la mémoire perlmanRésumé

New York, aujourd’hui. Ex-taulard en probation dans un hôpital, Lamont, jeune Noir du Bronx, se lie d’amitié avec un patient, rescapé des camps. Uptown, Adam Zignelik, professeur d’histoire en pleine crise existentielle, exhume un document inédit : les premiers témoignages sonores de survivants de l’Holocauste. Dans le creux de cette mémoire ravivée, leurs destins vont s’entremêler. D’un ghetto à l’autre, dans une myriade de voix et une narration virtuose, ce roman poignant interroge l’Histoire du XX.e.

L’avis de Cassandre

La mémoire est une chienne indocile est clairement un pavé. A première vue, l’ouvrage est décourageant. Je l’ai tout de même débuté, suite à une recommandation, curieuse de savoir ce qu’il contiendrait.

Dans ce roman, on suit essentiellement deux personnages. En premier lieu, Lamont, un Noir du Bronx accusé à tort lors d’un braquage et envoyé six ans en prison. Lorsqu’il en sort, on lui propose un programme de réhabilitation où il doit alors travailler six mois en tant qu’agent d’entretien dans un hôpital. Il n’a plus aucun contact avec sa fille qui avait deux ans lors de son incarcération ni de sa compagne. Tout le monde lui a tourné le dos sauf sa grand-mère qui l’a élevé. Ce personnage m’a énormément touchée. Il est victime de racisme au quotidien et sa couleur de peau suffit à créer de la méfiance ou à faire de lui un coupable tout désigné. Lamont est un homme peu instruit et surtout, trop gentil. Il se résigne face à l’injustice dont il est victime. Au fil des chapitres, il sera amené à rencontrer un patient victime de l’holocauste qui souhaite à tout prix lui raconter son histoire. Lamont ignore ce pan de l’Histoire et la relation entre les deux hommes va lui changer la vie.

Parallèlement, nous suivons Adam, un historien universitaire qui risque de perdre son emploi car il ne publie rien depuis des années. Le père de son meilleur ami va lui conseiller un sujet qui lui tient à cœur et qui se déroule aussi pendant la seconde guerre mondiale. Je n’aimais pas ce personnage au début, je le trouvais trop égoïste mais cette aventure le changera également. Bien entendu, les deux personnages principaux ont un lien que l’on voit se tisser peu à peu. Et les personnages secondaires ? Il y en a beaucoup mais Elliot Perlman nous rappelle qui ils sont, si bien qu’on ne s’y perd pas. J’ai aimé le fait qu’on les retrouve tous à un moment ou à un autre de notre lecture, de manière inattendue.

Cette lecture est purement addictive, on voyage des années 1940 à aujourd’hui et on ne peut être qu’absorbé par l’histoire de chacun. On y parle de racisme, de la haine des juifs à celle des Noirs qui persiste encore aux États-Unis. On comprend que même si la guerre est finie et qu’il y a eu une prise de conscience sur les horreurs qui s’y sont déroulées, dans le fond, l’égalité n’existe pas encore totalement… Mais s’il y a de l’ombre, il y a aussi de la lumière, ce roman a sa part d’optimisme.

Ce titre est un énorme coup de cœur, il a beau être imposant, j’aurais aimé qu’il ne se termine jamais. Quitter les personnages a été un véritable déchirement pour moi, j’avais l’impression de les connaître dans la réalité… A lire absolument !

La mémoire est une chienne indocile d’Elliot Perlman, paru le 5 février 2015 aux éditions 10-18, 792 pages, 9,60€

13 Comments on La mémoire est une chienne indocile d’Elliot Perlman

  1. Merci pour ta chronique, elle est superbe et m’a donné très envie de découvrir ce roman !
    P.S : j’aime beaucoup le nouveau design de votre site les filles ^o^

  2. Rien qu’au titre, je savais déjà que ce livre me plairait, mais après lecture de ta chronique, je suis certaine que ce livre va me plaire. Je prend note, et merci pour cette découverte !

  3. Je me passionne depuis peu aux histoires se déroulant des années 30 à 60. Le sujet de celui-ci me semble vraiment intéressant.
    Et ta critique me convainc de participer au concours pour remporter ce livre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *