willowRésumé

1934. Depuis qu’il a été abandonné quand il avait 7 ans, William Eng est pensionnaire de la très stricte institution du Sacré-Coeur, à Seattle. Cinq années ont passé, personne n’est venu le chercher. Aucune nouvelle de Liu Song, sa mère.

Un jour pourtant, alors qu’il est au cinéma avec les autres garçons de l’orphelinat, il reconnaît le visage de sa mère dans une bande-annonce. Troublé par cette apparition qu’il n’osait plus espérer, William décide de s’enfuir pour retrouver celle qui se nomme désormais Willow Frost…

L’avis de Cassandre

L’histoire se déroule dans les années 1930, à Seattle. William a douze ans et cela fait cinq ans qu’il vit dans une institution religieuse pour orphelins. Sa mère n’est jamais revenue le chercher et il sait peu de choses de son abandon. Un jour de sortie au cinéma, il croit reconnaître sa mère en temps qu’actrice, surnommée Willow. Est-ce vraiment elle ? Si elle est riche, pourquoi ne le reprend-elle pas ? Avec sa seule amie, William fugue, en quête de vérité.

Dès les premières lignes, j’ai compris que ce roman me plairait et me toucherait. C’est une histoire difficile. Son contexte économique particulier, d’une part. Suite à la crise économique, les Etats-Unis entrent dans la Grande dépression. La population s’appauvrit, les américains peinent à survivre, souvent contraints de dormir dehors et d’abandonner leurs enfants. C’est aussi une période de ségrégation, où les personnes d’origine africaine ne sont pas les seuls visés. Les asiatiques également (William et Willow ont la nationalité américaine mais ont de la famille chinoise). On n’autorise pas de mariage « mixte », ces personnes devaient entrer dans les lieux publics par la porte de service et non pas la porte principale etc, etc. Cela est tout simplement abominable.

Le personnage de Willow m’a fasciné. Je voulais découvrir sa vie, comprendre ses choix et j’ai été émue, triste et aussi déçue par ce qui lui arrivait et ses désillusions. J’ai aimé le fait qu’elle s’accroche autant à la vie et qu’elle continue de se battre en dépit de ce qui lui arrivait.

La ballade de Willow est un bon roman écrit avec sensibilité. J’ai aimé découvrir cette sombre époque malgré sa dureté. Les personnages sont fascinants et j’ai eu du mal à les quitter. Un roman que je recommande !

La ballade de Willow de Jamie Ford, paru le 19 février 2015 aux éditions Presses de la Cité, 432 pages, 21,50€

10 comments on “La ballade de Willow de Jamie Ford”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *