Résumé

Le métier de vétérinaire est un roman : les joies et les drames de la vie s’y jouent et s’y dénouent. Installé au pied des Pyrénées, Sylvain Balteau soigne des chiens et des chats, mais aussi des vaches ou des ânes. Il nous raconte le théâtre vivant de ses journées : le porcelet devenu la raison de vivre d’un marginal, le papy venu la veille de Noël pour le dernier sommeil de son vieux chat et reparti avec un animal en pleine forme, la jument qui s’éteint doucement sous un arbre, le hamster qu’une fillette de 6 ans vient faire soigner à l’insu de ses parents…
Le Docteur Fourrure nous confie ses anecdotes, toutes véridiques et parfois drolatiques. Il faut bien sûr aimer les animaux pour exercer ce métier. Mais il faut aussi beaucoup aimer ses semblables pour être ce véto au poil.

L’avis de Cassandre

Ceux qui me connaissent savent que j’aime énormément les animaux et que je ne conçois pas ma vie sans un compagnon à quatre pattes. Alors des chroniques de vétérinaire ? Avec grand plaisir !

Le Docteur Fourrure (ou Sylvain Balteau) a décidé de créer un blog (http://www.boulesdefourrure.fr/) pour y livrer son quotidien dont le contenu a ensuite été adapté en livre et retravaillé pour l’occasion. Dans ce récit, nous découvrons des anecdotes diverses sur le métier de vétérinaire. Le Docteur Fourrure nous fait voir l’envers du décor, nous qui imaginons les vétérinaires comme des amoureux des animaux qui soignent les chiens blessés, stérilisent et offrent une mort douce aux animaux qui souffrent. La vérité est plus complexe, ce métier est loin d’être aisé et il faut se préparer à tout : les chiens de chasse éventrés par les sangliers, les animaux qui souffrent suite à la négligence du maître, les animaux de ferme qu’il faut aider à mettre bas et j’en passe…

J’ai appris beaucoup de choses dans ce roman et cela m’a aidé à avoir un œil neuf sur le métier. Sylvain Balteau va droit au but et ne ménage pas son lectorat, il n’enjolive pas, nous révèle parfois ses peurs ou ses moments de tristesse. Mais par-dessus tout, il garde son humour et arrive à nous décocher quelques sourires. Le petit plus : des questionnements sur notre rapport à l’animal, sur ce qu’il représente pour nous ou encore quelle valeur on lui donne, quels choix sommes-nous prêts à faire pour notre compagnon ?

Chroniques du Docteur Fourrure de Sylvain Balteau, paru en octobre 2016 aux éditions Pocket, 224 pages, 6,30€

4 Comments on Chroniques du Docteur Fourrure de Sylvain Balteau

  1. Quand j’étais plus jeune, je voulais faire vétérinaire mais, quand j’ai vu mon niveau de maths en seconde, j’ai vite su que ça ne serait pas possible ^^.
    Ce livre à l’air intéressant, je le note 🙂

  2. Je suis super tentée par ce livre, j’adore la couverture et ton avis me rend curieuse. Merci pour cette sympathique découverte, je vais jeter un oeil sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *