Résumé

Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d’enfance avec sa mère, à Guernesey, ou elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort.
Quand le cadavre d’une jeune femme s’échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s’étendent sur une cinquantaine d’années. Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras des marques semblables à un symbole gravé sur un rocher de l’île : les « griffes du diable », dont la légende veut qu’elles aient été laissées par Satan lui-même…

L’avis de Cassandre

Jennifer Dorey est une journaliste qui a fui Londres pour retourner sur son île natale, celle de Guernesey. Très vite, elle est amenée à enquêter sur la mort suspecte d’une jeune femme, retrouvée sur la plage.

Le point majeur de La griffe du diable est sans nul doute Guernesey. Lara Dearman crée une atmosphère bien particulière et mystérieuse autour de cette île. On se projette aisément dans ce lieu méconnu : les habitants qui se connaissent presque tous entre eux, les coutumes, les mythes, les secrets impossibles à garder sur cette île de la taille d’une ville moyenne… Tout au long du roman, j’ai eu l’impression d’y être et de me sentir aussi oppressée que Jennifer.

Ce roman n’est pas un thriller, ni un livre au suspense insoutenable. Il s’agit d’un premier volet policier qui pose les bases et nous présente des personnages malmenés par la vie auxquels le lecteur risque fortement de s’attacher, au fil du temps. L’enquête prend son temps et nous est présentée via des retours en arrière et différents points de vue. Lara Dearman reprend, certes, les codes du roman policier mais dont l’ambiance et les décors la permettent de se différencier. Je serais curieuse de lire la suite si suite il y a !

La griffe du diable de Lara Dearman, paru en novembre 2017 aux éditions Robert Laffont, 404 pages, 20€

6 Comments on La griffe du diable de Lara Dearman

  1. Coucou,
    Je rebondis sur ton message. Je suis tout à fait d’accord sur l’ambiance qui est vraiment l’atout majeur de ce roman. Mais malheureusement, cela ne fait pas tout et c’est là que cela pêche. Il m’a manqué un petit quelque chose pour être totalement convaincue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *