Couv - OniriaRésumé

Eliott, 12 ans, est un garçon en apparence comme tous les autres. Jusqu au jour où il découvre un sablier magique qui lui permet de voyager dans un monde aussi merveilleux que dangereux : Oniria, le monde des rêves. Un monde où prennent vie les milliards de personnages, d univers, et toutes les choses les plus folles et les plus effrayantes rêvées chaque nuit par les êtres humains. Collégien ordinaire le jour, Eliott devient la nuit, parmi les rêves et les cauchemars qui peuplent Oniria, un puissant Créateur, qui peut faire apparaître tout ce qu il souhaite par le simple et immense pouvoir de son imagination. En explorant Oniria pour sauver son père, plongé depuis plusieurs mois dans un mystérieux sommeil, Eliott est finalement confronté à son extraordinaire destin. Car Eliott est l « Envoyé » : il doit sauver le Royaume des rêves, menacé par la sanglante révolution des cauchemars.

L’avis de Cassandre

Eliott est un garçon de douze ans qui a toujours la tête dans les nuages. Ses rêveries l’excluent des autres élèves, à l’école. Il est plutôt incompris, sans cesse taquiné par ses petites sœurs et puni par sa belle-mère. Seule sa grand-mère l’écoute et est proche de lui. Sa vie est compliquée, surtout depuis que son père est hospitalisé et que les médecins ne trouvent pas ce qu’il a… Mais pour le sauver, et s’il fallait aller dans le monde des rêves ?

Oniria est un titre qui ne m’attirait pas plus que cela au début, je l’ai lu suite à des avis élogieux. L’histoire m’a beaucoup fait penser au Pays des Contes de Chris Colfer : une situation familiale compliquée, une grand-mère proche de son petit-fils, un pays imaginaire où tout devient possible… Il faut dire que les histoires sont plutôt semblables. Mais la ressemblance ne m’a pas dérangée car l’histoire m’a plu. Le monde d’Oniria est aussi beau que dangereux. Il émerveille mais il faut rester prudent. Il est agréable de partir avec Eliott dans cet imaginaire mystérieux.

L’intrigue est intéressante. On sent que l’auteur a beaucoup d’idées derrière la tête et qu’elles sont plutôt bien exploitées dans ce premier tome. C’est une bonne histoire et il me tarde de lire la suite lorsqu’elle paraîtra. Je le conseille dès onze ans.

Découvrez l’avis de notre partenaire Ewylyn

Oniria de B. F. Parry, paru le 1er octobre 2014 aux éditions Hachette, 336 pages, 16,50€

7 Comments on Oniria de B. F. Parry

  1. C’est un super roman, l’univers m’a entièrement captivée. Je suis d’accord avec ton avis. Je mettrais le lien vers la chronique dans le week-end 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *