9782266235259Résumé

Brownsburg, Virginie, 1948.
Une petite ville paisible, aux maisons bien alignées. On y vit en bon voisinage, dans la crainte de Dieu et le respect des convenances. Le soir, sous les vérandas, on boit du thé glacé.
Quand arrive un vagabond…
Au volant d’un vieux pick-up déglingué, il s’appelle Charlie Beale et s’attire vite l’affection générale. Celle d’un enfant, d’abord, puis l’amour d’une femme mariée…
La passion vient d’entrer dans Brownsburg, emportant avec elle ce qui pouvait rester de pureté et d’innocence…

L’avis d’Audrey

A Brownsburg, dans l’Etat de Virginie, Charlie Beale arrive au volant de son pick-up à la recherche d’un lieu où se poser et dans lequel il se sentira chez lui. Il décide d’acquérir un terrain près d’une rivière et dort à la belle étoile sur celui-ci. Il se fait embaucher dans une boucherie, et fournit du bon travail.

Je ne connaissais absolument pas Robert Goolrick avant de choisir ce livre, qui, j’ai appris par la suite, avait obtenu le Grand Prix des lectrices Elle.

Charlie, notre « vagabond » est très mystérieux, il apparait avec une valise pleine de dollars sortie de nulle part, et au fil de la lecture, on n’en apprend guère plus sur son passé. On le suit à travers sa découverte de la ville de Brownsburg. Ville qui connait peu d’étrangers, il est donc curieux de voir arriver Charlie.

L’auteur décrit très bien l’époque dans laquelle évolue Charlie, époque d’après-guerre, où la parole de l’église est importante. Un point qui m’a vraiment plu, j’ai aimé découvrir cette petite ville avec ses habitants curieux.

Le personnage de Sylvan, qui prend une grande importance dans ce livre ne m’a guère attirée. Je n’ai compris réellement son comportement qu’à la fin de ce roman. Et je suis très surprise de la tournure des événements, mais surtout par la fin, je ne m’attendais absolument pas à ça.

En bref, je dirai que ce livre est pas mal, mais sans plus. Je n’ai pas été envoutée par cette lecture, je n’avais pas une irrésistible envie de finir au plus vite ma lecture, mais cela reste tout de même intéressant de découvrir le mode de vie des personnes en 1948.

Arrive un vagabond de Robert Goolrick, paru le 7 novembre 2013 aux éditions Pocket, 352 pages, 6,80€

12 Comments on Arrive un vagabond de Robert Goolrick

  1. Ohlala ! Je me le suis achetée la semaine dernière, j’avais hâte de le lire et maintenant j’ai bien peur d’être déçue… Bon, je verrai bien 🙂 Si ça se trouve je vais adore.

    • Oh n’aies pas peur. Au contraire, fais-t’en une idée. J’ai lu énormément d’avis positifs dessus, je suis peut-être qu’une exception à ne pas avoir apprécié plus que ça ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *