couv74988646Résumé

Diagnostiqué autiste à l’âge de deux ans, Jake était promis par les « spécialistes » à un parcours difficile. C’était compter sans la combativité d’une mère et une confiance à toute épreuve dans le potentiel de son fils. Décidée à ignorer les circuits classiques, Kristine prend l’éducation de Jake à sa charge. Le but ? Négliger les tâches pour lesquelles son fils n’a pas de capacités naturelles et développer son goût pour les jeux de lumières, les échecs, les chiffres…

Treize ans plus tard, Jake est devenu un petit génie des mathématiques et l’étincelle a mis le feu aux poudres !

L’avis de Cassandre

Dans L’Étincelle, Kristine Barnett, une jeune américaine nous raconte le combat de sa vie, celui de l’autisme de son fils, Jacob, dit Jake.

Bébé, Jake était comme les autres enfants. Et puis, il a commencé à s’isoler, à parler de moins en moins et à vivre dans une bulle impénétrable. Vers 2 ans, le verdict est tombé, Jake souffre d’un autisme sévère. Les spécialistes ont dit de lui qu’il ne parlerait plus, ne saurait pas lire et qu’il était en somme une cause perdue. Il a donc bénéficié d’un programme de l’Etat où des spécialistes étaient chargés de développer sa socialisation et ses capacités motrices. Kristine a vite compris que ce programme ne produisait aucun résultat positif et qu’au contraire, Jake se renfermait de plus en plus. Contre l’avis de tous et malgré l’incompréhension de ses proches, elle a choisi de le retirer de cette institution et de s’occuper de lui à domicile. Son objectif était qu’il entre dans une école normale à 5 ans.

Aug 22, 2013 - Jacob Barnett; Perimeter Institute; Paul Wells story.
Aug 22, 2013 – Jacob Barnett; Perimeter Institute; Paul Wells story.

L’Étincelle est un récit admirable. Cette mère s’est battue pour son fils et y a toujours cru, au fond d’elle. Aujourd’hui, Jake est un adolescent qui a des amis, qui communique et qui travaille sur une théorie sur la relativité qui pourrait contrecarrer celle d’Einstein. Comment un tel changement a pu être possible ? Kristine nous livre toute son histoire, nous explique comment elle a « récupéré » son fils en mettant l’accent sur ce qu’il savait faire et non sur ce qu’il ne savait pas faire comme les spécialistes le préconisaient. Parallèlement, Kristine Barnett dirigeait une crèche et a développé une fondation où elle accueille des enfants autistes et leurs familles et les aident à avancer. Ses résultats sont sensationnels, elle a pu sauver des dizaines d’enfants en « entrant dans leur monde ». Par exemple, en leur donnant les outils dont ils ont besoin pour développer leur passion et leur créativité.

Je conseille ce récit à tous. Il s’agit d’une magnifique leçon de vie qui montre que tout est possible et qu’il ne faut jamais abandonner. Je n’ai aucun doute que Jake et son incroyable cerveau pourront faire avancer la science un jour ou l’autre.

L’Étincelle : la victoire d’une mère contre l’autisme de Kristine Barnett, paru en novembre 2015 aux éditions Pocket, 352 pages, 7,30€

4 Comments on L’Étincelle : la victoire d’une mère contre l’autisme de Kristine Barnett

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.