Le mois de février s’achève et je suis très satisfaite de tous les ouvrages que j’ai pu découvrir. Voici mes suggestions pour passer vos dernières soirées d’hiver :

Ne te perds pas en chemin de Margaret Mizushima

Dans Les sentiers de l’oubli, précédent roman de Margaret Mizushima, j’ai fait la rencontre de la lieutenant Mattie Cobb, accompagnée de son berger allemand, Robo. Ce premier opus s’est révélé très prometteur, c’est donc tout naturellement que j’ai choisi de lire la suite. Dans ce deuxième tome, Adrienne Howard, une jeune femme qui a emménagé il y a quelques mois à peine à Timber Creek et qui est devenue la petite amie de l’adjoint du Shérif a disparu. Mattie va devoir enquêter sur cette affaire inquiétante. Si j’ai pris plaisir à retrouver Mattie Cobb, le vétérinaire Cole Walker et certains personnages secondaires, je dois dire que je ressors un peu déçue de cette lecture. J’ai trouvé l’enquête moins captivante que la précédente et je lui reproche sa simplicité. Les indices sont trop « gros » et on devine très rapidement qui est le coupable de l’histoire et surtout, ses motivations. L’intrigue manque réellement de crédibilité et cela explique ma déception. La fin laisse présager un troisème tome, peut-être que celui-ci saura davantage me convaincre ?

Ne te perds pas en chemin de Margaret Mizushima, paru en janvier 2020 aux éditions Belfond, 352 pages, 20€

La tête sous l’eau de Olivier Adam

Léa, Antoine et leurs parents, ont quitté leur vie parisienne pour emménager en Bretagne, à deux pas de l’océan. Pour les deux adolescents, ce changement est difficile à vivre. Et puis, un jour, Léa disparaît, et c’est toute la famille qui vole en éclat. A travers les yeux d’Antoine, nous assistons au tsunami qui s’abat sur eux : l’attente, l’inquiétude, les médias, l’éloignement conjugal… Chaque membre de la famille réagit à sa façon face à ce drame. La tête sous l’eau est un roman réaliste, profondément humain et poétique à la fois. Très difficile à reposer, aussi. Il n’est pas sans me rappeler Je vais bien, ne t’en fais pas. Un roman qui s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux adolescents.

La tête sous l’eau de Olivier Adam, paru en janvier 2020 aux éditions Pocket, 224 pages, 6,70€

Au-delà de l’horizon et autres nouvelles de Franck Thilliez

Après quelques années sans lire de roman de Franck Thilliez, j’étais ravie de pouvoir me plonger dans ce recueil de nouvelles. Il s’agit en réalité de nouvelles déjà parues dans différents ouvrages tels que 13 à table et rassemblées pour notre plus grand bonheur. Cela tombe bien, je n’en avais lu aucune ! La première nouvelle, Au-delà de l’horizon est la plus volumineuse avec près de 100 pages et il s’agit de ma préférée. On se plonge immédiatement dans un récit mettant en scène un candidat à une expérience de la NASA, en plein désert. Les autres m’ont presque toutes plu. J’y ai apprécié les thématiques : science fiction, paranormal et noirceur. Un recueil captivant !

Au-delà de l’horizon et autres nouvelles de Franck Thilliez, paru en janvier 2020 aux éditions Pocket, 416 pages, 7,90€

James et Talia de Béatrice Shalit

Bienvenue à la « Roulotte », hôtel particulier situé rue La Fayette à Paris, tenu par Annette et Maurice. Là-bas, vivent des âmes esseulées dont James, le narrateur de l’histoire et chat de l’hôtel ! James et Talia est un roman court mais fort en émotions. J’y ai apprécié la narration à travers les yeux de James qui offre une dimension originale au récit. Autre point fort : les nombreuses péripéties qui nous surprennent, on ne sait jamais où Béatrice Shalit va nous emmener. Enfin, les protagonistes sont très attachants, on aime les suivre dans leur quotidien peu commun. Une lecture tendre et divertissante !

James et Talia de Béatrice Shalit, paru en janvier 2020 aux éditions Julliard, 162 pages, 18,00€

Le village de Virginie Delage

Le narrateur, dont on ne connaît pas l’identité, revient dans le village de son enfance. Là-bas, tout et rien n’a changé à la fois. Il se remémore son enfance, les liens entretenus avec sa famille, l’école, les camarades, les premiers émois. On le sent tour à tour nostalgique, en colère, plein d’amertume parfois. En parallèle, nous suivons Oscar, un homme arriviste, obsédé par la réussite professionnelle. Un lien existe entre eux, mais lequel ? Le village est le premier roman de Virginie Delage. J’y ai aimé le suspense, son style d’écriture et sa narration. Les thématiques m’ont fait réfléchir sur notre société actuelle mais aussi sur les rêves de notre enfance, de notre adolescence et de ce qu’ils sont devenus. Un premier roman très prometteur !

Le village de Virginie Delage, paru en février 2020 aux éditions Michel Lafon, 237 pages, 16,95€

Et du côté de la littérature jeunesse :

Le pot, ça sert à quoi ?

La propreté est un passage incontournable de l’enfance qui peut se révéler stressant. Cet album met en scène deux personnages, un petit garçon et une petite fille à qui la maman remet un pot. Désormais, finies les couches ! Dans ce livre, on y découvre des questions-réponses qui aideront les enfants et leurs parents à apprendre la propreté. Les explications sont très pertinentes et surtout, ce titre aide à dédramatiser grâce à beaucoup d’humour. Un album très bien fait et bien utile !

Le pot, ça sert à quoi ? de Katie Daynes, paru en janvier 2020 aux éditions Usborne, 8,95€

Ne chatouille pas l’hippopotame !

Ne chatouille pas l’hippopotame, sinon il va grogner ! Mais quel bruit fait ce gros animal ? Pour le savoir, le jeune lecteur devra caresser la fourrure de l’animal, ce qui déclenchera son cri. Chaque double-page est dédiée à un animal : un perroquet, un singe ou encore un ours. Et à la fin, tous les animaux s’y mettent, oh là là ! Quel brouhaha ! L’univers est très joli et coloré. Le format idéal, on peut l’emmener partout ! Un titre tout doux qui ravira les tout-petits, dès 6 mois.

Ne chatouille pas l’hippopotame ! de Sam Taplin, paru en février 2020 aux éditions Usborne, 10 pages, 14,50€

Ne chatouille pas le lion !

Autre opus de la collection Je touche, j’écoute : Ne chatouille pas le lion ! J’ai un coup de cœur pour celui-ci en raison de ses animaux absolument adorables : le lion, le zèbre, l’imposant buffle et l’éléphant, j’adore ! L’univers de la savane invite au voyage et les couleurs utilisées sont superbes. Une collection parfaite pour développer les sens des tout-petits !

Ne chatouille pas le lion ! de Sam Taplin, paru en février 2020 aux éditions Usborne, 10 pages, 14,50€

T’choupi fait des crêpes

T’choupi est le héros qui n’a pas pris une ride. Aujourd’hui, T’choupi a envie de faire des crêpes avec sa maman. Pour ce faire, il va devoir : préparer les ustensiles et ingrédients, respecter l’ordre de la recette, mesurer la quantité des ingrédients et surtout : faire sauter les crêpes ! Heureusement, sa maman est là pour l’aider ! Un album tendre sur l’apprentissage de la cuisine et le partage. Le plus : vous pouvez télécharger Nathan Live et scanner la couverture afin d’écouter l’histoire !

T’choupi fait des crêpes de Thierry Courtin, paru en janvier 2020 aux éditions Nathan, 22 pages, 5,70€


1 Comment on Les chroniques de février

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *