Bonjour à tous,
Le mois de mars s’achève sur une note très positive, le retour du printemps et des beaux jours ! Une période que j’adore, surtout ponctuée de beaux romans. Ce mois-ci, et sans m’en rendre compte, j’ai lu beaucoup de thrillers. Je vous laisse découvrir ce que j’en ai pensé !

Son espionne royale et les douze crimes de Noël (tome 6) de Rhys Bowen

Notre très chère Lady Georgiana revient pour une nouvelle enquête spéciale Noël. Elle qui se morfond en Écosse, au château de Rannoch chez son frère et son horrible belle-sœur ne rêve que d’une chose : s’échapper et passer de joyeuses fêtes. En répondant à une petite annonce, Georgie arrive à se faire inviter chez Lady Hawse-Gorzley, dans un charmant hameau anglais appelé Tiddleton-under-Lovey, où elle aidera à organiser les préparatifs. De nombreux invités sont attendus et c’est un plaisir de retrouver des personnages que nous connaissons déjà. Évidemment, rien ne va se passer comme prévu et, très vite, des villageois meurent dans de drôles de circonstances. Georgie n’est pas dupe et si la police a du mal à remuer le petit doigt, elle, n’hésite pas à se mouiller dans cette sinistre affaire. J’ai bien aimé l’ambiance de Noël, l’aspect festif mais aussi les traditions anglaises, les jeux, les repas, etc.. On suit une Georgie qui gagne en maturité et j’ai aussi apprécié son évolution vis-à-vis des autres personnages comme sa mère ou Darcy. Côté enquête, je dois avouer que ce tome m’a semblé en-deçà des précédents. L’intrigue traîne un peu trop en longueur et le rythme a tendance à s’essouffler. J’ai beaucoup plus adhéré au tome précédent que j’ai eu beaucoup de mal à reposer. Pour conclure, un tome moins captivant que les précédents mais j’aime toujours autant le personnage principal et il me tarde de la retrouver dans une autre aventure.

Son espionne royale et les douze crimes de Noël (tome 6) de Rhys Bowen, paru en novembre 2020 aux éditions Robert Laffont, 414 pages, 14,90€

Les illusions de Jane Robins

Callie et Tilda sont sœurs jumelles mais ne se ressemblent ni physiquement, ni mentalement. Tilda est une actrice connue et reconnue. Elle est belle et solaire. Callie, le personnage principal, est introvertie, solitaire et mal dans sa peau. Lorsque Tilda présente son compagnon, Félix, Callie se met à douter et le voit comme une menace pour sa sœur. Callie en est sûre, Félix exerce une mauvaise influence sur Tilda. Les illusions est un thriller psychologique sur un thème assez répandu où le lecteur ne sait pas si le personnage principal est fou ou s’il a raison. Pour le savoir, nous allons remonter à l’enfance des deux sœurs et en apprendre plus sur leur relation. Le problème est qu’on a beaucoup de mal à s’attacher à l’une comme à l’autre ni à ressentir une quelconque empathie. Elles sont toutes les deux malsaines et leur relation toxique est assez dérangeante. Côté intrigue, la première partie était très prenante avec un suspense qui réussissait à me tenir en haleine. Hélas, le récit s’essouffle ensuite et traîne en longueur. Il est notamment ponctué de nombreux passages qui n’apportent rien à l’histoire. La fin, elle, n’est pas une réelle surprise, ce qui renforce ma déception. Pour conclure, je suis passée à côté de ce titre, dommage !

Les illusions de Jane Robins, paru en février 2021 aux éditions Pocket, 432 pages, 7,95€

La maison des égarées de Julie Kibler

L’histoire débute au Texas, en 1904. Deux femmes, Lizzie et Mattie, sont recueillies au foyer de Berachah, dirigé par un pasteur et sa famille. Toutes deux ont connu la misère et la violence. L’une est prostituée et droguée, mère d’une petite fille, l’autre a eu un enfant hors mariage et a été reniée par sa famille. Toutes deux n’ont plus rien et le foyer leur offre l’opportunité de repartir de zéro et se reconstruire, notamment à travers la foi et le travail. Parallèlement, nous suivons Cate, une bibliothécaire passionnée par l’histoire du pensionnat et qui aimerait reconstituer la vie de Lizzie et Mattie et savoir ce qu’elles sont devenues. Je me suis beaucoup attachée aux deux amies mais aussi à Cate qui porte un lourd fardeau. Les trois héroïnes sont touchantes et nous ne pouvons qu’être admiratifs face à leur combattivité et leur détermination.La maison des égarées est un roman qui fait réfléchir sur la condition des femmes et au poids de la religion. Un roman qui ne vous laissera pas indemne !

La maison des égarées de Julie Kibler, paru en février 2021 aux éditions Belfond, 512 pages, 22€

Être père : Une place à prendre au quotidien d’Olivier Foissac

Il existe une multitude d’ouvrages sur la maternité mais très peu sur la paternité. Pour autant, les deux parents jouent un rôle essentiel dans l’éducation de leur enfant. Alors, quelle place occupe le père au sein de la famille ? Ce guide aborde les différentes étapes de la paternité : la grossesse, la naissance, le retour à la maison, l’éducation et bien d’autres encore. J’ai apprécié le fait de retrouver de nombreux témoignages de pères et leur ressenti. Cela permet de mieux comprendre leur vision des choses concernant la parentalité. Si toutes les thématiques ne m’ont pas intéressée, j’ai trouvé le guide bien conçu, complet et j’ai également apprécié ses illustrations. Un titre qui plaira aussi bien aux hommes qu’aux femmes et surtout, qui rassure !

Être père : Une place à prendre au quotidien d’Olivier Foissac, paru en février 2021 aux éditions Mango, 192 pages, 17,90€

Anonymat garanti de Greer Hendricks et Sarah Pekkanen

Après Une femme entre nous que j’avais adoré, le duo Greer Hendricks et Sarah Pekkanen revient pour un nouveau thriller psychologique. Nous suivons Jessica Farris, une jeune femme qui vivote grâce à un emploi de maquilleuse qui ne lui plaît qu’à moitié. Un jour, elle entend parler d’une étude rémunérée sur l’éthique et elle saute sur l’occasion d’arrondir ses fins de mois. D’abord innocentes, les questions du Dr Shields deviennent rapidement intrusives. Lorsque Jessica se voit proposer de poursuivre l’étude via une expérimentation grandeur nature, on s’interroge sur l’intérêt réel de cette étude. Anonymat garanti est un thriller hautement addictif. Encore une fois, l’écriture à quatre mains est parfaitement maîtrisée. Il m’a été très difficile de reposer le roman, il fallait absolument que je connaisse le dénouement ! J’ai beaucoup apprécié la thématique de l’étude psychologique ainsi que le personnage de Jessica et du Dr Shiels, bien plus complexes qu’il n’y paraît. Pour conclure, Anonymat garanti est une véritable réussite !

Anonymat garanti de Greer Hendricks et Sarah Pekkanen, paru en février 2021 aux éditions Pocket, 528 pages, 8,40€

Le loup dans la bergerie de Fabio M. Mitchelli

Le loup dans la bergerie est un roman de fiction qui inclut un fait divers réel, celui du « berger de Caussols », Michel Lambin. Dans le roman, il est renommé Jean-Michel Auban et purge sa peine après avoir été accusé de meurtre et soupçonné de cannibalisme. Samuel Steiner, commandant de police basé à Metz est appelé à Nice car un corps retrouvé calciné pourrait être celui de son père qui n’a plus donné signe de vie depuis vingt ans. Ses recherches le conduisent rapidement au berger de Caussols, mais quel rapport entre ces deux faits distincts ? Samuel Steiner va devoir enquêter, quitte à se mettre en grand danger, pour faire éclater la vérité. Ce que j’ai aimé dans ce titre, c’est son action et ses rebondissements. On ne s’ennuie jamais, l’auteur nous propose une intrigue captivante et parfaitement maîtrisée. J’ai apprécié le côté sombre, violent et nerveux que l’on retrouve tout au long du roman. Une belle découverte !

Le loup dans la bergerie de Fabio M. Mitchelli, paru en février 2021 aux éditions Robert Laffont, 384 pages, 20€

2 Comments on Les chroniques de mars

  1. Merci à toi pour toutes ces idées lecture ! Je retiens « Le Loup dans la bergerie » et j’ai déjà prévu de lire bientôt « La Maison des égarées ».

    Je te souhaite de belles lectures à venir ainsi qu’un bon week-end de Pâques !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.