couv32036612Résumé
« Je me suis armée d’un revolver pour nous protéger, raconte Mademoiselle Constance, et très vite, j’ai eu l’occasion de m’en servir. »
New York Times, 3 juillet 1915.

Constance Kopp ne correspond à aucun moule. Elle surpasse en taille la plupart des hommes, ne trouve aucun intérêt dans le mariage ou les affaires domestiques, et a été isolée du monde depuis qu’un secret de famille l’a reléguée, elle et ses deux sœurs, dans la clandestinité.
Un jour, le propriétaire d’une fabrique de soie, belliqueux et puissant, renverse leur carrosse au volant de son automobile… Et ce qui n’aurait dû être qu’un banal litige se transforme en une bataille rangée avec une bande de voyous habitués au chantage et à l’intimidation.
Elle pourra alors compter sur l’aide d’un shérif progressiste qui, dans l’Amérique puritaine de ce début de siècle, n’hésitera pas à lui confier un revolver…

L’avis de Cassandre

La fille au revolver met en scène Constance Kopp et ses sœurs, au début du XXème siècle. Toutes les trois sont célibataires et vivent en famille depuis la mort de leur mère. Constance est l’aînée, a environ une trentaine d’années et n’a pas sa langue dans sa poche. En effet, le patron d’une usine textile renverse leur carrosse avec son automobile, les blesse et les prive de leur seul moyen de locomotion. Constance n’est guère impressionnée et va aller réclamer son dû, qu’importent les menaces qu’elle reçoit.

Voilà un gros roman qui se lit très vite. Le style d’écriture est plutôt actuel, fluide et addictif. L’intrigue m’a beaucoup plu ainsi que l’ambiance. D’ailleurs il y a deux intrigues : une principale avec le dirigeant de l’usine de soie et une secondaire qui met en scène une jeune femme à qui on a retiré son enfant et qui n’ose espérer le retrouver un jour. Le tout est plaisant à lire et rythmé à la fois.

Constance est un personnage admirable, une femme forte qui refuse de rester à sa place à une époque où elles n’ont que trop peu de droits. Amy Stewart nous narre une histoire inspirée d’un fait réel. Constance Kopp a bel et bien existé et est devenue l’une des premières femmes adjointes de shérif. A mi-chemin entre témoignage et fiction, un roman qui trouve pleinement sa place dans la collection Grands Détectives de 10-18 !

La fille au revolver d’Amy Stewart, paru en mai 2016 aux éditions 10-18, 480 pages, 8,80€

6 comments on “La fille au revolver d’Amy Stewart”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *