Résumé

Tessa est pour tous une « Marguerite ». Elle a été baptisée ainsi par les journalistes après avoir été retrouvée amnésique, sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Elle est l’unique survivante d’un tueur en série identifié, jugé et condamné par la justice du Texas. Dix-huit ans plus tard, Tessa est une mère de famille accomplie et épanouie. Jusqu’à ce qu’elle découvre, la veille de l’exécution de l’assassin, un parterre de ces mêmes marguerites repiquées sous ses fenêtres. Voyant vaciller sa tranquillité et ses certitudes, Tessa n’a alors d’autre choix que de rejoindre le camp de la défense, pour que la vérité soit faite, pour que le cauchemar ne recommence pas.

L’avis de Cassandre

Tessa est une mère célibataire qui a vécu un cauchemar durant son adolescence. A 16 ans, elle a été retrouvée, laissée pour morte avec d’autres cadavres, dans une fosse recouverte de marguerites. En partie amnésique, elle a néanmoins pu témoigner et ainsi conduire son bourreau derrière les barreaux. Nous retrouvons Tessa vingt ans après les faits, et le coupable de ces horribles faits s’apprête à rejoindre le couloir de la mort, le Texas pratiquant encore la peine de mort. Un matin, Tessa découvre que quelqu’un a planté des marguerites sous sa fenêtre. Elle ne croit pas au hasard et ne tarde pas à se demander si la personne derrière les barreaux est bel est bien coupable…

Le récit alterne deux visions : celle de la Tessa du présent et de Tessie, l’adolescente qu’elle était. J’ai pris plaisir à suivre à la fois la course contre la montre de Tessa qui doit prouver l’innocence de l’accusé et trouver le vrai coupable qui court toujours ainsi que les séances de psychanalyse de Tessie, réellement passionnantes. Le rythme est lent et les 500 et quelques pages de ce thriller se dégustent plus qu’on ne les dévore. Julia Heaberlin nous offre des personnages riches et captivants que j’ai pris plaisir à connaître. L’intrigue est très bonne sans être révolutionnaire du genre. L’écrivaine nous réserve cependant quelques surprises.

Pour conclure, une lecture passionnante, des personnages captivants, une intrigue bien menée et un récit qui pousse le lecteur à réfléchir sur le système judiciaire américain !

Ainsi fleurit le mal de Julia Heaberlin, paru en avril 2018 aux éditions Pocket, 512 pages, 8,10€
Également disponible en version numérique

5 Comments on Ainsi fleurit le mal de Julia Heaberlin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *