Résumé

Une Italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt… L’histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s’achève quelques heures plus tard sans qu’on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio. Roman de l’enfance volée, Le Gang des rêves brûle d’une ardeur rédemptrice : chacun s’y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l’illusion de la pureté.

L’avis de Cassandre

Le Gang des Rêves est un roman dont je n’avais jamais entendu parler avant sa parution en format poche. C’est son résumé qui m’a poussé à le découvrir et j’avoue que le pari était un peu risqué car je sortais d’une grosse panne de lecture, alors forcément, se plonger dans un roman de près de 1000 pages est quelque chose de vertigineux. Je remercie donc Léa du blog Léa Touch Book qui m’a encouragé à le sortir de ma PAL, me garantissant que j’allais adorer et que je ne verrai pas le temps passer !

Luca Di Fulvio nous emmène dans son incroyable histoire, dès les premières lignes. Si la taille du roman peut vous décourager, je peux vous garantir que vous ne verrez pas le temps passer et qu’il n’y a aucune longueur, tous les chapitres sont intéressants et défilent rapidement. Le Gang des Rêves, c’est d’abord l’histoire de Cetta, une jeune fille italienne, violée au début du XXème siècle et qui va donner naissance à un fils. Loin de se résigner à son triste sort, Cetta fait tout pour rejoindre l’Amérique et quitter son quotidien de misère. Très rapidement, nous suivons son fils, rebaptisé Christmas (Natale, en italien) au débarquement sur les terres américaines. Nous le suivons dans les années 1920 lorsqu’il est adolescent. Christmas ne va plus à l’école depuis longtemps, il multiplie les petits boulots pénibles, où il cumule les heures tout en restant un miséreux pendant que sa mère se prostitue. Mais Christmas a des rêves, il rêve d’une vie meilleure, une vie où sa mère aura un métier décent ou même plus besoin de travailler du tout, une vie de réussite où sa famille ne manquera plus de rien… Alors Christmas décide de fonder son gang, les Diamond Dogs, mais pas facile de rester dans le droit chemin dans un univers de drogues et de violence…

J’ai trouvé l’histoire merveilleuse, elle est belle sans être « trop belle », les personnages ont leur part de noirceur, leurs faiblesses et ne prennent pas que de bonnes décisions. J’ai aimé découvrir cette vision de l’Amérique, où la plupart des gens quittent la pauvreté pour retrouver la pauvreté et devenir des crève-la-faim, entassés dans des tours insalubres, se brisant la santé dans le travail et mourant dans l’indifférence la plus totale. J’ai aimé les personnages, Christmas, Cetta mais aussi Ruth, une riche jeune fille qui va croiser le destin de notre personnage principal. Luca Di Fulvio nous dépeint une Amérique en pleine mutation : la Ford T, la naissance de la radio, la ségrégation…

Pour conclure, Le Gang des Rêves est une histoire addictive, passionnante et très bien écrite. Difficile pour moi de quitter des personnages aussi forts et captivants. Ne vous laissez pas impressionner par la grosseur du roman et laissez-vous tenter, tout simplement !

Le gang des rêves de Luca Di Fulvio, paru en mai 2017 aux éditions Pocket, 945 pages, 9,30€

Tu sais ce que c’est, l’amour ? fit-elle. C’est réussir à voir ce que personne d’autre ne peut voir. Et laisser voir ce que tu ne voudrais faire voir à personne d’autre.

5 comments on “Le gang des rêves de Luca Di Fulvio”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *