couv46549073Résumé

Ce mercredi-là en rentrant chez elle, la petite Dora Lennox n’a pas retrouvé sa maison, son goûter, sa mère et son chat, mais une terrible scène de crime. Ruth Lennox, épouse et mère aimée, a été sauvagement assassinée. Pour l’inspecteur divisionnaire Karlsson, c’est un cas infernal : qui pourrait en vouloir à cette femme modèle, aide-soignante charitable et voisine exemplaire ? Errant de pistes improbables en accusations fortuites, son équipe se désespère… jusqu’à ce que l’image de ce bonheur idyllique s’effrite. Dépassé par les mensonges de cette famille meurtrie, Karlsson a besoin de Frieda Klein. La psychothérapeute est mêlée à l’histoire lorsque sa nièce se prend d’amitié pour Ted Lennox, fils de la victime. Diminuée et traumatisée, Frieda hésite à collaborer avec la police, d’autant qu’elle enquête en même temps sur la disparition d’une jeune fille dont le cas n’est pas isolé. Peu à peu elle déroule le fil menant à un meurtrier resté longtemps impuni. Mais elle sait mieux que quiconque, alors que Dean Reeve l’épie toujours dans l’ombre, que poursuivre un tueur en série c’est parfois engager avec lui une relation périlleuse et sans retour…

L’avis d’Audrey

Nicci French est un couple d’auteurs que j’aime particulièrement. Je ne suis pas une grande fan de livres policier, mais jusqu’à maintenant je n’ai jamais été déçue, et j’ai toujours apprécié tous les écrits que j’ai pu lire d’eux.

Maudit mercredi est la suite de Lundi mélancolie et Sombre mardi, mais ils peuvent tous se lire indépendamment.
On retrouve donc Frieda Klein, une psychothérapeute qui collaborait avec la police. Mais depuis de récents événements, elle est en congé et doit se reposer.
L’inspecteur Karlson est appelé sur le lieu d’un crime, Ruth Lennox une mère décrite comme parfaite est retrouvée assassinée dans son salon par l’une des ses filles.
Frieda se retrouve rapidement impliquée lorsque sa nièce Chloé ramène chez elle, le fils de la victime.

J’ai rencontré des difficultés pour me plonger dans l’histoire, j’ai ressenti des lenteurs, peut-être parce que le roman tourne autour de Frieda, et non pas de l’enquête menée par l’inspecteur Karlson. Mais bien heureusement, la suite est plus prenante.
J’ai pris plaisir à retrouver les personnages de Frieda, Karlson, Reuben, Chloé, Josef. Et j’espère avoir l’occasion de les voir évoluer dans les autres tomes prévus.

Ce tome est celui que j’aime le moins pour le moment, mais comme je le dis précédemment, c’est peut-être dû au fait que le roman tourne autour de Frieda et non de l’enquête.

J’ai appris que la série comporterait huit tomes au total, j’espère donc ne pas me lasser de celle-ci. Mais même si c’est le tome que j’aime le moins, j’ai apprécié suivre Frieda dans ses réflexions et ses recherches. Je suis très curieuse de lire le prochain tome.

Et, de toute façon, est-ce que ça ne fait pas partie du jeu quand on tombe amoureux ? De s’ouvrir à la possibilité de ressentir de la joie, au risque d’avoir de la peine ? S’autoriser à faire confiance ? Je sais que j’ai commis des erreurs par le passé. Mais cette fois-ci, c’est différent. Ou en tout cas, c’est l’impression que j’ai.

Maudit mercredi (tome 3) de Nicci French, paru le 15 mai 2014 aux éditions Fleuve, 557 pages, 20,90€

6 comments on “Maudit mercredi : Le jour où les jeunes filles rencontrent la mort de Nicci French”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *