Catégorie : Policier et Thriller

Les chroniques d’août


Bonjour à tous,

L’été touche bientôt à sa fin et j’ai le plaisir de vous proposer des lectures divertissantes pour le prolonger !

Blood orange de Harriet Tyce

Alison est avocate pénaliste et consacre beaucoup de temps à son travail. Sa vie de famille part à vau-l’eau et Alison se réfugie dans l’alcool et aussi dans sa relation malsaine avec Patrick, un collègue de bureau. En parallèle, elle se voit confier une affaire de meurtre où une femme, Madeleine, est accusée d’avoir tué son mari. Blood orange est un roman psychologique qui traite essentiellement de violence conjugale. J’ai apprécié la thématique et l’ambiance inquiétante. Cependant, le roman comporte de nombreux temps morts, ce qui ralentit la lecture. Je n’ai pas accroché aux personnages, surtout Alison qu’on a envie de secouer, tant elle est déraisonnable et manipulable à souhait. Pour conclure, un thriller qui avait du potentiel mais dont je ressors déçue, je n’ai pas été convaincue par la construction, les personnages et l’intrigue dont on voit venir l’issue trop rapidement.

Blood orange de Harriet Tyce, paru en février 2019 aux éditions Robert Laffont, 400 pages, 21,00€

Femme sur écoute de Hervé Jourdain

Femme sur écoute est l’histoire de Manon Legendre, strip-teaseuse et escort-girl qui rêve d’un avenir meilleur. Parallèlement, nous rencontrons Lola Rivière, spécialiste en cybercriminalité qui doit se battre pour se faire accepter au 36 quai des Orfèvres. Si au départ, nous avons l’impression de suivre deux histoires bien distinctes, il n’en est rien. J’ai été captivée par un panel de personnages très développés et par une histoire policière bien ficelée. Hervé Jourdain nous offre une enquête complexe et détaillée comme je les aime. Un excellent roman policier !

Femme sur écoute de Hervé Jourdain, paru en octobre 2018 aux éditions Pocket, 576 pages, 8,30€

Bye, Bye, vitamines de Rachel Khong

Ruth, trente ans, revient au foyer familial sur demande de sa mère. Elle la sollicite pour s’occuper de son père, atteint de la maladie d’Alzheimer. Cet ancien professeur d’histoire ne peut plus exercer. Alors, ses anciens élèves décident d’organiser de faux cours pour donner un sens à la vie d’Howard. Les personnages sont terriblement attachants et nous font rire autant qu’ils nous émeuvent. La maladie est un thème abordé avec brio. Pas de chapitres larmoyants dont on ressort déprimés. Au contraire, une histoire pleine d’amour, de bons souvenirs et d’espoir.

Bye, Bye, vitamines de Rachel Khong, paru en juin 2019 aux éditions 10-18, 216 pages, 7,50€

Le livre noir de la gynécologie de Mélanie Déchalotte

Ce documentaire écrit par la journaliste Mélanie Déchalotte lève le voile sur un sujet encore tabou : les maltraitances gynécologiques et obstétricales. Ces violences peuvent être physiques, psychologiques ou morales : critiques de la part du médecin, non-prise en compte de la douleur ressentie, négligences, la liste est longue. Ce titre permet d’ouvrir les yeux sur des pratiques anormales. Exemple : être contrainte de subir une examen gynécologique pour une simple prescription de pilule où seuls un questionnaire et une prise de la tension sont requises… Je précise que ce titre ne jette pas la pierre à la gynécologie qui donne et sauve des vies mais à s’indigner face à des pratiques inadaptées, archaïques ou abusives. A lire absolument !

Le livre noir de la gynécologie de Mélanie Déchalotte, paru en mars 2019 aux éditions Pocket, 672 pages, 8,95€

Des poignards dans les sourires de Cécile Cabanac

Début des années 2000, en Auvergne, un mari disparaît. Sa femme, Catherine voit sa disparition comme une aubaine. Mais tout se complique quand la police découvre les restes d’un corps humain carbonisé… Des poignards dans les sourires est un polar captivant. Nous suivons différents personnages d’une même famille ainsi que Virginie Sevran et Pierre Biolet, les enquêteurs. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cet excellent roman policier. L’ambiance inquiétante, les relations complexes entre les différents personnages, l’intrigue bien ficelée, tous les ingrédients sont réunis pour que ce polar soit une réussite ! Un premier roman très prometteur !

Des poignards dans les sourires de Cécile Cabanac, paru en février 2019 aux éditions Fleuve, 480 pages, 19,90€

Son dernier souffle de Robert Dugoni

Le dernier repos de Sarah est un thriller que j’avais adoré. J’étais alors impatiente de découvrir la suite des aventures de Tracy Crosswhite ! Cet opus reprend une enquête secondaire du premier tome, le meurtre d’une strip-teaseuse, afin d’en faire son enquête principale. Plusieurs femmes sont retrouvées mortes dans des conditions similaires. Tracy va devoir attraper un tueur en série très bien organisé. Si j’ai trouvé le début un peu long, au bout d’une centaine de pages, je suis totalement entrée dans l’histoire. Ce n’est pas un thriller révolutionnaire mais j’ai apprécié l’ambiance, les thématiques abordées et bien sûr, les personnages ! A quand la suite ?

Son dernier souffle de Robert Dugoni, paru en mars 2019 aux éditions Pocket, 560 pages, 8,30€

Vaste comme la nuit d’Elena Piacentini

Dans Vaste comme la nuit, nous retrouvons la capitaine Mathilde Sénéchal, que vous avez peut-être découvert dans Comme de longs échos, précédent roman d’Elena Piacentini. Mathilde Sénéchal revient dans le village où elle passait les étés de son enfance, près de Dieppe. Là-bas, il y a trente ans, une jeune femme a disparu et Mathilde, elle, a perdu la mémoire. Faire lumière sur cette histoire va s’avérer complexe. Les villageois sont peu loquaces voire hostiles pour certains. Du côté des personnages, j’ai été touchée par Mathilde dans sa quête de vérité, par la jeune et intrépide Adèle et par Orsalhièr qui accompagnent la capitaine. L’écriture d’Elena Piacentini est délicieuse et se savoure lentement. Chaque phrase est poétique et réfléchie, chaque mot est étudié. Vaste comme la nuit est une petite merveille !

Vaste comme la nuit d’Elena Piacentini, paru en août 2019 aux éditions Fleuve, 312 pages, 19,90€

J’espère que vous avez apprécié cette sélection et qu’elle vous donnera des idées lectures !



Les chroniques de juillet

Bonjour à tous,
Je vous retrouve avec grand plaisir pour vous parler de mes lectures de l’été, j’espère que cet article vous donnera des idées de romans à emporter pour vos vacances !

Les Filles d’Ennismore de Patricia Falvey

Début du XXème siècle, deux enfants que tout oppose se rencontrent : Rosie, fille de métayer et Victoria, fille de Lord et Lady Ennis. Victoria voit en Rosie une amie et supplie ses parents de la faire étudier avec elle, à Ennismore. Ils acceptent à contrecœur. Nous suivons Rosie et Victoria par chapitre alterné, chacune dans un univers bien cloisonné. Les Filles d’Ennismore nous parle de conventions, de lutte des classes et d’identité. J’ai adoré voir chacune grandir, évoluer, se révolter dans une Irlande en plein bouleversement. Une belle histoire d’amour, de féminisme et d’amitié, à lire absolument !


Les Filles d’Ennismore de Patricia Falvey, paru en avril 2019 aux éditions Belfond, 416 pages, 22,00€

Les aventures de Donovan S. de Virginie Nuyen

Donovan S. est LE boucher de luxe par excellence. Il sublime la viande, envoûte ses clients fortunés et est encensé par la critique. Il faut dire que s’il ne vend pas de lunettes à un aveugle, il vend de la viande à un végétarien ! Nous suivons donc Elena, une cliente conquise qui va rapidement se voir offrir un poste aux côtés du boucher de stars. Donovan S. voit les choses en grand et compte bien conquérir le monde (rien que ça !). Ce titre est un roman satirique drôle et loufoque qui vous fera certainement réfléchir le luxe et nos modes de consommation !


Les aventures de Donovan S. le boucher qui était à deux doigts de conquérir le monde de Virginie Nuyen, paru en février 2019 aux éditions Nil, 192 pages, 17,00€

Au Loup de Lisa Ballantyne

Angela est une jeune adolescente rebelle et difficile. Lors d’une dispute particulièrement violente avec sa mère, Angela déclare qu’elle a été sexuellement agressée par son professeur de théâtre. De son côté, Nick, le professeur et père de famille, nie les faits. L’un deux ment, mais qui ? Et si la vérité était plus compliquée qu’il n’y paraît ? Pour le découvrir, Lisa Ballantyne propose un récit à plusieurs voix où chacun essaie de faire entendre la sienne. Si j’ai deviné la fin un peu trop rapidement, j’ai tout de même passé un excellent moment de lecture. Au Loup est un très bon thriller psychologique habilement construit. J’ai particulièrement apprécié le fait de suivre un drame à travers les yeux des différents personnages.

Au Loup de Lisa Ballantyne, paru en juin 2019 aux éditions Belfond, 336 pages, 20,00€

Les sales gosses de Charlye Ménétrier McGrath

Jeanne est une vieille dame en colère. Et pour cause, ses enfants l’ont placée en maison de retraite où elle s’ennuie ferme. Jeanne est bien décidée à en faire baver à ses « sales gosses » et pour ce faire, elle ne manquera pas d’idées ! Alors qu’elle se morfond, Jeanne va rencontrer une joyeuse bande de personnes âgées qui pourraient bien la faire changer d’idée sur la maison de retraite ! Les sales gosses est un roman que j’ai adoré, tant pour ses personnages pétillants que les émotions qu’il nous procure. On passe du rire aux larmes très facilement ! Et surtout, ce titre est tout bonnement un beau message plein de tendresse envers nos aînés.

Les sales gosses de Charlye Ménétrier McGrath, paru en mai 2019 aux éditions Fleuve, 264 pages, 17,90€

Du côté du bonheur d’Anna McPartlin

1995 en Irlande, Maisie a quitté un mari violent et élève à présent seule, son fils et sa fille. En plus de ses longues journées au travail, elle doit aussi s’occuper de sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Le soir du 1er janvier, son fils, Jeremy, quitte la maison et ne rentre pas. Anna McPartlin dresse des portraits émouvants de ses personnages. J’ai particulièrement aimé Maisie, une femme incroyablement combative et Fred, qui éprouve des sentiments très forts pour elle. Du côté du bonheur est un drame qui laisse entrevoir de l’espoir et de la lumière au bout du tunnel. Mon premier roman d’Anna McPartlin et je suis conquise. Une très beau titre que je vous recommande chaudement.

Du côté du bonheur d’Anna McPartlin, paru en mai 2019 aux éditions Pocket, 432 pages, 7,90€

Qu’avez-vous pensé de cette sélection ? Quels sont les titres qui vous font de l’oeil ?

Les chroniques de juin

Bonjour à tous,

L’été est enfin là et je compte bien vous aider à choisir vos lectures estivales ! Juin n’a pas été un mois très productif mais je vous laisse découvrir sans plus tarder mes lectures du mois !

Tout ce que je sais sur l’amour de Dolly Alderton

Dolly Alderton est une journaliste anglaise. Tout ce que je sais sur l’amour est son premier livre, dans lequel elle se confie. Dolly Alderton nous parle de son adolescence, des premiers émois à l’époque des balbutiements de MSN, des années d’études où l’alcool coule à flot et du passage à l’âge adulte. A chaque étape de sa vie, elle nous dévoile une facette de l’amour, tel un kaléidoscope. Un titre qui se lit facilement, et qui m’a fait sourire, rire et m’a beaucoup émue. J’ai passé un très bon moment !

Tout ce que je sais sur l’amour de Dolly Alderton, paru en janvier 2019 aux éditions Mazarine, 432 pages, 20,00€

La Belle et L’Oiseau de Ken Follett

Il y a fort longtemps, dans le Royaume du Turkestan, Katerina, âgée de 13 ans, devint la quatre-vingt-dix-neuvième épouse du Sultan. Ce dernier est un vieil homme qui n’a rien d’un prince charmant et Katerina se retrouve enfermée au sérail. Lors d’une soirée organisée par le Sultan, le regard du jeune guitariste croise celui de notre douce héroïne et le coup de foudre se produit. Comment nos jeunes protagonistes vont-ils parvenir à se retrouver ? Ken Follett nous embarque dans ce joli conte oriental aux personnages attachants. J’ai particulièrement aimé l’humour qui plaira aux petits comme aux plus grands !

La Belle et L’Oiseau de Ken Follett, paru en mai 2019 aux éditions Robert Laffont, 80 pages, 8,90€

Retour à Duncan’s creek de Nicolas Zeimet

Retour à Duncan’s creek est l’histoire de trois adolescents unis comme les doigts de la main jusqu’à un drame qui va changer la donne. Des années plus tard, Jake, l’un d’entre eux, décide de revenir dans son Utah natal. Un road-trip dont personne ne sortira indemne… J’avais hâte de découvrir ce titre, hélas, ma lecture fut laborieuse. Je n’ai pas su m’attacher aux personnages et je n’ai pas adhéré à l’intrigue. Une très belle écriture mais je suis passée complètement à côté de ce roman…

Retour à Duncan’s creek de Nicolas Zeimet, paru en avril 2019 aux éditions 10-18, 408 pages, 8,40€

Les détectives du Yorkshire tome 2 : Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman

Dans Rendez-vous avec le mal, nous retrouvons Delilah et Samson dans une nouvelle enquête. Madame Shepherd, une pensionnaire de la maison de retraite de la ville vient trouver Samson et lui dit que quelqu’un veut la tuer. Ce dernier a bien du mal à la prendre au sérieux, tant ses propos sont confus. Et il a bien tort, car on dirait qu’il se passe de drôle de choses à la maison de retraite de Fellside Court ! Cet opus est bien plus captivant que le précédent, j’ai pris grand plaisir à le lire. Les personnages sont plaisants, les décors géniaux et les habitants, tellement attachants ! L’enquête est bien plus complexe qu’il n’y paraît, un vrai régal ! Qu’attendez-vous pour découvrir cette série ?

Les détectives du Yorkshire tome 2 : Rendez-vous avec le mal de Julia Chapman, paru en juin 2018 aux éditions Robert Laffont, 408 pages, 14,90€

Quels sont les romans que vous me recommandez pour passer un bel été ?

Les chroniques de mai

« En mai, fais ce qu’il te plaît », me concernant, j’ai pu lire pas moins de 7 titres qui me faisaient de l’oeil, depuis leur étagère. Et je vous les présente, sans plus tarder !

La maison des oubliés de Peter James

Peter James est un auteur très connu pour ses thrillers, dont j’ai dévoré un grand nombre. La maison des oubliés est plutôt un livre mêlant horreur et fantastique, j’étais particulièrement impatiente de retrouver Peter James dans un tout autre genre. Dans ce titre, nous rencontrons Ollie, sa femme et leur fille, qui s’apprêtent à emménager à Cold Hill House, un manoir à l’abandon avec fort potentiel. Très vite, des événements étranges s’y produisent : apparitions, dégâts matériels, cauchemars,… L’ambiance prend une tournure inquiétante et on se demande bien quelle en sera l’issue ! Si l’histoire a su m’entraîner dès les premières pages, j’ai, hélas, vite déchanté. Les péripéties sont prévisibles et on retrouve un bon nombre de clichés sur la maison hantée. Les personnages sont assez plats et manquent de profondeur. La fin n’apporte pas suffisamment de réponses et nous laisse sur notre faim. Enfin, je n’ai pas été convaincue par le style d’écriture, j’ai souvent eu l’impression de lire un roman jeunesse. Dommage !

La maison des oubliés de Peter James, paru en mars 2019 aux éditions Fleuve, 352 pages, 19,90€

L’ivresse des libellules de Laure Manel

Quatre couples d’amis partent chaque année ensemble en vacances. Cet été, ils louent une superbe villa en Ardèche, sans les enfants. Tout se passe à merveille (ou presque), jusqu’à l’arrivée de Valentine, une libraire célibataire que l’une des amie a voulu convier. L’ivresse des libellules est un roman frais, divertissant, qui parle de l’amour, de l’amitié, de nos petits et grands défauts, des relations humaines, tout simplement. On se reconnaît en ces personnages qui nous touchent, qui nous agacent et qui nous ressemblent finalement ! J’ai passé un très bon moment de lecture qui me donne envie de découvrir les précédents romans de Laure Manel !

L’ivresse des libellules de Laure Manel, paru en avril 2019 aux éditions Michel Lafon, 381 pages, 18,95€

Le bel avenir de Robin Kirman

Harvard, en 1997, nous découvrons trois étudiants très différents : Alice, Georgia et Charlie. Ils n’ont rien en commun, sauf peut-être leur ambition et leurs rêves de gloire. Un tragique événement (le meurtre d’une élève de leur promo) va changer leur vie à jamais. Le bel avenir n’est pas un thriller mais un roman profond qui parle de relations humaines, d’amour et d’apprentissage. Les protagonistes sont travaillés en profondeur, impossible de ne pas se laisser captiver par leur histoire ! L’écriture de Robin Kirman et la construction de son roman ont su me convaincre. Un roman obsédant et difficile à reposer !

Le bel avenir de Robin Kirman, paru en novembre 2018 aux éditions 10-18, 456 pages, 8,80€

Les sentiers de l’oubli de Margaret Mizushima

Mattie est agent de police. Sa particularité ? Elle ne sort jamais sans Robo, son berger allemand et coéquipier. Lors d’une patrouille, elle découvre le corps d’une adolescente dans les bois, à proximité de Belle, son chien blessé par balle. L’enquête est rapidement ouverte et Mattie est bien décidée à la résoudre ! Si le sujet n’est pas particulièrement novateur, j’ai pris plaisir à suivre Mattie et Robo dans leur quotidien. Il faut dire que tous deux sont attachants ! J’ai aussi apprécié le cadre de l’histoire, en plein coeur d’un petit village du Colorado où la drogue et la violence sévissent. Le premier tome d’une série qui s’annonce très plaisante !

Les sentiers de l’oubli de Margaret Mizushima, paru en mars 2019 aux éditions Belfond, 336 pages, 20,00€

Illusion tragique de Gilda Piersanti

Mario est un garçon âgé de dix ans qui s’amuse à épier son voisin, Monsieur Ruper, par la fenêtre de sa salle de bain. Mais la curiosité est un vilain défaut et il se pourrait qu’elle ait de dramatiques conséquences. Je n’en dirais pas plus au sujet de l’histoire car, dès le deuxième chapitre, Gilda Piersanti nous prépare un rebondissement qui change la donne ! Illusion tragique est un roman bien construit et étonnant qui mêle fiction et réalité. Notre auteure italienne nous réserve de nombreuses surprises et nous mène par le bout du nez, j’adore !

Illusion tragique de Gilda Piersanti, paru en mars 2019 aux éditions Pocket, 272 pages, 7,20€

Le chant des revenants de Jesmyn Ward

Jojo a treize ans et vit chez ses grands-parents noirs, dans une ville pauvre du Sud des États-Unis. Il s’occupe de sa petite sœur, tel un parent de substitution. Leur mère, Léonie, est une jeune toxico, instable, incapable de s’occuper d’eux. Le père, Michael, lui, est un homme blanc qui purge une peine de prison. Un jour, le téléphone sonne, Michael va être libéré. Leonie décide de prendre ses deux enfants avec elle, ainsi qu’une amie peu recommandable pour aller chercher Michael. Commence alors un road-trip inquiétant…
Le chant des revenants est un puissant roman à trois voix aux thématiques poignantes : le racisme, l’Amérique profonde, la drogue, l’amour et le pardon. L’écriture de Jesmyn Ward nous emporte, plus rien n’existe autour de nous. Un titre puissant et inoubliable.

Le chant des revenants de Jesmyn Ward, paru en février 2019 aux éditions Belfond, 272 pages, 21,00€

Un clou dans le bec de Maxime Poisot et Emmanuelle Teyras

Machisme et sexisme sont omniprésents dans notre société. Cette bande dessinée reprend des saynètes du quotidien : en famille, dans la rue, au travail, etc., un ensemble de situations comiques où les femmes prennent le pouvoir et clouent le bec des hommes ! Un titre qui fait du bien et qui, je l’espère, fera avancer les choses dans le bon sens !

Je remercie Babelio et les éditions Marabout pour cet envoi !

Un clou dans le bec de Maxime Poisot et Emmanuelle Teyras, paru en février 2019 aux éditions Marabout, 10,00€

La sélection est à présent terminée. Quels sont les titres que vous aimeriez découvrir ? Quels sont vos coups de cœur de mai ?


Les chroniques d’avril

Bonjour à tous, je vous retrouve avec grand plaisir pour vous présenter mes lectures d’avril. Je suis ravie d’avoir pu découvrir autant de titres et d’avoir (un peu) réussi à baisser ma PAL. Voici donc mes lectures du mois :

We are young de Cat Clarke

Evan est une adolescente que nous rencontrons au mariage de sa mère et de son beau-père, Tim. Ce même jour, Lewis, le fils de Tim, est victime d’un grave accident de la route dont il est le seul survivant. Les médias s’emparent de l’affaire et accusent rapidement Lewis. Evan pressent que cette histoire est bien plus complexe qu’il n’y paraît et décide d’enquêter avec un objectif : rétablir la vérité. We are young est un roman que j’ai dévoré, j’ai adoré les personnages, surtout Evan et son petit-frère, très attachants tous les deux. Les thématiques sont percutantes et très justes, comme toujours avec les romans de l’écrivaine. Cat Clarke écrit de très beaux titres et sait toujours s’adresser aux adolescents. Un très bon titre que je vous invite à découvrir !

We are young de Cat Clarke, paru en janvier 2019 aux éditions Robert Laffont, 360 pages, 18,00€

La maison de Vanessa Savage

En tant que fan du genre littéraire, La Maison est un thriller que j’avais hâte de découvrir. On y fait la rencontre d’une famille quelque peu dysfonctionnelle dont le personnage principal est Sarah, la mère de famille. Elle est mariée à Patrick, qui n’a qu’une obsession : racheter la maison de ses parents qui leur a été retirée des années plus tôt. Ce qui refroidit Sarah et leurs enfants, c’est que cette maison a entre-temps appartenu à une famille qui s’est fait sauvagement assassiner. Ils emménagent à contrecœur et le cauchemar ne fait que commencer… La Maison est un roman psychologique à l’ambiance angoissante, on se sent épié en permanence, et également étouffé dans cette grinçante demeure. le point négatif est pour moi le personnage de Sarah qui manque de réalisme, se laisse sans cesse marcher sur les pieds, on aimerait tellement qu’elle réagisse davantage ! L’intrigue, quant à elle, n’est pas des plus originales mais le roman se lit très vite !

La maison de Vanessa Savage, paru en février 2019 aux éditions de la Martinière, 432 pages, 22,90€

L’île au ciel noir de Lara Dearman

La griffe du diable, premier roman de Lara Dearman s’est révélé très prometteur. Quel plaisir de retrouver Jenny, la journaliste et Michaël, l’inspecteur-chef dans ce nouvel opus ! Tous deux vont partir pour l’île de Sercq que l’on surnomme L’île au ciel noir, où des restes humains ont été découverts et un meurtre a été commis. L’ambiance est parfaite pour un roman policier : une petite île méconnue, des habitants qui cachent de nombreux secrets, le ciel qui se noircit… Tous les ingrédients sont là pour nous plonger dans l’histoire. J’ai aimé l’alternance des points de vue : celui de Jenny, de Michaël et de personnages-clés de l’enquête. Un policier qui se dévore et que je n’ai pas pu reposer, vivement la suite !

L’île au ciel noir de Lara Dearman, paru en novembre 2018 aux éditions Robert Laffont, 400 pages, 20,00€

Annabelle de Lina Bengtsdotter

Annabelle, une jeune fille de 17 ans, est portée disparue. La brigade criminelle de Stockholm est dépêchée sur les lieux. Parmi elle, Charlie Lager, une solitaire ambitieuse, amenée à retourner à Gullspang, la ville de son enfance qu’elle a fui à 14 ans. Il s’agit donc d’une enquête pour disparition, mêlée à celle de Charlie qui se bat contre ses démons. Annabelle est un thriller psychologique qui nous parle de la fin de l’innocence, des réseaux sociaux et des laissés pour compte dans cette ville oubliée de la Suède. J’ai particulièrement aimé l’écriture de Lina Bengtsdotter qui sait rendre son histoire captivante. Un titre qui me rappelle l’excellent Qui je suis de Mindy Mejia. Je recommande Annabelle à tous les fans de thrillers !

Annabelle de Lina Bengtsdotter, paru en mars 2019 aux éditions Marabout, 320 pages, 19,90€

Le goût sucré des souvenirs de Beate Teresa Hanika

Vienne, de nos jours, Elisabetta Shapiro, âgée de 80 ans, vit seule dans sa grande maison. Alors, elle loue une chambre à Pola, une jeune danseuse, dont elle ne sait rien. Elisabetta cohabite avec ses souvenirs, en particulier ceux avec ses grandes sœurs, ainsi que les confitures d’abricot qu’elle confectionnait par centaines dans sa jeunesse. Et puis, la guerre est arrivé et toute sa famille fut déportée… Ce roman mêle le passé, le présent, et la voix d’Elisabetta à celle de Pola. Sans qu’elle le sache, la vie de Pola et la sienne sont liées. Un titre doux-amer sur l’indicible, le pardon, l’acceptation. Il faut souvent lire entre les lignes pour comprendre l’intégralité de l’histoire mais ce texte en vaut la peine, il est puissant et beau. Je salue Beate Teresa Hanika et son écriture si belle, si riche !

Le goût sucré des souvenirs de Beate Teresa Hanika, paru en février 2019 aux éditions Pocket, 256 pages, 6,95€

Ce que votre peau dit de vous de Yael Adler

Quoi de plus incroyable que le corps humain ? Yael Adler, dermatologue, vous propose de découvrir tous les secrets de la peau ! Cet organe nous permet de toucher, de ressentir, il nous protège des agressions en tous genres bref, un être on ne peut plus vivant ! Grâce à différents chapitres thématiques, Yael Adler nous présente la peau sous différents jours, nous livre des anecdotes et des recommandations pour en prendre le plus soin possible. Un titre très intéressant et complet, qui comprend des conseils pertinents et faciles à appliquer !

Ce que votre peau dit de vous de Yael Adler, paru en mai 2018 aux éditions Pocket, 384 pages, 7,50€

Et voilà, vous savez tout sur mes lectures d’avril ! Quels sont les titres que vous aimeriez lire ? Quels sont vos recommandations du mois ?

Chroniques de Mars

Bonjour à tous !
J’ai le plaisir de vous retrouver pour ce petit bilan de mars, vous verrez que mes lectures sont plutôt diversifiées. Au programme, belles découvertes et déceptions, je vous laisse les découvrir ci-dessous.

Mrs Caliban

Dorothy est une jeune femme au foyer dont le quotidien est morose. Elle a vécu de nombreux drames et s’ennuie profondément. Un jour, elle entend à la radio qu’une créature mi-homme mi-grenouille s’est échappée d’un laboratoire et que celle-ci est dangereuse. Cette créature, prénommée Larry, apparaît dans la cuisine de Dorothy et nos deux personnages tissent une relation ensemble. Mrs Caliban est un roman très court et percutant. Il parle de la libération de la femme, de différence et d’humanité avec une grande justesse. Un roman à ne pas manquer !

Mrs Caliban de Rachel Ingalls, paru en mars 2019 aux éditions Belfond, 144 pages, 16,00€

Culpafuck !

Culpafuck ! est un manifeste pour en finir avec la culpabilité. La culpabilité, celle que l’on peut ressentir dans presque toutes les situations du quotidien : en amour, en amitié, au boulot, en famille, impossible d’y échapper ! Olivia Moore nous parle de ce sujet avec beaucoup d’humour et n’hésite pas à nous lister des réparties qui font du bien. Un texte punchy qui vous remontera le moral à coup sûr !

Culpafuck ! de Olivia Moore, paru en octobre 2018 aux éditions Fleuve, 144 pages, 13,90€

L’Erreur de Susi Fox

Sasha est mariée depuis des années, elle a toujours rêvé d’avoir un enfant. Après d’infructueuses années d’essai, Sasha tombe enfin enceinte. Opérée d’urgence par césarienne, la jeune femme se réveille et fait la connaissance de son nouveau-né. Immédiatement, Sasha est sûre d’elle : ce bébé n’est pas le sien. Si les pages se tournent facilement, paradoxalement, il ne s’y passe pas grand chose. L’action est peu présente, les personnages peu attachants et le final, totalement tiré par les cheveux. Je n’ai pas accroché malgré une thématique intéressante, dommage !

L’Erreur de Susi Fox, paru en janvier 2019 aux éditions Fleuve, 360 pages, 19,90€

Conversations avec mon chat d’Eduardo Jauregui

Dans la vie de Sara, rien ne va plus : un travail qui ne lui plaît plus, une envie d’enfant inassouvie, une vie de couple inexistante… Un beau matin, une chatte est installée sur le rebord de sa fenêtre. La première surprise est qu’elle parle, la seconde, qu’elle est bien décidée à aider Sara à avancer dans la vie ! Conversations avec mon chat est un roman optimiste et plaisant, doté de conseils réalistes pour voir la vie en rose. J’ai passé un agréable moment !

Conversations avec mon chat d’Eduardo Jauregui, paru en mai 2018 aux éditions Pocket, 352 pages, 7,50€

Bad Man de Dathan Auerbach

Il y a cinq ans, Ben était au supermarché avec son petit-frère Eric. C’est la dernière fois que Ben a vu Eric. Aujourd’hui âgé de vingt ans, Ben décide de postuler au supermarché où a eu lieu la disparition, l’occasion pour lui d’en apprendre plus sur ce qui s’est passé. Bad Man est définitivement un roman noir. L’ambiance du supermarché où Ben travaille de nuit, la forêt environnante, j’ai adoré cette atmosphère oppressante ! Le seul hic est la fin, que j’ai l’impression de ne pas avoir comprise. Il manque beaucoup de réponses à nos questions, rien n’est écrit noir sur blanc, c’est plutôt au lecteur de se faire sa propre opinion. Un roman prometteur terni par une fin trop ambigüe.

Bad Man de Dathan Auerbach, paru en février 2019 aux éditions Belfond, 448 pages, 21,90€

Yoga à faire chez soi de Christine Villiers

Comme son nom l’indique, cet ouvrage est une initiation au yoga et chacun peut le faire chez soi ! En premier lieu, on en apprend plus sur l’histoire du yoga et ses bienfaits. La suite est découpée en chapitres : contrôler sa respiration, s’étirer, s’échauffer, etc.. Le tout est illustré de manière très explicite. Yoga à faire chez soi est une belle surprise, un ouvrage complet qui donne envie de découvrir cette belle discipline !

Yoga à faire chez soi de Christine Villiers, paru en juin 2015 aux éditions Ellebore, 176 pages, 18,00€

Comment s’est passé votre mois de mars ? Quels sont les lectures qui vous ont marquées ?



Les chroniques de janvier

Le mois de janvier me semble, année après année, interminable. Pour contrer le froid, la neige, le manque de soleil, rien de tel que de bons romans. Sans plus tarder, je vous présente les livres que j’ai lus !

La face cachée de Ruth Malone d’Emma Flint

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9782264073235ORI-183x300.jpg.

1965, dans la banlieue de New York, deux enfants disparaissent. La dernière personne à les avoir vus, c’est Ruth Malone, leur mère. Ruth Malone est une jeune femme peu conventionnelle à cette époque. Elle est séparée de son mari, elle occupe un poste de serveuse, est très coquette et a un succès fou auprès des hommes avec lesquels elle aime prendre du bon temps. Fatalement, la police et les médias la tiennent pour responsable. Ce roman noir se classe plutôt parmi les polars journalistiques. En effet, on suit Pete Wonicke, un jeune journaliste qui se passionne pour l’affaire et voit en Ruth Malone, une autre personne que celle dépeinte par les médias. Un récit captivant sur le poids des apparences, inspirée d’une histoire vraie, celle d’Alice Crimmins, accusée d’avoir tué ses enfants.

La face cachée de Ruth Malone d’Emma Flint, paru en octobre 2018, 432 pages, 8,40€

La libraire de la place aux herbes d’Eric de Kermel

Voilà un très bel ouvrage paru chez France Loisirs dans une jolie couverture rigide et colorée. On y découvre Nathalie qui décide de reprendre une librairie à Uzès, sur la Place aux Herbes. Cette nouvelle profession va lui permettre de rencontrer des personnages hauts en couleur et émouvants. Chaque chapitre est une rencontre entre Nathalie et l’un de ses clients. Chacun de ces personnages est unique et à travers la littérature, un échange se crée avec notre libraire. Celle-ci a toujours des ouvrages personnellement ciblés à leur proposer et une véritable relation se crée entre eux. Ce titre est très touchant et nous met du baume au cœur. Et, en prime, j’ai noté quelques titres d’ouvrages dont Eric de Kermel fait référence !

La libraire de la place aux herbes d’Eric de Kermel, paru chez France Loisirs, 224 pages, 11,90€ (prix club)

Elle s’appelait Sarah (adaptation en bande dessinée) de Tatiana de Rosnay, Pascal Bresson et Horne

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9782501132657-001-T.jpeg.

Elle s’appelait Sarah (adaptation en bande dessinée) de Tatiana de Rosnay, Pascal Bresson et HorneElle s’appelait Sarah est une oeuvre contemporaine incontournable. J’ai été très touchée par l’adaptation cinématographique. Cette nouvelle adaptation en bande dessinée est à mes yeux une excellente idée. Cet ouvrage est très fidèle au texte d’origine. L’histoire de Sarah, en 1942 se mêle à celle de Julia, 60 ans plus tard. On y parle du Véld’hiv et du devoir de mémoire, à mes yeux extrêmement importants. Les illustrations sont recherchées et les couleurs sont très travaillées. Que ce soit le roman, le film ou la bande dessinée, Elle s’appelait Sarah est un récit à ne pas manquer !

Elle s’appelait Sarah (adaptation en band5e dessinée) de Tatiana de Rosnay, Pascal Bresson et Horne, paru en novembre 2018 aux éditions Marabout, 208 pages, 19,90€

Lyon vu du ciel de Patrice Blot

Je n’ai jamais eu la chance de visiter Lyon alors, j’ai eu envie de me rattraper grâce à cette visite « vue du ciel ». Patrice Blot nous présente Lyon sous toutes ses coutures. On peut y voir des monuments historiques, les parcs et les quartiers de la métropole. J’ai aimé découvrir la ville de façon aérienne, les photographies sont vraiment superbes et accompagnées d’informations très intéressantes. Il ne me reste plus qu’à découvrir Lyon de mes propres yeux !

Lyon vu du ciel de Patrice Blot paru en mai 2018 chez HC Editions, 144 pages, 28,50€

Marlena de Julie Buntin

Les éditions La Belle Colère ont pour réputation de publier des récits d’exception et très « adultes » en mettant en scène des adolescents. Dans Marlena, nous découvrons Cat, une trentenaire en couple qui occupe un travail dans une bibliothèque mais qui, clairement, a ses démons. Elle a beaucoup de mal à sortir de l’alcoolisme et ne cesse de regarder en arrière. Un appel téléphonique va la replonger dans le passé. Nous suivons Cat, alors âgée de 15 ans lorsqu’elle emménage à Silver Lake. Elle y rencontre Marlena. Marlena est parfaite aux yeux de Cat. Elle est belle, désirable, entourée, tellement plus adulte que notre héroïne. Mais cette amitié naissance devient rapidement malsaine, sans que Cat s’en rende compte. Marlena est aussi hypnotique que toxique. Un roman sur l’adolescence, ce moment si particulier de la vie où on se sent seul et incompris et l’impact sur notre vie d’adulte. Un chef d’oeuvre à ne pas manquer !

Marlena de Julie Buntin, paru en octobre 2018 aux éditions La Belle Colère, 250 pages, 19,00€

Mrs. Fletcher ou les tribulations d’une MILF de Tom Perrotta

Ce nouveau roman de Tom Perrotta va certainement diviser son public. En effet, on y parle de sexe sans retenue mais l’auteur ne tombe jamais dans le graveleux. Il bouscule son lectorat, nous livre des scènes qui brisent certains tabous, en prenant du recul, sans jamais juger ses personnages. Et c’est clairement ce que j’ai apprécié. Les thématiques sont finalement beaucoup plus profondes qu’il n’y paraît : la question du genre et de l’identité, le consentement, l’âge et la maturité, et bien d’autres encore. Moi qui craignais de ne pas accrocher, j’ai en réalité lu ce roman d’une seule traite. Tom Perrotta est un auteur très talentueux qui offre une critique de la société captivante.

Mrs. Fletcher ou les tribulations d’une MILF de Tom Perrotta, paru en janvier 2019 aux éditions Fleuve, 400 pages, 20,90€

Hello, Sunshine de Laura Dave

Sunshine est à la tête de la chaîne Youtube culinaire A Little Sunshine. Elle vit de ce succès et est adulée par des millions de fans. Le jour de ses 35 ans, Sunshine perd tout : quelqu’un sabote sa carrière, elle se retrouve sans travail, sans mari et même sans logement ! Hello, Sunshine est un titre très actuel sur l’emprise des réseaux sociaux, l’accès rapide à la popularité et encore plus rapide à l’impopularité. C’est un roman divertissant et agréable mettant en scène une héroïne en quête de rédemption.

Hello, Sunshine de Laura Dave, paru en janvier 2019 aux éditions Belfond, 368 pages, 20€

YOU saison 1, disponible sur Netflix

Et du côté des séries, j’ai adoré YOU, où nous rencontrons Joe, un libraire qui s’éprend d’une clientèle, Beck et qui va rapidement nourrir une obsession pour elle. Une série délicieusement malsaine qui fait réfléchir aux dangers des réseaux sociaux, en particulier aux informations que nous laissons publiquement. Même si j’ai très mal dormi après le dernier épisode, il me tarde de voir la saison 2 !

Plan Cœur saison 1, disponible sur Netflix

Pour changer de registre, j’ai aussi regardé Plan Cœur, une série française drôle et émouvante où deux amies, Charlotte et Émilie décident d’aider à son insu, Elsa, leur autre amie célibataire à reprendre confiance en elle. Mais ce coup fourré va vite prendre une grande ampleur et donner lieu à de drôles de quiproquos. Les personnages sont drôles et attachants, cette série a su me détendre et j’espère qu’il y aura une suite, Elsa me manque déjà !

Avez-vous passé un bon mois de janvier ? Quels sont les livres et séries que vous me recommanderiez ?


Les chroniques de décembre 2018

Bonjour à tous,

Avez-vous passé de belles fêtes de fin d’année ? Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai eu énormément de mal à me mettre à jour dans mes lectures et mes articles ! Alors j’ai longuement réfléchi et aujourd’hui, je vais vous proposer des articles regroupant plusieurs chroniques condensées qui seront complétées par des posts sur Instagram et Facebook. D’ailleurs, est-ce que vous nous suivez ?

C’est parti pour mes chroniques de décembre, un petit mois mais je suis satisfaite de mes lectures, surtout que j’ai eu beaucoup moins de temps libre avec, entre autres, plusieurs déplacements professionnels !

Un manoir en Cornouailles d’Eve Chase

Qu’on se le dise, la version Web de la couverture fait clairement grise mine par rapport à la couverture physique qui est sublime, et que je vous conseille d’aller voir de ce pas en librairie !
Un manoir en Cornouailles est l’histoire de deux femmes, séparées par plusieurs décennies. D’un côté, Amber, adolescente qui va passer un été 1968 des plus tragiques dans le manoir familial, Pencraw. De l’autre, Lorna, en 2018, est une trentenaire qui s’apprête à se marier et qui cherche un lieu de réception idyllique, en Cornouailles. Son choix va vite se porter sur Pencraw, un manoir en ruines qui l’attire inexorablement. On se doute que Pencraw cache bien des secrets et que les destins des deux femmes se croise quelque part. J’ai adoré cette lecture, l’histoire est sombre, parfois difficile mais tellement captivante ! Cela fait longtemps que je n’avais pas lu de roman se déroulant à huis-clos et cela m’a fait le plus grand bien. Un roman difficile à reposer et que je recommande pour vos longues soirées d’hiver !

Un manoir en Cornouailles d’Eve Chase, paru en mai 2018 aux éditions Nil, 456 pages, 21,00€

La mère parfaite d’Aimee Molloy

Nell, Francie, Winnie et Colette se sont rencontrées sur le forum des futures mamans du mois de mai de leur ville. Elles se donnent des conseils, organisent des piques-niques et forment un véritable groupe. Les bébés naissent et grandissent, les Mères de Mai décident de se faire une petite soirée pour profiter des beaux jours et décompresser. Hélas, le bébé de Winnie disparaît. Les enquêteurs n’avancent pas, Nell, Francie et Colette décident de résoudre elles-mêmes cette affaire. On alterne les points de vue, le présent et le passé ainsi que des extraits du forum, rendant le récit assez dynamique. Mais l’intrigue n’est pas hyper originale et la fin est un peu too much à mon goût. En revanche, j’ai bien aimé la thématique de la maternité et de ce concept de « mère parfaite ». En clair, un thriller plutôt sympathique, qui se lit rapidement mais qui ne me marquera pas en raison de son manque d’originalité.

La mère parfaite d’Aimee Molloy, paru en octobre 2018 aux éditions Les Escales, 400 pages, 21,90€

I am not your negro de James Baldwin et Raoul Peck

James Baldwin est un auteur qui ne vous dit peut-être rien. Pourtant, il fait partie des grands auteurs américains contemporains. Ses textes ont majoritairement concerné la condition noire et l’homosexualité. James Baldwin a voulu rendre hommage à trois amis qui ont marqué l’Histoire : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King. Baldwin s’est éteint avant de pouvoir publier son ouvrage. Raoul Peck a alors décidé de reprendre les notes de Baldwin pour en faire un documentaire. Par la suite, il l’a adapté en livre, éponyme, rendant un ultime hommage à Baldwin. Un ouvrage fort et marquant, illustré de nombreuses photographies et de citations. Cette lecture m’a donné envie de voir le fameux documentaire et de découvrir un auteur talentueux. Un titre à ne pas manquer !

I am not your negro de James Baldwin et Raoul Peck, paru en octobre 2018 aux éditions 10-18, 6,60€

L’autre côté du pont de Mary Lawson

Si j’ai souhaité lire ce roman, c’est parce que j’ai adoré Le choix des Morrison, un livre très beau et marquant. Dans L’autre côté du pont, nous faisons la rencontre d’Arthur Dunn, en plein cœur du Canada. D’une part, on le suit dans les années 1930 et on découvre sa relation compliquée avec son petit-frère, Jack, qui devient de plus en plus diabolique en grandissant. D’autre part, nous suivons Arthur, devenu adulte, dans les années 1950, à travers les yeux de Ian, le fils du médecin qui décide de travailler dans la ferme des Dunn. Si cette dualité entre frères et les prémices d’un drame m’intéressaient, je dois dire que je ressors assez déçue de ma lecture. Il ne se passe presque rien et le fameux drame n’arrive que dans les toutes dernières pages du récit. Si vous souhaitez découvrir la plume de Mary Lawson, je vous recommande plutôt Le choix des Morrison !

L’autre côté du pont de Mary Lawson, paru en octobre 2018 aux éditions 10-18, 384 pages, 8,10€

Le journal d’Aurélie Laflamme tome 9 : Voler de ses propres ailes d’India Desjardins

Cinq années ont passé depuis le tome précédent. Nous retrouvons une Aurélie Laflamme, âgée de 22 ans et journaliste au Miss Magazine. Pour célébrer son entrée dans la vie adulte, elle décide d’emménager avec Kat, sa meilleure amie. Si Aurélie est heureuse de goûter à l’indépendance et à la liberté, elle va vite s’apercevoir que rien n’est facile ! Quel bonheur de retrouver l’héroïne de mon adolescence ! Comme moi, elle a grandi et India Desjardins a réussi à la rendre plus adulte sans dénaturer ce personnage drôle et émouvant. J’ai lu ce journal avec autant de plaisir que dans ma jeunesse. J’espère sincèrement que nous aurons droit à un tome 10 !

Le journal d’Aurélie Laflamme tome 9 : Voler de ses propres ailes d’India Desjardins, paru en octobre 2018 aux éditions Michel Lafon, 378 pages, 14,95€

Avez-vous lu certains titres de cette sélection ? Qu’en avez-vous pensé ? Quels sont ceux que vous avez envie de lire ?

Cassandre

Réveille-toi ! de François-Xavier Dillard

Résumé

Basile Caplain est un greffé du cœur qui vit reclus, sans travail ni perspective. Sa seule obsession : dormir le moins possible, car ses nuits sont peuplées de cauchemars. Son unique ami, Ali, le gérant d’une station-service, est passionné par les faits divers. Un soir, ce dernier lui parle du meurtre barbare d’une jeune femme. Or, ce crime atroce, c’est exactement le rêve que Basile a fait deux jours plus tôt…
Paul est un paraplégique de dix-huit ans, génie de l’informatique, qui développe pour la police scientifique un programme baptisé Nostradamus – un algorithme révolutionnaire devant permettre de réaliser des portraits-robots hyperréalistes des criminels présumés.
Alors que des meurtres sauvages sont perpétrés à Paris, la police judiciaire met sur le coup son meilleur atout : le Dr Nicolas Flair, psychiatre mentaliste, qui a déjà résolu de nombreuses affaires.
Lorsque les chemins de ces trois protagonistes se croiseront, l’Inconscient, la Science et la Psychiatrie vont devoir collaborer pour essayer d’arrêter le pire des monstres…

(suite…)

Aux vents mauvais de Elena Piacentini

Résumé

Lorsque le corps d’une jeune femme est retrouvé dans la cave d’une maison sur le point d’être démolie, la liaison avec la disparition de Jessica, 17 ans, enfant de la DDASS, est très vite faite. Sur le banc des accusés : trois jeunes qui ont déjà prouvé la bêtise et la violence dont ils sont capables. Mais si le commandant Leoni peut arrêter l’un des trois pour viol, il est obligé de se rendre à l’évidence : le meurtrier est ailleurs.
Son obsession : la justice. Pour elle et pour tous les autres, les déracinés, les déplacés, jetés aux vents mauvais. Aux sanglots longs des victimes, donner enfin des réponses…

(suite…)