Catégorie : Jeunesse

Jacotte l’escargote qui voulait devenir cosmonaute de Rachel Bright et Nadia Shireen

Résumé

Tous les petits escargotons ont le droit à la même leçon : « Ne rêvez pas ! Les rêves, c’est pas pour nous. Un escargot, ça bave, ça broute, et puis c’est tout. » Mais Jacotte n’écoute pas. En elle, la révolte gronde. Elle voudrait changer le monde ! Sortir de sa coquille ! Jacotte cogite, Jacotte rêvasse : un jour, elle sera la première escargote… à aller dans l’espace !

L’avis de Cassandre

Jacotte est une jeune escargote qui a toujours baigné dans des préjugés liés à son espèce. Un escargot ne serait bon qu’à baver, brouter et certainement pas à rêver. Pourtant, Jacotte, elle, rêve grand, très grand. Elle aimerait devenir astronaute et partir dans l’espace. Pour y parvenir, elle va devoir s’éloigner des siens et de leurs pensées limitantes et travailler très très dur.

Cet album est un vrai bonbon. Le personnage de Jacotte est adorable et amusant à la fois. L’histoire est racontée de manière humoristique, nombreux sont les jeux de mots et les comiques de situation. C’est d’ailleurs Clémentine Beauvais qui l’a traduit et cela lui correspond parfaitement. Les illustrations sont amusantes et colorées.

Vous l’aurez compris, cet album qui s’adresse aux enfants (dès 3 ans) les enjoint de ne pas renoncer à ses rêves, qu’importent les critiques et les embûches. Un album drôle qui délivre un beau et important message, nous avons adoré !

Jacotte l’escargote qui voulait devenir astronaute de Rachel Bright et Nadia Shireen, paru en mars 2024 aux éditions Nathan, 13,95€

Le cri du corps d’Alexandre Chardin

Résumé

Adam a treize ans, et ce jour-là, il tombe sur le terrain de foot. C’est ici qu’il a marqué ses plus beaux buts, mais aujourd’hui, il n’a pas glissé au milieu d’une partie, non, il est tombé à terre pendant une rixe. Il était venu avec une batte, pour en découdre et bien rigoler ; en face il y avait des poings et des couteaux, avec les frères de sa bande, le sang, il allait défendre l’honneur du quartier. Les pompiers et la police arrivent si vite qu’il n’a pas le temps de se relever pour leur échapper, et Adam décide de faire semblant d’être blessé : c’est décidé, il ne va pas bouger d’un millimètre, mystifier tout le monde, les flics, sa mère et les docteurs, s’il faut ! Sauf qu’Adam, derrière tes paupières fermées, tu le sais, non, que tu ne fais pas semblant ? Tu le sais, que le jeu est allé trop loin ?…

L’avis de Cassandre

Adam est un collégien qui vit dans une cité. Il fait partie d’une bande qu’il appelle « ses frères ». Avec la bande rivale, ils ont l’habitude de se battre à coup de battes, tourner des vidéos et régler leurs comptes. Jusqu’au jour où pendant une rixe de trop, Adam se retrouve seul sur le terrain de foot. Ses « frères » ont pris la poudre d’escampette à l’arrivée de la police. Adam a un plan : il fait le mort, les pompiers le conduisent à l’hôpital. Peu de temps après, le lecteur est pris d’un doute : que se passe-t-il réellement ?

Ce court roman se lit d’une seule traite. On suit Adam qui est hospitalisé et qui va faire le point sur sa vie. Il y a sa famille, ce père violent et désormais absent, sa sœur qui est dure avec lui, ses frères qui l’ont abandonné, le collège et aussi Lison qui lui fait tourner la tête. Sous ses airs de gros durs, se cache un adolescent sensible qui a un bon fond. Comment ne pas être ému par le drame qui s’abat sur Adam et par cette grande injustice ?

Le cri du corps est l’histoire d’une renaissance, d’une deuxième vie qui s’offre à Adam.

Le cri du corps d’Alexandre Chardin, paru en mars 2024 aux éditions Sarbacane, 144 pages, 13,90€

Ce feu qui nous consume de Rory Power

Résumé

« Je connais ce visage. C’est le mien. C’est celui de ma mère. Là, devant moi, il y a une inconnue avec mon visage. Et elle est morte. »
Margot Nielsen se rend pour la première fois dans la ville natale de sa mère. En explorant l’ancienne propriété familiale en ruine, elle pensait enfin renouer avec ses racines. Mais à vouloir déterrer les secrets de famille, on court le risque de se brûler les ailes. 

L’avis de Cassandre

Margot a dix-sept ans et a toujours vécu seule avec sa mère. Selon cette dernière, elles n’ont aucune famille. Elles ne sont que deux et se suffisent à elles-mêmes (ou pas). Margot en a assez des secrets et découvre un beau jour qu’elle a une grand-mère maternelle. Le silence de sa mère la pousse à partir à la rencontre de cette grand-mère inconnue.

Dès le début de l’histoire, Rory Power instille une ambiance particulière, sombre et étrange. La mère de Margot n’entretient pas une relation normale avec sa fille. Elle fuit constamment, dissimule et leurs liens sont conflictuels. Et puis, il y a cette flamme qu’elle entretient en permanence comme si sa vie en dépendait… Si la mère est bizarre, la grand-mère n’est pas en reste. Quand Margot arrive chez elle, non seulement un incendie se déclare sur ses terres, mais en plus, une jeune fille est retrouvée morte. La grand-mère reste impassible et refuse de répondre aux nombreuses questions de sa petite-fille. Dans quel pétrin Margot s’est-elle fourrée ?

Le moins qu’on puisse dire est que ce roman est original. Qu’on se sent mal dans cette ferme familiale où malgré les incendies qui se succèdent, une froideur extrême se dégage. On pressent un événement effroyable à venir, sans qu’on puisse déterminer ni quoi ni comment. Pour cette raison, il m’a été difficile de reposer ma lecture avant d’en connaître le dénouement.

Pour conclure, un roman atypique à l’ambiance glauque et au final inattendu !

Ce feu qui nous consume de Rory Power, paru en avril 2024 aux éditions Robert Laffont, 384 pages, 19€

La traversée de Jim d’Alia Cardyn et Nathaniel H’limi

Résumé

Jim, jeune pré-adolescent, voit son monde s’effondrer le jour où il apprend qu’il est atteint d’un cancer. Ce livre raconte son voyage vers la rémission.

« Bonjour, je m’appelle Jim. Ceci est mon histoire. Je veux la raconter parce que le jour où mon monde a été secoué par la maladie, j’aurais aimé savoir où j’allais. J’aurais surtout aimé savoir que la vie continue, même avec un cancer. Que l’on continue à rêver, à s’aimer, à rire, à pleurer, à être juste soi, parfois si petit, parfois si fort. »

L’avis de Cassandre

J’aime beaucoup les écrits d’Alia Cardyn et ses travaux autour de la maternité, des femmes et de leurs droits. J’ai eu envie de découvrir cet album important sur le cancer pédiatrique car je savais que l’écrivaine trouverait les mots justes pour parler de ce sujet sensible.

Jim est un pré-adolescent qui s’apprête à recevoir un diagnostic lourd et effrayant, on lui annonce qu’il a un cancer. Il nous raconte le rendez-vous avec le médecin, le choc, la colère. Il nous parle de ses séances avec une psychologue qu’il surnomme Marinette la Coquette. On le suit dans son protocole hospitalier, pendant ses soins. Jim va rencontrer d’autres malades avec lesquels il va se lier d’amitié. J’ai été très émue par cet album et j’ai aimé la manière dont le sujet est abordé. Bien sûr, le récit est dur mais on ne tombe pas dans le larmoyant et à l’inverse, pas dans l’édulcoré non plus. Alia Cardyn parvient à expliquer le cancer, rassurer et nous montrer que la vie continue, qu’il y a des moments de bonheur, de rire, de partage, d’amour et d’amitié malgré la maladie. J’ai aussi apprécié la partie sur le fait que l’enfant n’est pas responsable de la maladie et sur l’acceptation de la question sans réponse « pourquoi moi ? ».

Un album bouleversant et essentiel pour sensibiliser sur la maladie et aussi pour pouvoir y faire face et accompagner un proche malade. Les illustrations de Nathaniel H’limi complètent parfaitement le texte.

La Traversée de Jim d’Alia Cardyn et Nathaniel H’limi, paru en mars 2024 aux éditions Robert Laffont, 72 pages, 14,90€

Incroyables métamorphoses de Sophie Blitman et Marlène Normand

Résumé

Les animaux se transforment en changeant de forme, de couleur, de sexe, de taille, etc. C’est essentiel pour grandir, se protéger, séduire ou encore pour attaquer. Ces changement sont liés à l’évolution des espèces mais aussi aux changements climatiques pour assurer leur survie. 
Des animaux préhistoriques en passant par des insectes, des poissons, des oiseaux mais aussi des mammifères… Découvre tous les animaux qui se cachent derrière ces incroyables transformations et vibre au rythme de 11 BD drôles et touchantes, au plus près des animaux. 

L’avis de Cassandre

Impossible de ne pas être subjugué par une aussi jolie couverture. Les couleurs sont superbes, les dessins précis et détaillés et le regard du renard polaire est hypnotique. J’étais impatiente de me plonger dans cet album-documentaire.

On y parle des nombreux pouvoirs des animaux et plus précisément, des métamorphoses dont ils sont capables pour s’adapter à leur environnement, éviter un prédateur, se reproduire ou tout simplement passer un hiver difficile. Nous partons pour un tour du monde animalier, à la rencontre d’espèces connues et méconnues qui vont nous révéler leurs petits secrets.

J’ai trouvé cet album passionnant et très bien documenté. Il y a finalement très peu de choses que je connaissais déjà. L’album est composé de différentes parties thématiques, on y trouve des anecdotes détaillées par animal ainsi qu’une planche de bande dessinée humoristique mettant en scène un autre animal, sur chaque double-page. Tout comme la couverture, de grandes illustrations sont présentes dans l’album, elles sont très détaillées et colorées, un travail minutieux et ravissant.

Pour conclure, il s’agit d’un magnifique album qui ravira les enfants dès 7 ans et leurs parents. Une vraie mine d’informations qui nous offre une réflexion intéressante sur les capacités d’adaptation des animaux, notamment face aux enjeux climatiques.

Incroyables métamorphoses de Sophie Blitman et Marlène Normand, paru en mars 2024 aux éditions Nathan, 56 pages, 14,95€

A bicyclette sous l’Occupation de Cécile Jugla et Amandine Meyer

Résumé

Claude a 10 ans et vit à Paris pendant l’Occupation allemande. Les Parisiens se débrouillent comme ils peuvent car on manque de tout… Ils ont troqué leur automobile pour le vélo. Et chez les Bertin, le vélo est une affaire de famille : avant la guerre, le père de Claude était un coureur cycliste hors pair !
Ce matin, Claude et sa sœur prennent le tandem pour partir chez pépé et mémé se ravitailler à la campagne. Au cours de leur traversée de Paris, tu croiseras avec eux des files d’attente devant les magasins, des contrôles allemands, un jeune Juif caché chez le réparateur de cycles… et tu découvriras leur lien avec la Résistance !
Un album-aventure pour découvrir la vie sous l’Occupation à bord d’un véhicule emblématique de l’époque, qu’on utilise encore : la bicyclette.

L’avis de Cassandre

La Seconde Guerre Mondiale est un sujet que je trouve passionnant. Alors un docu-fiction à destination des enfants, j’étais très intriguée.

Claude a dix ans en 1942. Avec sa grande sœur, Simone, ils vont partir en tandem de Paris vers la campagne, chez leurs grands-parents pour se ravitailler. Mais le parcours de 35km n’est pas de tout repos et nombreux sont les dangers de la capitale en guerre.

J’ai été conquise par cet album ! J’ai adoré suivre ces deux personnages et leur traversée en tandem. On découvre Paris sous l’Occupation et tout ce que cela engendre : les pénuries, la faim, le couvre-feu, les contrôles, les restrictions, la Résistance et bien d’autres encore. On y découvre les décors, les vêtements, les véhicules de l’époque. On se projette facilement en 1942 et on imagine la vie des Parisiens, en particulier des enfants. Cet album est bien documenté et plein de détails historiques.

Côté illustrations, j’ai là aussi adoré. Elles sont sobres, douces et les décors sont immersifs. Elles sont belles et collent parfaitement au texte. Un album original et bien conçu !

A bicyclette sous l’Occupation de Cécile Jugla et Amandine Meyer, paru en avril 2024 aux éditions Nathan, 32 pages, 12,95€

Je t’ai aimé dans une autre vie de David Arnold

Résumé

Evan et Shosh ont des rêves. Il veut dessiner la faune et la flore en Alaska. Elle veut devenir une star à Hollywood.
Mais Evan doit s’occuper de sa mère malade et de son petit-frère hypersensible. Et Shosh ne sait plus vivre sans alcool depuis l’accident de voiture qui a emporté sa soeur.
Alors que l’avenir semble sombre et incertain, une voix qui ne chante que pour eux les porte irrésistiblement l’un vers l’autre.
Et s’ils étaient destinés à s’aimer par-delà l’espace et le temps, et, ensemble, à tout surmonter ?
Un récit réjouissant et poétique sur la puissance de l’amour sous toutes ses formes.

L’avis de Cassandre

Je ne dis jamais non à une histoire d’amour, surtout celles du genre Young Adult dont je ne me lasse pas. Et si Adam Silvera la recommande, c’est un vrai plus à mes yeux !

Dans ce roman, nous alternons les chapitres et les personnages. Nous suivons Evan dont le père est parti, les laissant seuls sa mère, son jeune frère et lui. Sa mère doit prendre un deuxième job pour nourrir ses fils, et quand une mauvaise nouvelle leur tombe dessus, l’univers d’Evan s’écroule. Il en vient à renoncer à ses rêves. En parallèle, Shosh a aussi laissé un avenir brillant en stand-by suite au décès brutal de sa sœur avec qui elle était fusionnelle. Elle cumule les excès et termine régulièrement au poste de police. Ces deux protagonistes souffrent chacun de leur côté et sombrent de plus en plus. Ils ne se connaissent pas encore et ont un drôle de point commun, ils sont les seuls à entendre des chansons.

Je dois vous avouer ressortir de cette lecture quelque peu mitigée. J’ai aimé l’écriture, le côté poétique et surnaturel (les chansons qu’ils entendent, les entractes entre les parties qui parlent de réincarnation de nos personnages, toujours sur la thématique de l’amour). J’ai apprécié les personnages secondaires, notamment Maya, la psychologue d’Evan ou Will, son petit-frère. Mais les personnages principaux me semblaient trop fades. J’ai surtout peiné à m’attacher à Shosh, peut-être car ce sont des chapitres écrits à la troisième personne et pas à la première comme ceux d’Evan. J’ai aussi trouvé que l’histoire manquait de rebondissements et d’action, j’aurais aimé quelques remous à leur histoire.

Pour conclure, une lecture agréable narrée par la belle plume de David Arnold mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Je t’ai aimé dans une autre vie de David Arnold, paru en mars 2024 aux éditions Robert Laffont, 432 pages, 19€

Petiote au jardin de Jane Massey

Résumé

Avec l’arrivée du printemps, Petiote et son chien chéri ont des envies d’aventure ! Les moindres recoins du petit jardin deviennent des lors un terrain de jeu fabuleux pour Petiote et ses amis !

L’avis de Cassandre

Avez-vous des amis proches avec lesquels parler n’est plus nécessaire, vous vous comprenez rien qu’avec un regard échangé ? Petiote et son chien sont comme cela, tellement complices que la parole n’est plus indispensable.

Je poursuis ma découverte de la collection Mini Bulles avec ce bel album mettant en scène une petite fille et son chien. Dans cet opus, le printemps est arrivé et il est temps d’aller s’amuser dehors. Nos deux comparses jouent à la balle, jardinent, s’arrosent et font marcher leur imagination. Ils s’imaginent en pleine mer ou dans les airs, des aventures dont ils sont toujours les héros !

Petiote au jardin est une bande dessinée sans textes où l’enfant peut raconter sa propre version de l’histoire. Nous avons adoré les personnages et l’univers du jardin que nous affectionnons tant. Il y a tellement de choses à voir, à sentir, tant de belles activités en plein air ! Petiote au jardin est un album doux, aux couleurs pastel qui invite au calme. J’ai aimé ce côté zen et apaisant. Un joli titre qui donne envie d’enfiler ses bottes et de partir à l’aventure !

Petiote au jardin de Jane Massey, paru en mars 2024 aux éditions Nathan, 32 pages, 8,50€

La forêt pour te dire de Martine Pouchain

Résumé

Louise, dix-sept ans, vit dans la forêt, petite sauvageonne éduquée. Elle n’a besoin de personne, ni d’une mère, ni d’un homme, ni de la société. La lumière du jour, l’humus des sous-bois, les baies qu’elle cueille pour se nourrir : cela lui suffit.

Jusqu’au jour où elle rencontre Paul, un jeune homme étrange tombé sur elle par accident. Avec lui s’agitent en elle toutes les choses qu’elle a fuies. Et des choses nouvelles, aussi…

L’avis de Cassandre

Louise et Paul ne se connaissent pas encore mais ils ont un point commun : la forêt. Louise, dix-sept ans, fuit un quotidien toxique et vit depuis quelques mois dans la forêt. La jeune fille sait chasser et connaît parfaitement la faune et la flore. Paul, plus âgé, cumule les emplois saisonniers, vivote ici et là et n’a que peu d’attaches. Se ressourcer dans la forêt lui est important. Un beau jour, nos deux protagonistes se rencontrent…

Chacun de nos héros essaie de fuir un quotidien difficile, des choses qu’ils ne parviennent plus à affronter. En voulant sauver Louise, Paul va aussi comprendre qu’il a besoin d’aide et leur rencontre va les faire mutuellement grandir. J’ai été conquise par la plume de Martine Pouchain. J’ai trouvé l’atmosphère très immersive et apaisante. Avec le bruit des oiseaux en arrière-plan, on se projette au cœur de cette forêt ressourçante. J’ai aimé suivre ces deux jeunes gens engagés et inspirants qui nous rappellent qu’on est peut-être en train de passer à côté de l’essentiel.

Dans La forêt pour te dire, on ne parle pas que d’environnement et de famille mais aussi d’amour, d’entraide, de bienveillance et de pardon. Voilà un beau et bon roman raconté par une plume pleine de lumière et de poésie.

La forêt pour te dire de Martine Pouchain, paru en janvier 2024 aux éditions Sarbacane, 336 pages, 17€

Mon permis piéton de Madeleine Deny

Résumé

Un album éducatif et ludique pour acquérir les bons réflexes et développer son attention.

  • Apprendre à traverser 
  • Reconnaître les panneaux
  • Connaître les règles
  • Détecter les situations dangereuses
  • Appréhender la vitesse des différents véhicules
  • Utiliser les gestes de sécurité à draisienne / trottinette / vélo
  • Et bien plus encore !

36 activités pour apprendre à circuler sans danger dès 3 ans.

L’avis de Cassandre

Je ne sais pas vous mais moi, je trouve que les enfants et adolescents (voire même les adultes aussi) traversent sans regarder, le nez collé à leur smartphone. C’est comme s’ils n’avaient même plus conscience du danger. Alors, un album pour éduquer dès le plus jeune âge, je dis OUI ! 

Mon permis piéton est un titre ludique composé de 36 pages d’activités. Il s’agit d’apprendre à repérer les situations dangereuses, reconnaître sa droite et sa gauche, reconnaître les panneaux de signalisation principaux mais aussi sensibiliser les adultes imprudents ! Et qu’on soit à pied, à vélo ou en trottinette, les règles s’adaptent à chaque situation. 

J’ai trouvé cet album complet et bien conçu. Il balaie toutes les règles, permet à l’enfant d’avoir les bases de la circulation et de détecter rapidement les dangers de la route. Je le trouve toutefois un peu difficile pour un enfant de 3 ans, certaines activités s’adressent à des âges plus avancés à mon sens. Les illustrations claires et colorées attirent l’œil et les activités sont assez rapides pour que l’enfant reste concentré et en retienne l’essentiel ! 

Mon permis piéton de Madeleine Deny, paru en janvier 2024 aux éditions Nathan, 48 pages, 12,90€