couv4925083Résumé

D’un tempérament impétueux, souvent borderline, Alexandra Hemingway, inspectrice à la section des homicides violents à New York, a l’habitude des enquêtes difficiles. Totalement impliquée dans son métier, elle n’hésite pas à prendre tous les risques. Son visage, refait, marqué par de multiples cicatrices, est là pour le prouver. Le jour où l’on retrouve dans l’East river le corps d’un enfant dont les pieds ont été sectionnés, l’affaire s’annonce particulièrement délicate. D’autant plus que la presse n’hésite pas à consacrer ses gros titres à ce genre de meurtre et à venir perturber les investigations. Lorsqu’un autre enfant est enlevé, la panique gagne Manhattan. Panique d’autant plus justifiée que le prédateur à l’œuvre est l’une des figures du mal les pires qui soient. Habituée aux noirceurs les plus effroyables de l’âme humaine, Alexandra pensait avoir tout vu. Elle n’avait pas connu le pire.

L’avis de Cassandre

Alexandra Hemingway est inspectrice à la section homicide de New York. C’est une femme qui n’a rien à envier aux hommes. Elle semble n’avoir peur de rien, prend les devants, recourt à la force si besoin et ne lâche rien, quitte à enfreindre les règles. L’histoire débute lorsqu’elle est appelée suite à un cadavre d’enfant repêché dans l’East River. L’écolier a été enlevé, on lui a coupé ses pieds avant de le jeter à l’eau. Et ce n’est que la première victime d’une longue liste…

On plonge très vite dans l’intrigue des Innocents et dès le début, j’ai été glacée par cette noirceur ! Mais je ne pouvais pas m’empêcher de poursuivre ma lecture avec avidité. L’enquête est bien menée, dès qu’Alexandra et son équipe découvrent un lien, on pense tenir le serial killer et en fait non, bien entendu ! L’histoire est captivante et j’ai vraiment eu la sensation de vivre l’enquête.

Les innocents est un thriller efficace qui m’a fait passer des nuits blanches. J’ai adoré l’écriture et le fait de suivre plusieurs points de vue. J’ai adoré suivre Alexandra Hemingway et je ne cache pas que c’est l’héroïne que j’aurais voulu être.

Et la fin du roman ? Je l’ai trouvée surprenante mais un poil trop difficile à avaler. Toutefois, quand on lit les journaux, on se dit que tout peut arriver…

Les innocents de Robert Pobi, paru le 17 septembre 2015 aux éditions Sonatine, 448 pages, 21€

12 Comments on Les innocents de Robert Pobi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *