anatomie d'une fille à l'ouestRésumé

Pour tout le monde, Anika Dragomir est la troisième adolescente la plus populaire du lycée. Cheveux blonds, lèvres glossées, elle a la panoplie de la fille parfaite. De loin, car si on se rapproche, on découvre qu’elle n’est pas tout à fait irréprochable : elle empoisonne petit à petit son patron, vole dans la caisse, et est en train de tomber amoureuse de Logan, le pire loser du lycée. Elle est prête à tout pour que personne ne le sache, car un pas de travers et Becky Vilhauser, le Dark Vador rose bonbon qui tyrannise le lycée, fera de sa vie un enfer. Et lorsque Jared, le garçon le plus populaire de la ville, décide qu’elle sera sa petite amie, Anika va devoir choisir. Après tout, serait-ce si improbable de tout lâcher pour un raté ?

L’avis de Cassandre

Pourquoi ai-je craqué pour ce roman qui cible essentiellement les adolescents ? Sans aucun doute pour son titre déjanté et sa couverture jolie et sobre. Je me demandais quel texte il renfermait et je n’ai pas hésité à le lire.

Anika vit aux Etats-Unis et tient ce prénom de son père roumain. Elle est jolie et blonde et est « classée » troisième au rang de la popularité de son lycée. Avec elle, Shelly, qu’elle apprécie au deuxième rang et Becky, au premier. Au départ, je n’aimais pas du tout cette histoire, Anika nous explique qu’elle trouve Becky monstrueuse mais elle écoute tout ce que celle-ci lui dicte. « Rends-moi ce service », « ne sors pas avec ce garçon » « humilie cette fille », et tout est très malsain. On comprend peu à peu combien Anika déteste Becky et se sent prise dans un étau. Becky ne cesse de la rabaisser, lui rappeler qu’elle est à moitié étrangère, que sans elle, elle ne serait rien. Cela peut paraître insignifiant mais Anika en tant que lycéenne a peur d’elle et vit dans l’angoisse. Rien ne va s’arranger quand Logan, un garçon considéré comme « loser » la drague et lui propose de romantiques virées nocturnes. Inutile de vous dire que cette relation doit rester secrète… Et tout empire quand Jared, le mec le plus populaire du lycée et coureur de jupons la courtise également. Anika ne peut qu’être perdue.

En-dehors de son aspect «chick-lit », on découvre une véritable profondeur dans ce roman aux apparences estivales. Andrea Portes dénonce le harcèlement scolaire, l’influence de certains, l’acharnement sur d’autres qui peuvent détruire des adolescents. Aussi, elle dénonce la xénophobie où certains pointent Anika comme une étrangère alors qu’elle est américaine. Une adolescente afro-américaine fait aussi son apparition et certains personnages secondaires sont pratiquement apeurés « attention, nous allons embaucher une personne de couleur noire !». J’ai trouvé cela très choquant, surtout les idées reçues en fonction de la couleur de peau. C’est aberrant et j’ai été ravie que le personnage d’Anika soit aussi révolté que moi.

Au final, ce roman est vraiment bon. C’est une histoire initiatique où Anika va évoluer, aller au-delà des apparences, combattre ses démons mais surtout avancer vers une vie de jeune adulte. Elle va vivre des événements difficiles voire tragiques mais la fin est belle à mon goût. Voilà un roman que j’ai beaucoup aimé et que je recommande aux adolescents, dès 14 ans.

Anatomie d’une fille à l’ouest d’Andrea Portes, paru le 15 mai 2015 aux éditions Michel Lafon, 288 pages, 16,95€

6 Comments on Anatomie d’une fille à l’ouest d’Andrea Portes

  1. Contente que ce soit une belle surprise car je vais le lire très bientôt. J’avais peur d’être déçue, me voilà rassurée. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.