couv3174638Résumé

S’il fallait décrire Juliette en un seul mot, transparente serait sans nul doute le bon. Oui, c’est ça, transparente.
Depuis qu’elle est toute petite Juliette a toujours fait ce que l’on attendait d’elle. Pour ne pas déplaire, pour ne pas décevoir. Mettant de côté ses rêves et celle qu’elle est vraiment. Résultat, à 30 ans, elle mène une vie sans relief et ennuyeuse au possible. Une vie dans laquelle choisir entre lasagnes et sushis est un événement.
Pourtant, elle se sent de plus en plus à l’étroit dans cette vie, dans cette peau.
Elle a envie de crier qu’elle n’est pas cette fille sans personnalité.
Elle a envie d’aborder celui qu’elle croise tous les jours dans son immeuble. Pour lui dire qu’il lui plait.
Et par dessus tout, elle a envie d’enfin réaliser son rêve, celui de devenir écrivain.
Il n’est jamais trop tard pour devenir soi. C’est ce que va découvrir Juliette au détour d’un merci, un merci de trop. Même si elle est loin d’imaginer ce qui va en découler !

L’avis de Cassandre

Juliette, à l’aube de ses 30 ans, est une jeune femme transparente. Elle a toujours fait ce qu’on lui demandait, laissant son avis de côté. Elle s’est toujours conformée à ce qu’on attendait d’elle et un beau jour, elle craque, laissant la vraie Juliette prendre le dessus, pour le meilleur et pour le pire !

L’idée de départ me plaisait et Un merci de trop était le type de roman que je souhaitais lire pendant l’été. Si le début était accrocheur, j’ai très rapidement déchanté… Tout d’abord, j’ai trouvé qu’on surfait beaucoup trop sur les clichés, si bien que le roman ne contient aucune surprise. Je n’ai pas ri du tout suite aux situations inextricables dans lesquelles se fourre Juliette, cela m’a plutôt accablée… La pauvre héroïne cumule les bourdes, ment et m’a fait de la peine plutôt que de me faire rire.

Le style m’a également déplu, il est trop « parlé », j’avais l’impression d’écouter une conversation plutôt que de lire un roman et si cela est plaisant au début, on s’en lasse très vite. Enfin, tout est beaucoup trop convenu, tout arrive trop facilement et au final, presque tous les personnages se connaissent, quel hasard !

Pour conclure, un roman qui n’a pas su me divertir…

Un merci de trop de Carène Ponte, paru en juin 2016 aux éditions Michel Lafon, 279 pages, 16,95€

2 sur 5

5 Comments on Un merci de trop de Carène Ponte

  1. Mince, j’avais très envie de lire ce livre mais finalement je ne suis plus sûre… Je le tenterai quand même un jour pour me faire ma propre idée, mais il n’est plus en haut de ma wish-list XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *