landsangdumonstre-0416Résumé

Après avoir dénoncé sa mère, une tueuse en série, Annie, quinze ans, a été placée dans une famille d’accueil aisée, les Thomas-Blythe. Elle vit aujourd’hui sous le nom de Milly Barnes et a envie, plus que tout, de mener une existence normale et d’être quelqu’un de bien. Elle a néanmoins beaucoup de difficultés à communiquer avec les ados de son âge et préfère les enfants plus jeunes, plus particulièrement une petite fille vulnérable du voisinage. Sous son nouveau toit, elle est la proie des brimades de Phoebe, la fille des Thomas-Blythe, qui ignore tout de sa véritable identité. À l’ouverture du procès de la mère de Milly, qui fait déjà la une de tous les médias, la tension monte d’un cran pour la jeune fille dont le comportement va bientôt se faire de plus en plus inquiétant.

L’avis de Cassandre

Annie, 15 ans, n’a rien d’une adolescente ordinaire. Elle a passé toute sa vie avec sa mère, une tueuse d’enfants en série. Un beau jour, elle a enfin la force de la dénoncer. Dans l’attente du procès, elle est placée dans une famille d’accueil dont le père est psychothérapeute. Annie s’appellera désormais Milly et va tenter de mener une vie « normale » avant le jugement.

Le sang du monstre est à mes yeux une véritable réussite. On se retrouve dans un thriller psychologique qui commence après les faits (après l’arrestation de la mère de Milly). Ali Land nous fait réfléchir sur la condition des enfants de meurtriers, sur le poids de la culpabilité, sur l’attachement qui continue d’exister malgré l’horreur des faits. L’ambiance est glaçante et dérangeante, Milly a subi de graves traumatismes et ne tourne pas très rond.

Il est difficile de savoir si on s’attache ou non à Milly, d’un côté, j’ai été très affectée par les brimades subies au lycée, notamment par la fille biologique de sa famille d’accueil qui la martyrise (elle ne sait rien de son histoire). De l’autre, Milly a ce petit quelque chose d’inquiétant, qui risque d’exploser d’un instant à l’autre.

Le sang du monstre est un thriller psychologique puissant, qui vous fait douter et qui vous habite. Difficile de le reposer, même si on ressent un profond malaise à la lecture, on veut savoir ce qui va se passer coûte que coûte. A ne pas manquer pour l’originalité du choix du narrateur et son ambiance glaçante !

Le sang du monstre d’Ali Land, paru en septembre 2016 aux éditions Sonatine, 350 pages, 21€

5 sur 5

14249169_10210064664124053_648253948_n.gif

8 comments on “Le sang du monstre d’Ali Land”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *