Catégorie : Témoignages

Les chroniques de mai

En mai, fais ce qu’il te plaît… ou presque ! Ce mois a rimé avec détente, des lectures divertissantes sous le soleil. Voici mes recommandations :

L’art d’échouer d’Elizabeth Day

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9782714481917ORI-188x300.jpg.

J’ai découvert Elizabeth Day avec le roman L’invitation que j’avais adoré. Aujourd’hui, elle nous présente une non-fiction inspirée de son podcast How to fail qui a rencontré un vif succès au Royaume-Uni. L’Art d’échouer contient des chapitres thématiques : l’école, l’amitié, l’amour, le mariage etc.. On se retrouve fréquemment dans ce texte, on a tous un jour ou l’autre, été confronté à l’échec. Elizabeth Day nous montre que l’échec n’est pas une fatalité mais certainement l’occasion d’apprendre et de rebondir. Un titre teinté d’humour qui fait réfléchir sur notre rapport à l’échec, à l’heure où la réussite est si fièrement exhibée sur les réseaux sociaux.

L’art d’échouer d’Elizabeth Day, paru en mars 2020 aux éditions Belfond, 336 pages, 21,90€

Son espionne royale et le mystère bavarois (tome 2) de Rhys Bowen

Nous retrouvons Lady Georgiana, Georgie pour les intimes, dans les Londres des années 1930. Toujours aussi fauchée, la jeune femme se voit en plus confier une mission par la Reine. Celle-ci demande à Georgie d’accueillir la Princesse de Bavière, Hannelore, dans le but que son fils, le Prince de Galles en tombe amoureux. Pas facile d’héberger une jeune fille de dix-huit ans qui ne pense qu’à s’amuser et n’a pas la langue dans sa poche ! Un deuxième tome qui m’a davantage convaincue que le précédent. j’ai aimé les personnages, surtout le grand-père Cockney de Georgiana, sa meilleure amie Belinda et l’irrésistible et mystérieux Darcy. De l’amour, du mystère et de l’humour, un cocktail idéal pour passer un bon moment !

Son espionne royale et le mystère bavarois (tome 2) de Rhys Bowen, paru en juin 2019 aux éditions Robert Laffont, 384 pages, 14,90€

Ciao Bella de Serena Giuliano

Anna est une jeune femme qui entreprend une thérapie pour l’aider à surmonter ses innombrables phobies. Ses peurs en tous genres la paralysent et l’empêchent de vivre normalement : peur d’attraper une maladie, peur de perdre un proche, peur de prendre l’autoroute, peur de la foule, peur des restes de nourriture qui stagnent dans l’évier… Un rien la déstabilise ! Heureusement, sa psychologue, Lizzie va l’accompagner durant plusieurs années, l’aider à comprendre l’origine de ses angoisses et lui donner les clés pour avancer. Ciao Bella est un roman à la fois drôle et rafraîchissant. Anna est une jeune femme à l’humour débordant dont on aime suivre les aventures. Un titre aussi savoureux qu’une bonne pizza !

Ciao Bella de Serena Giuliano, paru en mars 2020 aux éditions Pocket, 272 pages, 6,95€

Les Détectives du Yorkshire tome 5 : Rendez-vous avec le danger de Julia Chapman

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9782221240366ORI-195x300.jpg.

Samson et Delilah s’unissent pour résoudre une nouvelle affaire mêlant décès suspect à des vols de bestiaux qui sévissent à Bruncliffe et alentours. Si le tome précédent était un peu trop calme, ce cinquième opus est rempli d’action ! On ne s’ennuie pas une seule seconde avec cette intrigue aux multiples facettes. J’aime toujours autant les personnages principaux et secondaires sans oublier ce village terriblement cosy. Notre duo ne manque pas d’idées pour démasquer le ou les coupables. J’ai pris un grand plaisir à suivre leurs aventures. Une série formidable. Je n’ai qu’une hâte : lire la suite !

Les Détectives du Yorkshire tome 5 : Rendez-vous avec le danger de Julia Chapman, paru en novembre 2019 aux éditions Robert Laffont, 456 pages, 14,90€

Et du côté de la littérature jeunesse :

Kididoc : Mon imagier des 5 sens

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9782092591635-300x300.jpg.

Mon imagier des 5 sens fait partie de la collection Kididoc adressée aux petits, dès l’âge de 6 mois. Sous forme carrée et cartonnée, ce petit album s’emporte partout et est ultra-résistant. Cet imagier s’intéresse aux 5 sens et est très ludique. Parents et enfants peuvent s’amuser grâce à un système de tirettes et de questions-réponses. Un classique qui permettra aux tout-petits d’apprendre de nouveaux mots.

Kididoc : Mon imagier des 5 sens de Nathalie Choux, paru en janvier 2020 aux éditions Nathan, 10 pages, 8,40€

Laissez-moi tranquille…

Leyla est un bébé babouin qui a des parents, mais aussi 9 tantes et 23 cousins. Tous lui font des câlins, des bisous et très vite, Leyla a besoin de s’isoler, d’être tranquille pour se reposer. Un album et des illustrations très douces, on apprécie l’univers sauvage de ces babouins hamadryas. Ce titre fait réfléchir sur les temps calmes, le fait de prendre son temps dans un monde où tout va (trop) vite. Et aussi, le plaisir de partir et de se retrouver !

Laissez-moi tranquille… de Galia Bernstein, paru en août 2019 aux éditions Nathan, 32 pages, 11,90€

Mia contre le Monstre Terrible

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9782092589175-246x300.jpg.

Mia se balade dans la forêt, accompagnée de son chat Grochat. Ils jouent avec les feuilles, sautent dans les flaques et saluent les animaux : hérisson, renard, lapins ou encore souris. Soudain, ils tombent sur un Monstre Terrible, bien décidé à préparer une soupe à base d’animaux de la forêt. Mia et Grochat vont devoir redoubler d’ingéniosité pour déjouer le plan du Monstre. Un album très drôle mettant en scène une petite fille qui n’a décidément peur de rien. Les illustrations très colorées sont superbes ! Une chose est sûre, ce livre va beaucoup amuser les petits, dès l’âge de 3 ans !

Mia contre le Monstre Terrible de Nadia Shireen, paru en juillet 2019 aux éditions Nathan, 32 pages, 11,90€

Quelles sont les lectures que vous me conseillez ?

Les chroniques d’août


Bonjour à tous,

L’été touche bientôt à sa fin et j’ai le plaisir de vous proposer des lectures divertissantes pour le prolonger !

Blood orange de Harriet Tyce

Alison est avocate pénaliste et consacre beaucoup de temps à son travail. Sa vie de famille part à vau-l’eau et Alison se réfugie dans l’alcool et aussi dans sa relation malsaine avec Patrick, un collègue de bureau. En parallèle, elle se voit confier une affaire de meurtre où une femme, Madeleine, est accusée d’avoir tué son mari. Blood orange est un roman psychologique qui traite essentiellement de violence conjugale. J’ai apprécié la thématique et l’ambiance inquiétante. Cependant, le roman comporte de nombreux temps morts, ce qui ralentit la lecture. Je n’ai pas accroché aux personnages, surtout Alison qu’on a envie de secouer, tant elle est déraisonnable et manipulable à souhait. Pour conclure, un thriller qui avait du potentiel mais dont je ressors déçue, je n’ai pas été convaincue par la construction, les personnages et l’intrigue dont on voit venir l’issue trop rapidement.

Blood orange de Harriet Tyce, paru en février 2019 aux éditions Robert Laffont, 400 pages, 21,00€

Femme sur écoute de Hervé Jourdain

Femme sur écoute est l’histoire de Manon Legendre, strip-teaseuse et escort-girl qui rêve d’un avenir meilleur. Parallèlement, nous rencontrons Lola Rivière, spécialiste en cybercriminalité qui doit se battre pour se faire accepter au 36 quai des Orfèvres. Si au départ, nous avons l’impression de suivre deux histoires bien distinctes, il n’en est rien. J’ai été captivée par un panel de personnages très développés et par une histoire policière bien ficelée. Hervé Jourdain nous offre une enquête complexe et détaillée comme je les aime. Un excellent roman policier !

Femme sur écoute de Hervé Jourdain, paru en octobre 2018 aux éditions Pocket, 576 pages, 8,30€

Bye, Bye, vitamines de Rachel Khong

Ruth, trente ans, revient au foyer familial sur demande de sa mère. Elle la sollicite pour s’occuper de son père, atteint de la maladie d’Alzheimer. Cet ancien professeur d’histoire ne peut plus exercer. Alors, ses anciens élèves décident d’organiser de faux cours pour donner un sens à la vie d’Howard. Les personnages sont terriblement attachants et nous font rire autant qu’ils nous émeuvent. La maladie est un thème abordé avec brio. Pas de chapitres larmoyants dont on ressort déprimés. Au contraire, une histoire pleine d’amour, de bons souvenirs et d’espoir.

Bye, Bye, vitamines de Rachel Khong, paru en juin 2019 aux éditions 10-18, 216 pages, 7,50€

Le livre noir de la gynécologie de Mélanie Déchalotte

Ce documentaire écrit par la journaliste Mélanie Déchalotte lève le voile sur un sujet encore tabou : les maltraitances gynécologiques et obstétricales. Ces violences peuvent être physiques, psychologiques ou morales : critiques de la part du médecin, non-prise en compte de la douleur ressentie, négligences, la liste est longue. Ce titre permet d’ouvrir les yeux sur des pratiques anormales. Exemple : être contrainte de subir une examen gynécologique pour une simple prescription de pilule où seuls un questionnaire et une prise de la tension sont requises… Je précise que ce titre ne jette pas la pierre à la gynécologie qui donne et sauve des vies mais à s’indigner face à des pratiques inadaptées, archaïques ou abusives. A lire absolument !

Le livre noir de la gynécologie de Mélanie Déchalotte, paru en mars 2019 aux éditions Pocket, 672 pages, 8,95€

Des poignards dans les sourires de Cécile Cabanac

Début des années 2000, en Auvergne, un mari disparaît. Sa femme, Catherine voit sa disparition comme une aubaine. Mais tout se complique quand la police découvre les restes d’un corps humain carbonisé… Des poignards dans les sourires est un polar captivant. Nous suivons différents personnages d’une même famille ainsi que Virginie Sevran et Pierre Biolet, les enquêteurs. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cet excellent roman policier. L’ambiance inquiétante, les relations complexes entre les différents personnages, l’intrigue bien ficelée, tous les ingrédients sont réunis pour que ce polar soit une réussite ! Un premier roman très prometteur !

Des poignards dans les sourires de Cécile Cabanac, paru en février 2019 aux éditions Fleuve, 480 pages, 19,90€

Son dernier souffle de Robert Dugoni

Le dernier repos de Sarah est un thriller que j’avais adoré. J’étais alors impatiente de découvrir la suite des aventures de Tracy Crosswhite ! Cet opus reprend une enquête secondaire du premier tome, le meurtre d’une strip-teaseuse, afin d’en faire son enquête principale. Plusieurs femmes sont retrouvées mortes dans des conditions similaires. Tracy va devoir attraper un tueur en série très bien organisé. Si j’ai trouvé le début un peu long, au bout d’une centaine de pages, je suis totalement entrée dans l’histoire. Ce n’est pas un thriller révolutionnaire mais j’ai apprécié l’ambiance, les thématiques abordées et bien sûr, les personnages ! A quand la suite ?

Son dernier souffle de Robert Dugoni, paru en mars 2019 aux éditions Pocket, 560 pages, 8,30€

Vaste comme la nuit d’Elena Piacentini

Dans Vaste comme la nuit, nous retrouvons la capitaine Mathilde Sénéchal, que vous avez peut-être découvert dans Comme de longs échos, précédent roman d’Elena Piacentini. Mathilde Sénéchal revient dans le village où elle passait les étés de son enfance, près de Dieppe. Là-bas, il y a trente ans, une jeune femme a disparu et Mathilde, elle, a perdu la mémoire. Faire lumière sur cette histoire va s’avérer complexe. Les villageois sont peu loquaces voire hostiles pour certains. Du côté des personnages, j’ai été touchée par Mathilde dans sa quête de vérité, par la jeune et intrépide Adèle et par Orsalhièr qui accompagnent la capitaine. L’écriture d’Elena Piacentini est délicieuse et se savoure lentement. Chaque phrase est poétique et réfléchie, chaque mot est étudié. Vaste comme la nuit est une petite merveille !

Vaste comme la nuit d’Elena Piacentini, paru en août 2019 aux éditions Fleuve, 312 pages, 19,90€

J’espère que vous avez apprécié cette sélection et qu’elle vous donnera des idées lectures !



Les chroniques de mai

« En mai, fais ce qu’il te plaît », me concernant, j’ai pu lire pas moins de 7 titres qui me faisaient de l’oeil, depuis leur étagère. Et je vous les présente, sans plus tarder !

La maison des oubliés de Peter James

Peter James est un auteur très connu pour ses thrillers, dont j’ai dévoré un grand nombre. La maison des oubliés est plutôt un livre mêlant horreur et fantastique, j’étais particulièrement impatiente de retrouver Peter James dans un tout autre genre. Dans ce titre, nous rencontrons Ollie, sa femme et leur fille, qui s’apprêtent à emménager à Cold Hill House, un manoir à l’abandon avec fort potentiel. Très vite, des événements étranges s’y produisent : apparitions, dégâts matériels, cauchemars,… L’ambiance prend une tournure inquiétante et on se demande bien quelle en sera l’issue ! Si l’histoire a su m’entraîner dès les premières pages, j’ai, hélas, vite déchanté. Les péripéties sont prévisibles et on retrouve un bon nombre de clichés sur la maison hantée. Les personnages sont assez plats et manquent de profondeur. La fin n’apporte pas suffisamment de réponses et nous laisse sur notre faim. Enfin, je n’ai pas été convaincue par le style d’écriture, j’ai souvent eu l’impression de lire un roman jeunesse. Dommage !

La maison des oubliés de Peter James, paru en mars 2019 aux éditions Fleuve, 352 pages, 19,90€

L’ivresse des libellules de Laure Manel

Quatre couples d’amis partent chaque année ensemble en vacances. Cet été, ils louent une superbe villa en Ardèche, sans les enfants. Tout se passe à merveille (ou presque), jusqu’à l’arrivée de Valentine, une libraire célibataire que l’une des amie a voulu convier. L’ivresse des libellules est un roman frais, divertissant, qui parle de l’amour, de l’amitié, de nos petits et grands défauts, des relations humaines, tout simplement. On se reconnaît en ces personnages qui nous touchent, qui nous agacent et qui nous ressemblent finalement ! J’ai passé un très bon moment de lecture qui me donne envie de découvrir les précédents romans de Laure Manel !

L’ivresse des libellules de Laure Manel, paru en avril 2019 aux éditions Michel Lafon, 381 pages, 18,95€

Le bel avenir de Robin Kirman

Harvard, en 1997, nous découvrons trois étudiants très différents : Alice, Georgia et Charlie. Ils n’ont rien en commun, sauf peut-être leur ambition et leurs rêves de gloire. Un tragique événement (le meurtre d’une élève de leur promo) va changer leur vie à jamais. Le bel avenir n’est pas un thriller mais un roman profond qui parle de relations humaines, d’amour et d’apprentissage. Les protagonistes sont travaillés en profondeur, impossible de ne pas se laisser captiver par leur histoire ! L’écriture de Robin Kirman et la construction de son roman ont su me convaincre. Un roman obsédant et difficile à reposer !

Le bel avenir de Robin Kirman, paru en novembre 2018 aux éditions 10-18, 456 pages, 8,80€

Les sentiers de l’oubli de Margaret Mizushima

Mattie est agent de police. Sa particularité ? Elle ne sort jamais sans Robo, son berger allemand et coéquipier. Lors d’une patrouille, elle découvre le corps d’une adolescente dans les bois, à proximité de Belle, son chien blessé par balle. L’enquête est rapidement ouverte et Mattie est bien décidée à la résoudre ! Si le sujet n’est pas particulièrement novateur, j’ai pris plaisir à suivre Mattie et Robo dans leur quotidien. Il faut dire que tous deux sont attachants ! J’ai aussi apprécié le cadre de l’histoire, en plein coeur d’un petit village du Colorado où la drogue et la violence sévissent. Le premier tome d’une série qui s’annonce très plaisante !

Les sentiers de l’oubli de Margaret Mizushima, paru en mars 2019 aux éditions Belfond, 336 pages, 20,00€

Illusion tragique de Gilda Piersanti

Mario est un garçon âgé de dix ans qui s’amuse à épier son voisin, Monsieur Ruper, par la fenêtre de sa salle de bain. Mais la curiosité est un vilain défaut et il se pourrait qu’elle ait de dramatiques conséquences. Je n’en dirais pas plus au sujet de l’histoire car, dès le deuxième chapitre, Gilda Piersanti nous prépare un rebondissement qui change la donne ! Illusion tragique est un roman bien construit et étonnant qui mêle fiction et réalité. Notre auteure italienne nous réserve de nombreuses surprises et nous mène par le bout du nez, j’adore !

Illusion tragique de Gilda Piersanti, paru en mars 2019 aux éditions Pocket, 272 pages, 7,20€

Le chant des revenants de Jesmyn Ward

Jojo a treize ans et vit chez ses grands-parents noirs, dans une ville pauvre du Sud des États-Unis. Il s’occupe de sa petite sœur, tel un parent de substitution. Leur mère, Léonie, est une jeune toxico, instable, incapable de s’occuper d’eux. Le père, Michael, lui, est un homme blanc qui purge une peine de prison. Un jour, le téléphone sonne, Michael va être libéré. Leonie décide de prendre ses deux enfants avec elle, ainsi qu’une amie peu recommandable pour aller chercher Michael. Commence alors un road-trip inquiétant…
Le chant des revenants est un puissant roman à trois voix aux thématiques poignantes : le racisme, l’Amérique profonde, la drogue, l’amour et le pardon. L’écriture de Jesmyn Ward nous emporte, plus rien n’existe autour de nous. Un titre puissant et inoubliable.

Le chant des revenants de Jesmyn Ward, paru en février 2019 aux éditions Belfond, 272 pages, 21,00€

Un clou dans le bec de Maxime Poisot et Emmanuelle Teyras

Machisme et sexisme sont omniprésents dans notre société. Cette bande dessinée reprend des saynètes du quotidien : en famille, dans la rue, au travail, etc., un ensemble de situations comiques où les femmes prennent le pouvoir et clouent le bec des hommes ! Un titre qui fait du bien et qui, je l’espère, fera avancer les choses dans le bon sens !

Je remercie Babelio et les éditions Marabout pour cet envoi !

Un clou dans le bec de Maxime Poisot et Emmanuelle Teyras, paru en février 2019 aux éditions Marabout, 10,00€

La sélection est à présent terminée. Quels sont les titres que vous aimeriez découvrir ? Quels sont vos coups de cœur de mai ?


Comment draguer (sur) sans Tinder de Victor Matisse

Résumé

On matche, on charme, on like, on superlike, mais surtout, on passe des heures et des heures sur son Smartphone pour finalement se dire :  » C’est quand même plus sympa en vrai !  » C’est une certitude, la drague dans la vraie vie est plus excitante et plus amusante.
Mais comment faire pour aborder une femme dans la rue, en boîte de nuit ou dans le métro ?
Que révèle la boisson qu’une fille commande dans un bar ?
Quel est le meilleur moment pour passer à l’action ?
En appliquant les règles et les conseils élémentaires de ce guide, vous allez redécouvrir le joyeux monde de la drague et augmenter significativement vos chances de séduire celle qui vous plaît.
Derrière Victor Matisse, se cache un Parisien plein de bons conseils parce que plein d’expériences. La drague dans la vraie vie, il connaît. Sa méthode, il l’applique… Et ça marche !

(suite…)

#1 Mariage – La demande !

Avant de parler mariage, parlons demande !

Tout d’abord, il y a deux types de femmes :
– La femme qui ne souhaite pas spécialement se marier, qui serait heureuse de l’être mais sans mettre une pression de dingue à son chéri,
– Et … la femme qui harcèle son chéri pour savoir : Quand ? Où ? Comment ? Avec qui ? Celle qui soûle l’autre en attendant qu’il craque enfin

Bon, bien évidemment que j’étais toute de patience, de compréhension, et j’en passe !  » Tout le contraire ! «   me souffle la petite voix dans ma tête. Effectivement, j’ai bassiné chéri avec mes questions et mes demandes.

Ce n’était donc pas une vraie surprise, car avant tout c’est un choix que l’on a fait ensemble. Même si on en parlait depuis des années, on a enfin décidé de sauter le pas. On a commencé par essayer des bagues ensemble.  » Quoi de plus horrible qu’une bague trop petite/grande ? « . On a donc pu essayer plusieurs modèles, par chance nous avions les mêmes goûts ! Mais rassurez-vous, je n’ai pas choisi le modèle final ! C’est Monsieur qui a sélectionné ultérieurement l’un des modèles qui nous plaisaient.

Par la suite, Nous avons prévu un week-end à Disneyland Paris, deux jours/une nuit, en janvier dernier. La relou que je suis a tout de suite demandé : « Tu vas me faire ta proposition pendant le séjour ? » question à laquelle j’ai obtenu une négation.  Je suis donc partie sans attente particulière à part profiter pleinement de ce séjour. Et on a passé un superbe week-end, même si Anthony avait quelques comportements étranges :
Plusieurs fois, il a voulu faire en sorte qu’on se retrouve à deux :
– Lui : « Viens, on monte à l’étage du château », Moi, en râlant :  » Mais il n’y a rien à voir là-haut ! »
– Lui : « Viens, on va voir le feu d’artifice de plus près », Moi, en râlant toujours :  » Non, il y a trop de monde là-bas ! »
–  Lui : « Et si on se rapprochait des fontaines colorées ? », Moi, toujours en train de briser le charme : « On s’en fiche des fontaines, ce n’est pas très intéressant ! »
= Vous l’aurez compris, j’étais la fille qui ne comprenait rien aux intentions de mon cher et tendre !

Après un week-end éprouvant mais exaltant, je lui fais plaisir, et on se rend près des fontaines, devant l’hôtel Disney (toujours en râlant et traînant des pieds). Et là en me regardant, il me montre un petit pin’s avec un symbole représentant le mariage (voir photo de gauche)…Je me dis  » Qu’y a-t-il d’autre dans son manteau ? « , je glisse ma main dans la poche, (oui, je suis chiante jusqu’au bout !) et là je tombe sur la petite boîte. Tout ému, il me prend dans ses bras et me tend la boîte, et il me dit   » Quelle est ta réponse ? « . A quoi je lui réponds  » Pose-moi la question !  » , après la tant attendue question posée, je lui réponds par un grand OUI !
Pour vous poser le contexte, mon homme est le pro des discours,  il n’est jamais à court de belles phrases. Mais, je me souviendrai à jamais de cette demande, il a tout simplement perdu tous ses moyens et surtout sa langue, ce qui est le comble quand on le connaît mais ce qui montre parfaitement l’émotion et les sentiments de ce moment magique.

Voilà pour ce petit moment de bonheur que je vous partage !

Petite anecdote, après 4 mois de relation, il m’a offert un cadeau venu de Disneyland aussi, un cadeau avec Mickey & Minnie en tenue de mariés, c’était donc le destin 🙂

Nous voici heureux (et fatigués ) après cette fameuse demande !

 

Pour vous comment a été votre demande ? Quelle est la demande de vos rêves ? 

 

Monsieur & Madame ont la joie de vous annoncer….

Bonjour à tous !

Cela fait presque deux ans que j’ai intégré ce blog et je prends toujours autant de plaisir à partager ma passion avec vous. Mais pour changer un peu, nous aimerions aussi vous faire découvrir quelques pans de notre vie et vous faire partager les événements qui la rythment !

Après presque 7 ans (le 1er avril 2018, non non ce n’est pas un poisson d’avril) d’amour et d’eau (plus ou moins fraîche), nous avons décidé mon chéri et moi, de sauter le pas et nous dire oui pour l’été 2019 ! Vous l’aurez compris, je vais me marier avec l’homme que j’aime !

Ce que je vous propose, si vous le souhaitez, c’est de vous faire découvrir les moments forts qui vont arriver : de la demande jusqu’au mariage en lui-même. Bien évidemment, je vous laisse aussi proposer les thèmes qui vous plairaient dans les commentaires, cela me ferait réellement plaisir de vous faire partager des sujets qui vous tiennent à cœur !

Ces petits moments partagés avec vous n’ont pas pour but de vous donner des conseils de pro mais de vous faire part de nos émotions et ressentis, ce qui nous a plu et moins plu, les petits couacs et surtout, les moments de joie !

Voici les quelques détails que nous connaissons déjà :
– Nous nous marions dans les Hauts-de-France, soit dans le Nord ou dans le Pas-de-Calais (je vous expliquerai pourquoi dans un futur article)
– Concernant la période : 2019 ! Je sais, c’est large, mais cela dépendra essentiellement de la salle et des dates disponibles !
– Nous comptons une centaine d’invités au repas
– A propos du traiteur, je vous laisse le découvrir dans un prochain article 🙂

Nous ne sommes pas uniquement deux blogueuses passionnées, nous sommes aussi deux copines qui avons une vie bien remplie !

Je vous dis à bientôt pour le prochain article mariage 🙂 Et pour me retrouver sur Instagram, voici le lien.

Yesmine

Girl Rising de Tanya Lee Stone

Résumé

Dans le monde, plus de 62 millions de filles ne vont pas à l’école. Mais il suffit d’une fille dotée de courage pour qu’une révolution commence.
Girl Rising est une campagne mondiale pour l’éducation des filles  qui démontre comment l’éducation peut briser l’engrenage de la pauvreté. Un film intitulé à son tour Girl Rising relate l’histoire de neuf jeunes filles de pays en développement. Troisième étape essentielle, un livre Girl Rising paraît enfin en 2017, s’appuyant sur des photos du film et des infographies. À partir du témoignage de ces neuf jeunes filles et de bien d’autres, Girl Rising aborde les obstacles à l’éducation – dans les mariages et les grossesses précoces, l’esclavage, le trafic sexuel, la discrimination entre les sexes et la pauvreté… Et nous montre comment la suppression de ces obstacles ne signifierait pas seulement une vie meilleure pour les filles, mais aussi une vie plus sûre, plus saine et des collectivités plus prospères.

(suite…)

Hillbilly Élégie de J. D. Vance

Résumé

Dans ce récit à la fois personnel et politique, J.D. Vance raconte son enfance chaotique dans les Appalaches, cette immense région des États-Unis qui a vu l’industrie du charbon et de la métallurgie péricliter.

Il décrit avec humanité et bienveillance la rude vie de ces « petits Blancs » du Midwest que l’on dit xénophobes et qui ont voté pour Donald Trump. Roman autobiographique, roman d’un transfuge, Hillbilly Élégie nous fait entendre la voix d’une classe désillusionnée et pose des questions essentielles. Comment peut-on ne pas manger à sa faim dans le pays le plus riche du monde ? Comment l’Amérique démocrate, ouvrière et digne est-elle devenue républicaine, pauvre et pleine de rancune ?

(suite…)

La fièvre de l’aube de Péter Gárdos

Résumé
1945, Suède. Jeune Hongrois rescapé des camps, tuberculeux, Miklós a six mois à vivre, et prend une folle décision : se marier et guérir. Parmi les cent dix-sept réfugiées à qui il écrit : Lili Reich, survivante elle aussi. Bravant un monde où le bonheur semble impossible, ils soulèveront des montagnes pour se retrouver… À leur fils, Péter Gardos, de conter le roman vrai de cet amour fou. Un roman incroyable et incroyablement beau, où vibrent l’Histoire, terrible, et l’Amour, lumineux. (suite…)

Ikigai de Francesc Miralles et Héctor Garcia

Résumé

La scène se passe dans un parc à Tokyo.

Deux amis conversent sur le sens de la vie et sur l’étonnante longévité des Japonais. Un mot est alors lancé : ikigai, qui signifie littéralement « la joie d’être toujours occupé ». D’après les Japonais, nous possédons tous un ikigai, une raison d’exister, qui nous pousse à nous lever chaque matin et à être acteurs de notre vie.

C’est ainsi que les deux amis, Héctor García et Francesc Miralles, décident de se lancer dans une passionnante enquête à travers le Japon. Partis à la rencontre des « supercentenaires » du hameau d’Ogimi, dans l’archipel d’Okinawa, ils passent de longs mois sur place à s’imprégner de la mentalité et des us et coutumes locaux. Comment ces « supercentenaires » définissent-ils leur ikigai et en quoi les guide-t-il au quotidien ? Quelles sont les habitudes à adopter pour mieux vivre ?

(suite…)