Résumé

C’est l’histoire d’un auteur paranormal qui…

C’est aussi l’histoire d’une fille emprisonnée par elle-même dans son corps qui…

C’est enfin l’histoire du héros d’un livre étrange qui…

Antonin est un fantôme. Assassiné alors qu’il était adolescent, il hante la maison abandonnée par la secte de son père. Il parvient un jour à interagir avec un ordinateur. Touche de clavier après touche de clavier, il écrit un roman qu’il parviendra à faire éditer sous couvert de l’anonymat offert par internet.

Très loin de là, en Nouvelle-Calédonie, Emilia, une jeune fille anorexique, tombe amoureuse de Leï, le personnage du roman d’Antonin. Elle parvient à contacter l’auteur par email et lui demande d’écrire la suite du livre qu’elle a tant aimé…

En parallèle, le lecteur lit le roman d’Antonin et découvre l’histoire de Leï et de son chien qui lui raconte des histoires pour l’aider à vivre sa vie.

Un récit à trois voix où le lecteur lit le roman d’Antonin en suivant son héros Lei qui doit se construire une nouvelle vie, l’existence d’Antonin lui-même qui par l’écriture et ses échanges avec Emilia, sa lectrice, trouvera le courage de dénoncer son meurtrier et bien sûr Emilia, cette jeune fille anorexique qui veut continuer d’exister en dépit de la maladie… Un récit à trois voix où la réalité rejoint la fiction ou l’inverse…


L’avis de Yesmine

Antonin, adolescent de 17 ans, vit dans une secte avec son père, le gourou de cette dernière. Lors d’une des cérémonies sacrificielles, il va secourir une des jeunes adeptes et se fait tuer accidentellement. Après le départ de la secte, Antonin va rester coincé entre les 4 murs de cette demeure en se regardant pourrir, avec pour seul compagnie, un vieil ordinateur resté allumé. Par sa seule force de conviction, il va pouvoir, en tant que fantôme, écrire un roman et entrer en contact avec le monde extérieur.

Les personnages-clefs de ce roman sont Antonin l’auteur, Leï le personnage principal du roman qu’écrit Antonin et Emilia, la lectrice. On va se retrouver mêlé à ce trio qui essaye de vivre et survivre dans le monde qui est le leur. On comprend l’impuissance et les désillusions que peut avoir Antonin en tant que fantôme enfermé dans cette maison.
On découvre aussi le désespoir d’une jeune fille malade mais qui, sous prétexte qu’elle n’aime plus la vie, fait vivre un enfer à ses parents. Elle peut être tout aussi bien touchante que détestable.

J’ai bien apprécié ce livre mais son rythme assez en dent de scie et l’histoire qui peut paraître pesante ne m’ont pas permis de profiter pleinement de cette histoire.

Bonne lecture à vous, un livre à trois voix tout aussi troublant.

Le fantôme qui écrivait des romans d’Eric Sanvoisin, paru en octobre 2016 aux éditions Balivernes, 216 pages, 17€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *