je suis lasse des ombresRésumé

C’est Noël, et Flavia de Luce – enquêtrice amateur de 11 ans avec une passion pour la chimie – s’est enfermée dans son laboratoire pour concocter une potion afin de piéger le Père Noël. Mais elle est dérangée par l’arrivée d’une équipe de cinéma venue tourner un film dans le manoir familial croulant de Buckshaw, avec la fameuse Phyllis Wyvern dans le rôle principal. Malgré le blizzard, tout le village de Bishop’s Lacey se retrouve à Buckshaw pour assister à la performance de Wyvern. Personne, pourtant, ne s’attendait à ce que la soirée se termine sur une note aussi macabre : un cadavre est retrouvé étranglé avec une bobine de film…

L’avis de Cassandre

Quel bonheur de retrouver la jeune Flavia de Luce ! Dans ce quatrième tome de ses aventures (chaque livre peut se lire indépendamment mais on retrouve les mêmes personnages), les de Luce accueillent une équipe de tournage dans leur manoir de Buckshaw. La famille n’a plus que très peu de moyens financiers et le tournage est une aubaine. Bien entendu, tout ne va pas se passer comme prévu : tensions, rivalités, secrets et… un meurtre bien sûr !

Âgée de seulement onze ans, Flavia n’a peur de (presque) rien. C’est une enfant fascinée par les sciences et qui adore faire des expériences. A chaque tome, elle aide la police (même si les policiers s’y opposent formellement). Il faut dire que Flavia est douée pour voir des indices, espionner et créer des expériences pour faire tomber le mystère. En début de cette intelligence manifeste, Flavia reste une enfant et dans ce titre, son but principal est de coincer le Père Noël à l’aide d’un système de glue dans la cheminée, pour savoir s’il existe vraiment ! J’ai trouvé cela franchement drôle et touchant à la fois.

Flavia est un personnage que j’adore. J’apprécie aussi les mesquineries que se font ses grandes sœurs et elle. On sent que malgré les mauvais coups, elles s’aiment beaucoup.

Sa relation avec Dogger le domestique est aussi émouvante, le pauvre homme a vécu la guerre et a des moments d’absences. Flavia est toujours présente pour l’aider et cela est réciproque.

J’ai trouvé ce tome aussi bon que les autres et j’étais contente que l’affaire se déroule en huis-clos dans le manoir. Je ne m’étais pas doutée de la fin et j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre le déroulement de l’enquête. Une série à découvrir impérativement !

Je suis lasse des ombres de Alan Bradley, paru en avril 2015 aux éditions 10-18, 312 pages, 7,50€

9 Comments on Je suis lasse des ombres de Alan Bradley

  1. pour être tout à fait honnête, alors que je suis une fan inconditionnelle de 10/18 je n’ai jamais été inspirée par cette série et n’ai même jamais été jusqu’à retourner le livre pour lire la quatrième. et quelle erreur! je me lance de suite ^^

    • Merci pour ce commentaire qui me fait plaisir ! Les couvertures sont particulières, j’apprécie mais je peux comprendre qu’on n’aime pas ! Ravie de te faire changer d’avis !

    • Je suis surprise ! C’est MSK qui l’éditait en GF mais ils n’ont traduit que les trois premiers. 10-18 est officiellement le traducteur et l’éditeur des tomes 4 et plus. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *