecteurs et j’ai apprécié qu’il y ait un avertissement au début. J’ai trouvé ce fameux sujet traité avec sensibilité et pudeur. Impossible de ne pas laisser couler ses larmes durant la deuxième partie de l’histoire.

Si Tous nos lendemains n’est pas une romance facile, elle n’en est que plus belle. Lylyblabla offre un texte lumineux et inoubliable. Si vous ne connaissez pas encore l’écrivaine, il est plus que temps de sauter le pas !

Tous nos lendemains de Lylyblabla, paru en mars 2024 aux éditions Hugo Publishing, 480 pages, 17€

Je t’ai aimé dans une autre vie de David Arnold

Résumé

Evan et Shosh ont des rêves. Il veut dessiner la faune et la flore en Alaska. Elle veut devenir une star à Hollywood.
Mais Evan doit s’occuper de sa mère malade et de son petit-frère hypersensible. Et Shosh ne sait plus vivre sans alcool depuis l’accident de voiture qui a emporté sa soeur.
Alors que l’avenir semble sombre et incertain, une voix qui ne chante que pour eux les porte irrésistiblement l’un vers l’autre.
Et s’ils étaient destinés à s’aimer par-delà l’espace et le temps, et, ensemble, à tout surmonter ?
Un récit réjouissant et poétique sur la puissance de l’amour sous toutes ses formes.

L’avis de Cassandre

Je ne dis jamais non à une histoire d’amour, surtout celles du genre Young Adult dont je ne me lasse pas. Et si Adam Silvera la recommande, c’est un vrai plus à mes yeux !

Dans ce roman, nous alternons les chapitres et les personnages. Nous suivons Evan dont le père est parti, les laissant seuls sa mère, son jeune frère et lui. Sa mère doit prendre un deuxième job pour nourrir ses fils, et quand une mauvaise nouvelle leur tombe dessus, l’univers d’Evan s’écroule. Il en vient à renoncer à ses rêves. En parallèle, Shosh a aussi laissé un avenir brillant en stand-by suite au décès brutal de sa sœur avec qui elle était fusionnelle. Elle cumule les excès et termine régulièrement au poste de police. Ces deux protagonistes souffrent chacun de leur côté et sombrent de plus en plus. Ils ne se connaissent pas encore et ont un drôle de point commun, ils sont les seuls à entendre des chansons.

Je dois vous avouer ressortir de cette lecture quelque peu mitigée. J’ai aimé l’écriture, le côté poétique et surnaturel (les chansons qu’ils entendent, les entractes entre les parties qui parlent de réincarnation de nos personnages, toujours sur la thématique de l’amour). J’ai apprécié les personnages secondaires, notamment Maya, la psychologue d’Evan ou Will, son petit-frère. Mais les personnages principaux me semblaient trop fades. J’ai surtout peiné à m’attacher à Shosh, peut-être car ce sont des chapitres écrits à la troisième personne et pas à la première comme ceux d’Evan. J’ai aussi trouvé que l’histoire manquait de rebondissements et d’action, j’aurais aimé quelques remous à leur histoire.

Pour conclure, une lecture agréable narrée par la belle plume de David Arnold mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Je t’ai aimé dans une autre vie de David Arnold, paru en mars 2024 aux éditions Robert Laffont, 432 pages, 19€

Le Réseau Jane de Heather Marshall

Résumé

Trois femmes. Trois époques. Un seul combat.
Evelyn, elle, n’a pas eu le choix. Dans les pieuses années 1960, les filles-mères étaient envoyées en foyer où, après avoir accouché, leur bébé leur était retiré. Vingt ans plus tard, c’est à un réseau clandestin, le réseau Jane, que Nancy, jeune étudiante de Toronto, se voit contrainte de s’adresser. Et puis il y a Angela, qui ne peut pas avoir d’enfants dans un monde où l’avortement est enfin devenu un droit… Mais pour combien de temps ?
Ces trois femmes l’ignorent encore, mais elles partagent plus que des convictions : une histoire commune…

L’avis de Cassandre

Le Réseau Jane est l’histoire de trois Canadiennes aux destins croisés. Nous rencontrons d’abord Evelyn Taylor, en 1960. La jeune femme est enceinte et son fiancé étant décédé, ses parents la placent dans un foyer religieux. Elle y passera sa grossesse, devra accoucher et confier l’enfant à l’adoption et pourra rentrer chez elle par la suite. Mais rien ne se passe comme prévu et les jeunes femmes (ou filles) vivent dans des conditions révoltantes. Plusieurs années plus tard, nous retrouvons Evelyn, devenue médecin. En parallèle, nous suivons Nancy dans les années 1980 qui fera la rencontre d’Evelyn. Enfin, en 2017, Angela découvre une lettre perdue depuis dix ans à l’attention de Nancy qu’elle ne connaît pas.

Si l’avortement est l’une des thématiques du roman, ce sujet n’en est cependant pas le principal. Le Réseau Jane est un roman sur la maternité et sur les femmes. On y parle du droit des femmes, de celui de disposer de leur propre corps, de choisir ou non la maternité et de s’affranchir du patriarcat. Le destin de ces femmes est terrible et m’a fait réfléchir sur les combats d’hier et ceux d’aujourd’hui. Elles ont vécu dans un passé pas si lointain et qui est si révoltant ! Je me suis attachée aux trois femmes et j’ai été émue par leur histoire.

Le Réseau Jane est un récit fictif qui s’appuie toutefois sur des témoignages, notamment concernant les foyers où les femmes n’étaient pas pensionnaires mais détenues ou encore la légalisation de l’avortement. Un roman poignant et bouleversant !

Le Réseau Jane de Heather Marshall, paru en mars 2024 aux éditions Pocket, 448 pages, 9€

Twisted Lies tome 4 d’Ana Huang

Résumé

Charmant, mortel et suffisamment intelligent pour le cacher, Christian Harper est un monstre vêtu des costumes parfaitement taillés d’un gentleman. Il n’a que faire de la morale et encore moins de l’amour, mais il ne peut nier l’étrange attraction qu’il ressent pour la femme qui vit juste un étage en dessous de lui. Elle est l’objet de ses plus noirs désirs, la seule énigme qu’il ne peut résoudre. Et lorsque l’occasion de se rapprocher d’elle se présente, il enfreint ses propres règles pour lui proposer un marché qu’elle ne peut refuser.

Douce, timide et introvertie malgré sa célébrité sur les réseaux sociaux, Stella Alonso est une romantique qui garde son cœur en cage. Entre ses deux emplois, elle a peu de temps ou de désir pour une relation. Mais lorsqu’une menace de son passé la pousse dans les bras – et la maison – de l’homme le plus dangereux qu’elle ait jamais rencontré, elle est tentée de se laisser aller à ressentir quelque chose pour la première fois depuis longtemps. Car malgré la nature froide de Christian, il lui fait tout ressentir lorsqu’elle est avec lui.

Leur amour est torsadé par les secrets et entaché par les mensonges… et lorsque les vérités sont enfin révélées, elles pourraient tout faire voler en éclats.

L’avis d’Audrey

Ce dernier tome de la série aborde l’histoire de Stella Ambrose, l’amie influenceuse que nous avons découverte dans les tomes précédents. 

Stella travaille sur les réseaux sociaux afin de payer le coûteux établissement dans lequel est placée Maura, son ancienne nounou qu’elle considère presque comme sa mère. Lorsqu’elle perd ce travail, elle suit les conseils de son agent et tente de se trouver un faux petit-ami pour faire exploser son nombre d’abonnés et ainsi obtenir plus de partenariats. 

Christian Harper, propriétaire d’une société de cyber-sécurité mais aussi son propriétaire accepte de jouer ce rôle. 

J’ai eu beaucoup de mal à apprécier Christian Harper. Il est froid, dur et surtout désagréable. Il n’aime personne, et le fait ressentir. Il a même très souvent des réactions extrêmes / disproportionnées, toutefois, cela m’a parfois fait rire. Seul son comportement protecteur avec Stella m’a permis de l’apprécier davantage.

La relation entre Christian et Stella met vraiment du temps avant d’évoluer. J’ai aimé qu’ils ne se tombent pas dans les bras dès le départ, trop rapidement. 

Ce livre parle également de harcèlement. J’ai trouvé intéressante la façon dont est géré ce point. L’évolution des sentiments mais aussi du comportement de Stella. 

Ce quatrième tome étant le dernier de la série, j’ai aimé que l’auteure fasse un saut dans le temps et nous narre où en est le groupe d’amis quelques années plus tard.  Voilà qui clôture cette tétralogie addictive qui plaira aux fans de romance !

Twisted Lies tome 4 d’Ana Huang, paru en avril 2024 aux éditions Hugo Publishing, 18,50€